Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. B
  3. // Espagne-Maroc

Espagne, colosse aux pieds d'argile

Après avoir souffert contre l'Iran et le Maroc, l'Espagne termine quand même première de son groupe et affrontera la Russie en huitièmes. Mais au-delà du classement, la Roja affiche une inconsistance peu en adéquation avec son statut de favori du Mondial.

Modififié
Une madjer tout en finesse, pour égaliser dans le temps additionnel. Le petit geste d'Aspas est un trait de génie. À l'image de ce à quoi nous a habitués l'Espagne depuis une décennie. Sa place dans le scénario du match, en revanche, illustre autre chose. Contre le Maroc, la sélection espagnole a presque touché le fond – une deuxième élimination consécutive au premier tour de la Coupe du monde – et évité une défaite humiliante à quelques secondes près, grâce au soutien de la VAR. Déjà, contre le Portugal, la défense avait cédé trois fois avant de trembler face à l'Iran. Contre les Lions de l'Atlas, ce sont Ramos et Iniesta qui ont offert l'opportunité du premier but à Boutaïb. Avant qu'un manque de maîtrise ne laisse En-Nesyri remettre le doute au sein de l'équipe de Fernando Hierro. Le signe d'une sélection qui, quoi que puisse en dire le président de la Fédération espagnole, n'a pas digéré l'éviction surprise de son sélectionneur Julen Lopetegui, et son remplacement par l'ancienne gloire du Real Madrid.

Le chaud et le froid

Un coup de théâtre qui a transformé l'un des favoris ultimes de la Coupe du monde en équipe toujours bourrée de talents, mais au mental désormais friable, à la cohésion collective révolue. Dès son premier match contre la Selecção, l'Espagne a ainsi alterné entre errements défensifs incompréhensibles et enchaînements offensifs imparables. Car il ne faut pas sous-estimer la force d'une équipe qui en met trois aux champions d'Europe en titre. Mais une sélection qui se fait bousculer par l'Iran et le Maroc est tout de suite moins impressionnante.


Bonne nouvelle pour la Russie ?

On dit que les chiffres sont implacables... L'équipe d'Espagne finit première de son groupe à la faveur de ce but in extremis d'Aspas combiné à l'égalisation d'Ansarifard pour l'Iran contre le Portugal, mais elle n'a pas grand-chose à voir avec l'implacable machine à gagner de 2010 ou 2012. C'est une chance pour l'Espagne d'éviter l'équipe d'Uruguay qui monte en puissance. Mais même si la Russie apparaît désormais comme un « bon tirage » en comparaison aux expérimentés Godín, Suárez, Cavani, etc., on peut se demander qui fait la bonne affaire : les Ibères ou les Russes ? Poussés par la ferveur populaire, Golovin et ses potes ne partent peut-être pas vaincus d'avance face à un géant aux bases désormais trop fragiles.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 3 heures Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 17
Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 39

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 61
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom
Hier à 14:33 Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 16