Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Hoffenheim-OL

Dix portes ouvertes sur l’OL qui ne demandent qu’à être enfoncées

Les saisons et les mois passent et se ressemblent pour l'Olympique lyonnais. Avec des moments de grâce, comme une demi-finale de Ligue Europa, une victoire face à Paris à la dernière seconde ou un succès de gala à Manchester City. Mais aussi des polémiques autour du niveau réel de Bruno Génésio, des blessures de Nabil Fekir ou des tweets impulsifs de Jean-Michel Aulas. Tout ça pour finalement entendre pratiquement toujours la même chose chaque année, chaque mois, chaque semaine, chaque jour. Voici donc dix portes ouvertes sur l’OL qui ne demandent qu’à être enfoncées.

Modififié

  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est que la façon dont Jean-Michel Aulas utilise Twitter est un brin abusive

  • Il en fait trop ! On sait pertinemment que c’est uniquement de la communication, qu’il fait cela simplement pour faire parler de son club. Plus de 8500 tweets pour féliciter Nabil Fekir ou crier sur les médias qui ne vont pas dans son sens, ça ne représente pas vraiment le grand président qu'il est depuis plus de trente ans. Prenez le match de ce soir face à Hoffenheim. Quand il dit que « partager les points là-bas serait déjà un grand exploit » , tout le monde sait que ce n’est que du vent ! C’est un winner, il n’en pense évidemment pas un mot.



  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est la tension qui règne autour de Bruno Génésio

  • Que ce soit sur Twitter où il se prend beigne sur beigne, ou même dans les tribunes, personne n’est d’accord ! Ok, il est parfois légitime de se demander si Lyon ne mérite pas mieux comme tête pensante. Mais les critiques, on les entendait moins lorsque « Pep Génésio » a donné la leçon à Pep – le vrai – dans son antre en septembre dernier. Puis de là à venir l’emmerder avec sa fille en boîte de nuit, c’est quand même un comble ! Il reste un être humain avant d’être entraîneur de l’OL, il ne faut pas l’oublier.


  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... ce sont les performances indigestes de Marcelo derrière

  • Rien ne sert de s’appeler comme le super latéral gauche du Real Madrid si c'est pour défendre comme un vulgaire Matthieu Saunier. Beşiktaş s’est bien gavé sur ce coup-là, car si la première saison du Brésilien était plutôt bonne, le natif de São Vicente est totalement à côté de la plaque depuis deux mois. Dire qu’il y a dix ans, les Brésiliens en charnière centrale s’appelaient Cris et Caçapa...


  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est que Maxwel Cornet est une cible illégitime, mais une cible quand même

  • Maxwel Cornet a beau être né à 9 437,6 kilomètres d'Istanbul, il n'en reste pas moins la tête de Turc des supporters lyonnais. Du haut de ses 22 ans et de son statut de supersub, il a tout de même pris part à près de 150 matchs avec l’OL en quatre saisons et demie pour 30 buts et 13 passes décisives. On a connu des pieds plus carrés ! D’ailleurs, à City, c’est lui qui a ouvert le score et mis l’OL sur de bons rails. Never forget Maxwel Cornet.


  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est l’immense talent qui sommeille dans la carcasse de Ferland Mendy

  • Aujourd’hui, quel latéral gauche français excepté Lucas Hernandez (voire Benjamin Mendy) peut s’asseoir devant Ferland Mendy et lui dire droit dans les yeux « Je suis meilleur que toi » ? Bah, personne. Que le joueur formé au HAC se rassure : tout le monde voit à quel point Ferland Mendy peut devenir une référence à son poste. D'ailleurs, ce ne serait pas étonnant que les virages du Parc OL lui consacrent un chant dans les prochains jours. Sur un air de Georges Brassens : « Quand je pense à Ferland, je... »





  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est que Nabil Fekir est un joueur fantastique, mais qu’il reste moins fort qu’avant sa blessure

  • Alors oui, l’international français est toujours capable de livrer des masterclass comme face à Manchester City où il a « recup the ball, shoot and score » , oui Nabilon a planté dix-huit buts la saison dernière en Ligue 1, mais il n’en reste pas moins qu’il est inférieur au Fekir qui détruisait les défenses adverses sur un seul crochet et qui était parti pour ringardiser Lionel Messi et le reste de l'espèce humaine. Pour la simple et bonne raison que depuis sa rupture des ligaments croisés, le meneur de jeu de l’OL n’arrive plus à enchaîner les rencontres à haute intensité et voit son corps l’abandonner souvent comme lors du récent déplacement au Parc des Princes (5-0). Et puis, s’il avait été meilleur que l’ancien Fekir, Liverpool n’aurait pas préféré prendre Xherdan Shaqiri durant le mercato estival.


  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est que Lucas Tousart est le futur capitaine de l’Olympique lyonnais

  • Si pour l’instant le brassard orne le bras de Nabil Fekir, d'Anthony Lopes ou de Marcelo, cela ne fait aucun doute qu’il entourera le biceps de Lucas Tousart dans un futur proche, lorsque tout le monde aura quitté la maison lyonnaise. Tout simplement parce que Lucas a cela dans le sang, comme il le prouve avec les Espoirs, à qui il a permis de mettre fin à douze ans sans participation à un Euro. Et puis, l’ancien joueur de Valenciennes a parfaitement repris le flambeau de Maxime Gonalons sur le terrain au poste de sentinelle, les frappes en tribunes en moins et le charisme en plus. Avant de récupérer son brassard de capitaine.


  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est que Tanguy Ndombele est une superbe affaire


  • Et pourtant, certains supporters ont pu se montrer sceptiques au moment du recrutement de l’ancien Amiénois qui n’avait alors qu’une saison de Ligue 2 dans les pattes. Finalement, les dix millions d’euros lâchés par l’OL paraissent bien ridicules aujourd’hui tant le milieu de 21 ans est devenu un monstre dans l’entrejeu. Désormais international français (2 sélections), Tanguy Ndombele a vu sa cote un peu plus augmenter sur le marché des transferts. Autant dire que l’affaire sera encore plus belle lorsque qu’elle rapportera 80 millions d’euros dans les caisses de Jean-Michel Aulas.




  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est qu'Anthony Lopes mériterait d’être titulaire en sélection du Portugal

  • Si la victoire de l’OL sur la pelouse de Manchester City a souvent été attribuée à Nabil Fekir ou Pep Génésio, il n’en reste pas moins que le portier rhodanien a grandement participé à cet exploit en réalisant sept parades. Un record pour un gardien de l’OL depuis Hugo Lloris en novembre 2011 (9 arrêts face au Real Madrid). Pas étonnant puisque cela fait désormais cinq ans que Lopes enchaîne les prestations de haute volée avec l’OL. Et pourtant, Fernando Santos continue de l’ignorer, préférant aligner Rui Patrício. D’autant plus que Lopes, lui, n’aurait jamais encaissé un doublé d'Edinson Cavani durant la Coupe du monde puisqu'il reste sur quatre matchs sans prendre le moindre but devant le Matador.


  • S'il y a bien une chose incontestable à Lyon ces derniers mois... c’est que Memphis Depay est un crevard, mais qu'il est capable de renverser un match à lui tout seul

  • Memphis Depay a beau avoir délivré quatre passes décisives face au FC Metz en avril dernier, il n’en reste pas moins qu'il n’est pas vraiment copain avec l’altruisme. D’ailleurs, depuis ce match en Moselle, le Néerlandais a délivré trois petites passes décisives, alors qu’il aurait pu en offrir cinq fois plus s’il ne choisissait pas à chaque fois la frappe ou le crochet. Mais comment lui en vouloir alors qu’il a claqué 19 pions la saison dernière et qu’il est capable de changer un match à chaque fois qu’il entre sur le terrain comme lors du match nul face au Shakhtar Donetsk (2-2) ?



    Par Andrea Chazy et Steven Oliveira
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4 Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 30 Hier à 11:20 Christian Vieri derrière les platines 24