Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Javier Tebas, un justicier à deux vitesses

Le mercato clôturé, Javier Tebas repart en croisade. Et parmi les infidèles qu’il désire bouter hors d’Europe, un PSG auquel il reproche de venir fausser le jeu, voire de menacer le foot. Rien que ça. Bien sûr, dès qu’il est question de gros sous, chacun voit midi à son portefeuille et toute morale ne s’entend que dans son propre intérêt.

Le PSG n’a donc pas laissé partir Kylian Mbappé vers le Real Madrid, après avoir pour sa part dépouillé le Barça, mais aussi l’Inter ou Liverpool. Il fut d’ailleurs bien un des seuls à s’autoriser une pareille orgie, sans contribuer à fluidifier le marché. Avec un budget qui semble infini, et son appétit toujours insatisfait, il est clairement devenu par sa politique de recrutement - à défaut de pouvoir le juger sur son palmarès européen - un des ténors de l’UEFA, dans un sport qui est désormais d’abord une économie. Cette réalité n’a pas échappé à son pire ou principal ennemi sur le Vieux Continent, Javier Tebas, président de la Ligue espagnole. Mercredi sur Twitter, celui-ci n’a pas caché son amertume, voire son prochain combat : « Les clubs-états sont aussi dangereux pour l'écosystème du football que la Superligue. Nous avons critiqué la Superligue, car elle détruit le football européen et nous sommes tout aussi critiques envers le PSG. »


Cette menace à peine voilée ne doit pas être prise à la légère. L’homme pèse. Il a contraint les clubs domestiques à adopter plus de rigueur, une diète imposée qui, selon le Barça, explique son choix de se séparer de son enfant prodige Lionel Messi. Si ce sont essentiellement les petits clubs qui en font principalement les frais (la hiérarchie sportive n’a pas été fondamentalement chamboulée pour ces réformes) ou ont servi d’exemple, il est aussi vrai que la Liga a quelque peu changé de visage. Nous demeurons loin évidemment de la sobriété ou de la décroissance, mais, de fait, les chiffres et les déficits ont été ramenés à des dimensions bien plus présentables que ces dettes abyssales qui avaient pourtant permis aux grands d’Espagne (et de Catalogne) de régner en C1, voire en C3.

PSG, le mal incarné...


Or voilà désormais que cet homme, dont les idées penchent plus qu’à droite et parfois plus catholique que le pape, entonne une belle rhétorique quasi gaulliste et régalienne. Un discours de plus ciblé vers un club de Ligue 1, un pays, pendant que le Real Madrid par exemple fut longtemps pointé du doigt pour ses dettes et l’indulgence de la Couronne, sans parler d’une fiscalité plutôt favorable. Reconnaissons tout de même à Tebas une certaine cohérence. Alors qu’il était déjà en guerre contre la Superligue, il en avait quand même profité pour glisser un tacle appuyé à ces clubs-états : « L’égoïsme de certains clubs, je le connais déjà. Ma position sur le PSG et Manchester City ne change pas. J'ai toujours dit que vous ne pouvez pas tricher. Nous allons essayer de ne pas changer les règles. » On se rappelle que lors de l’arrivée de Neymar au PSG, le bonhomme avait dégommé les méthodes parisiennes avec son sens inimitable de la mesure. « Ils se moquent du système. Nous les avons surpris en train de pisser dans la piscine, enrageait-il. Neymar pissait depuis le plongeoir. C'est inacceptable. » Pour lui depuis lors, en osant un tel sacrilège, QSI s’était transformé en « délinquant régulier » , au regard des montants déboursés. En revanche, pas un mot sur les 180 millions que le Real était prêt à lui transmettre pour s'offrir Mbappé.

Les deux pieds décollés, c'est rouge.


Il ne faudrait néanmoins pas résumer ces propos à de la com un peu aigrie. Il existe bien une bataille au sein du système capitaliste du foot. Elle oppose les anciennes versions « traditionnelles » des clubs, parmi lesquels Manchester United ou l’Atlético de Madrid qui peuvent par ailleurs se doper à l’aide de fonds d’investissement ou de propriétaires étrangers, et ces fameux clubs-états, dont la logique d'engagement financière, souvent à visée géopolitique ou de soft power, est de nature à pouvoir déstabiliser le marché, mais aussi les rapports de force. Évidemment, dans ce petit jeu de pouvoir, personne ne veut céder son statut dominant. Les places sont déjà suffisamment chères, et les affaires se règlent en famille, comme lorsqu'il s'agit du fair-play financier. « Les salaires au niveau européen ont connu une inflation de 15% parce que des clubs comme le PSG ou Manchester City ne payent pas avec les revenus qu'ils engendrent, mais avec du pétrole et du gaz » , s’agaçait toujours Tebas le Juste. Le président de la Liga vante et promeut un modèle d’économie « sain » , ou ceux qui ont pu construire leur prévalence par deux décennies de surendettement se drapent en Père la Vertu. « La liberté du renard libre dans le libre poulailler » , comme disait ce brave Marx. On peut trouver problématique que des États prennent une telle importance dans la vie du football européen, sans pour autant faire les yeux doux aux fonds de pension US, la Chine ou à CVC à qui Tebas a vendu 10% du capital de la Liga. Le diagnostic sur le foot est peut-être le bon, il faudrait dans ce cas aller au bout de la logique et du remède...

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
Hier à 16:47 Pour Wenger, le projet d’un mondial tous les deux ans « est tout sauf une motivation financière » 40