Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Juventus-Lazio

Juventus, année noire et saison blanche

Vaincue deux fois par l’Inter en finale de Coupe et de Supercoupe d’Italie, et trop mal partie en championnat pour avoir sa place dans la course au Scudetto, la Juventus terminera sa saison sans avoir soulevé le moindre trophée. Alors qu’elle était déjà absente du podium la saison dernière, la Vieille Dame doit maintenant regarder vers l’avant, après avoir retenu toutes les leçons de cette année noire.

Modififié
En 2011, Giorgio Chiellini avait un peu plus de cheveux sur la tête. Il a presque fini de se les arracher onze ans plus tard, inquiété par les résultats de sa Vieille Dame qui a fait chou blanc. Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, ses adieux à la Juventus, formulés juste après la finale perdue de Coupe d’Italie ont porté le coup fatal à bon nombre de Juventini : « Je suis content de partir cette année, de laisser de la place à des plus jeunes. C'est mon choix, je le fais avec grande sérénité. » Comme si après ça, la saison était déjà terminée. Il faut dire que la réception de la Lazio, ce lundi soir, compte pour du beurre : les Laziali sont à sept points de la Juve à deux journées de la fin, et ne peuvent donc pas leur chiper la place en Ligue des champions. Pourtant, l’enjeu est capital pour les hommes de Massimiliano Allegri : montrer que la Vieille Dame n’est pas vraiment morte, et mieux, que le pire est derrière elle.

Tout ne vient point à qui ne fait qu’attendre

Tout avait bien commencé. Contre l’Udinese en août, pour le retour d’Allegri sur le banc, la Juve avait frappé fort et vite en plantant deux buts dans la première demi-heure. Mais au retour des vestiaires, tout s’est effondré. Pas aidés par un manque d’initiative criant et surtout une prestation rocambolesque de Szczęsny, fautif sur les deux buts, les Bianconeri ont dû se contenter d’un nul pour entamer une saison qu’ils pensaient être celle de la renaissance. Celle-ci n’a pas eu lieu, et la déception est aussi grande parce que les tifosi y ont cru : au fil des journées, la Juve s’est réveillée pour retrouver les hauteurs du classement.

La douche froide est venue des sommets, justement : la Juventus n’a pas gagné une seule de ses confrontations avec les trois leaders de Serie A (l’AC Milan, l’Inter et le Napoli). Paralysée contre les gros, elle a peiné à épouser ses ambitions. La « patte » d’Allegri y est sûrement pour quelque chose : souvent, cette saison, il a été critiqué pour sa fâcheuse tendance à faire reculer sa troupe une fois l’avantage acquis, jusqu’à le perdre. Ça a été le cas à Naples dès la troisième journée, mais aussi, entre autres, contre le Genoa au début du mois. Ces mauvaises habitudes ont surtout pesé dans les matchs importants : l’exemple le plus explicite était sûrement la double confrontation face à Chelsea, en phase de poules. Si les Bianconeri ont bien tenu dans le premier acte (1-0), le deuxième (0-4) a fait remonter tous les travers d’une équipe bien trop fragile mentalement et défensivement. Même scénario contre Villarreal en quarts (1-1, 0-3), qui les a poussés vers la sortie, mais pas à une remise en question de la part du Mister. En zone mixte, après la débâcle, son manque de lucidité avait marqué les esprits : «  Pendant 75 minutes, tous les joueurs ont fait un match extraordinaire. Puis l'épisode du penalty est arrivé et a tout changé. Parler d’échec, c’est intellectuellement malhonnête. »

Coaching perdant ?

S'il fallait résumer la philosophie d’Allegri à la tête de la Juventus, on pourrait évoquer sa peur du changement. Gage de stabilité pour les uns, d’un manque d’ambition pour les autres... Une chose est sûre : le statu quo n’est jamais bon quand les résultats viennent à manquer. Et pourtant, Andrea Agnelli, grand patron de la Vieille Dame, a une nouvelle fois fait appel à Allegri après avoir limogé Andrea Pirlo au bout d’une saison presque aussi mauvaise. Plus de clémence donc pour « Max » , mais en faveur d'un style de jeu qui fait de moins en moins l’unanimité. Le technicien le sait, d'ailleurs. Mais préfère le balayer : « Je lis que cette saison a été un échec. Quand tu es à la Juve, il est normal qu'il y ait de grandes attentes, mais des années comme celles-ci, ça arrive » , a-t-il lancé en conférence de presse avant le match contre la Lazio, ce lundi. « Pendant ce temps-là, nous sommes qualifiés en Ligue des champions, ce qui semble être banal, mais ce n'est pas le cas. »

La nouvelle tentative du pari Allegri permettra-t-elle à la Juventus de retrouver des couleurs la saison prochaine ? En Ligue des champions, en Serie A ou en Coupe, elle devrait en tout cas compter sur le retour de Chiesa dont l’absence a beaucoup pesé. Mais les Turinois devront composer sans Dybala, officiellement en partance et annoncé à Rome ou à l’Inter. Pour se rassurer, les tifosi turinois pourront bien se dire qu’après sa dernière saison bredouille, la Juve a remporté neuf Scudetti consécutifs. Comme s'il fallait un électrochoc à la Vieille Dame pour se réveiller.

Par Agathe Ferrière
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 13:00 EuroMillions mardi 28 juin 2022 : 176 millions d'€ à gagner ! 1
Hier à 17:39 Le Borussia Mönchengladbach se met au rugby à l’entraînement 18 Hier à 16:11 Les supporters du Velež Mostar enflamment la ville pour le centenaire du club 19 Hier à 14:48 La Coupe du monde de baby-foot 2022 débute à Nantes ce mardi 71 Hier à 09:39 Instant boulard : le nouveau tatouage du « mur » Thibaut Courtois 190
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine