Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Laurent Blanc coach du PSG

Laurent Blanc, trop marseillais pour le PSG?

Le PSG a donc opté pour Laurent Blanc. Laurent Blanc le Sudiste, l'ancien joueur de l'OM. S'il n'a pas vraiment marqué l'histoire du club phocéen, le « Président » se voit tout de même aujourd'hui rappeler son passage dans le club rival, à la vraie époque du Classico. Alors, bienvenu ou pas ?

Modififié
Il a signé son contrat, donné sa première conférence de presse et soulevé son joli chandail bleu au bavoir blanc avec Nasser. On est fixés, Laurent Blanc est désormais le nouveau coach du PSG. Mais avant de poser ses fesses sur le banc parisien, l'ancien sélectionneur des Bleus a vécu son lot d'aventures. Des aventures dont la plupart se sont déroulées... au sud du pays. Né à Alès, élevé comme un bon petit Cévenol, Laurent Blanc a ensuite fait ses classes au MHSC de Loulou Nicollin avant d'en devenir le meilleur buteur dans les années 80. « Lolo » s'est alors offert un petit tour d'Europe, puis est revenu dans le grand club du Sud : Marseille. C'est à l'OM que le surnom de « Président » lui a d'ailleurs été donné entre 1997 et 1999, pour saluer ses solides prestations en défense. C'est également à Marseille que l'homme a failli donner ses premières consignes il y a une dizaine d'années, après quelques discussions avec Pape Diouf. À la tête du club rival, le passé de Blanc refait aujourd'hui surface. Sur les forums de supporters, la photo du Président embrassant le maillot olympien tourne en boucle. Et pousse à une interrogation : Laurent Blanc est-il trop marseillais pour entraîner le PSG ?

Seule la victoire compte

Côté parisien, la venue de Lolo White, à défaut d'être très bien accueillie, est – disons – acceptée. « C'est sûr qu'à choisir entre un ancien Parisien et un ancien Marseillais, on préférerait un ancien Parisien. Mais c'est l'évolution du foot qui veut ça. On est aujourd'hui en plein dans le foot-business, et ce depuis plusieurs années, ça n'a pas commencé avec les Qataris. Les joueurs sont maintenant amenés à jouer pour des clubs rivaux » , explique Guillaume Blanc, du site AllPSG.com (aujourd'hui fermé). « Je pense que tout cette question est anecdotique maintenant. Les Parisiens qui viennent au Parc paient pour un spectacle, et ils l'auront même avec un ancien joueur de l'OM aux manettes. » Le « nouveau » public parisien, plus spectateur et moins supporter, ainsi que le déclin progressif de la rivalité Paris-Marseille permettraient ainsi l'arrivée de Blanc sur le banc du Parc, où il sera soutenu comme n'importe quel autre coach. « Laurent Blanc a réussi dans d'autres clubs que Marseille, estime de son côté Bruno N'Gotty. Dans une carrière, on a des choix à faire. Blanc a fait le sien, et c'est pour le bien du PSG. Maintenant, il faut le laisser travailler et voir ce que ça donne. »

À Marseille, si quelques manichéens ont de suite brandi les pancartes « trahison » , l'arrivée de Blanc au Paris Saint-Germain ne déchaîne pas vraiment les passions. « Pour être bref, ce qui se passe au PSG, on s'en fout complètement » , lance Michel Tonini, le patron des Yankees. D'abord, parce que Laurent Blanc n'est pas un enfant du pays. Ni marseillais, ni même de la PACA, Blanc est gardois. Mais, surtout, parce qu'à la différence de Skoblar ou de JPP, le Président n'a porté la tunique de l'OM que deux saisons durant. « Je ne pense pas que Laurent Blanc soit vraiment un joueur affilié à l'OM, analyse Marc Libbra, qui l'a côtoyé à son arrivée à Marseille en 97. Drogba ou Ribéry, par exemple, ont vraiment une étiquette "OM". Eux aussi ont fait un bref passage, mais les supporters n'ont jamais considéré Blanc comme la référence ultime. Je crois qu'aujourd'hui, il est peut-être plus associé à Bordeaux, où il a gagné un titre en tant qu'entraîneur. » Et comme le précise Michel Tonini, le Président n'était pas un vrai amoureux du Vélodrome : « Blanc n'est pas un joueur emblématique du club. Il n'est pas resté ici longtemps, et il n'a jamais déclaré sa flamme à l'OM. Ce n'est pas un Marseillais de cœur. Et puis il faut arrêter avec ces histoires de "trahison". Nous, à Marseille, on a toujours bien accueilli les joueurs qui venaient du PSG. Regardez avec Lorik Cana, il a mouillé le maillot, alors ça s'est très bien passé. Quand on leur fait des reproches, c'est juste parce qu'ils sont mauvais, c'est tout. » Prends ça, Fabrice Fiorèse.


Le cas Barthez

La nomination de Blanc, d'un côté comme de l'autre, semble donc plutôt bien acceptée – ou ignorée, c'est selon. Ce qui pourrait faire désordre, en revanche, c'est la nomination de son staff. Depuis quelques jours, les noms de Fabien Barthez et d'Alain Boghossian circulent dans les couloirs du Camp des Loges. Deux champions du monde 98 qui, eux, ont un passé marseillais beaucoup plus chargé. Boghoss est né à Digne-les-Bains et a été formé à l'OM. Il a même joué pour le club phocéen avant un long exil italien. Barthez, lui, pèse 228 matchs sous les couleurs marseillaises et fait surtout partie de la glorieuse équipe de 1993. « S'il vient tout seul, il n'y aura aucun problème, ça passera bien. Après, s'il vient avec Boghossian et Barthez dans les valises, c'est sûr que ça fera un banc à forte connotation marseillaise. Ça peut faire grincer des dents chez les plus anciens » , affirme Guillaume Blanc. Mais l'arrivée des deux compères est pour le moment très incertaine. Et comme le précise Marc Libbra, le football a la mémoire courte : « C'est un milieu où tout va très vite. Boghossian, d'accord il est passé par Marseille, mais il a quand même fait la majeure partie de sa carrière en Italie. Et Barthez, il est devenu bien plus qu'un simple "gardien de l'OM". Si j'étais supporter parisien, je serais honoré que le plus grand gardien français rejoigne mon club. Je suis sûr que Sirigu, ou même le deuxième et le troisième gardien du PSG seraient ravis d'apprendre à ses côtés, parce que Barthez est un très grand. Et puis si le PSG enchaîne les victoires, les gens oublieront très vite. C'est toujours comme ça. » Laurent, si tu gagnes, on oublie tout.

Par Clément Chaillou et Benjamin Jeanjean
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70