Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Juventus-Inter

Conte et Pirlo, les destins mêlés de ce Juventus-Inter

Longtemps capitaine de la Juventus, Antonio Conte était revenu à Turin en 2011 en tant que coach pour redonner à la Vieille Dame de sa superbe. Avec succès. Aujourd'hui, Conte est en train d'en faire de même avec l'Inter, championne d'Italie après dix années sans trophée. Et en cette avant-dernière journée de Serie A, il pourrait bien planter le coup de poignard final à son ancien amour : en venant s'imposer à l'Allianz Stadium, il pourrait tout simplement priver la Juventus de Ligue des champions. Ce Juve-Inter, c'est Game of Thrones.

Modififié
Le football, comme la vie, est une histoire de cycles. De ritournelles, qui vont, qui viennent. De cercles et de boucles. Le Juventus-Inter de ce samedi symbolise à lui seul tout cela. D'un côté, il y a la Juventus. Une décennie au sommet. Une décennie à régner sans partage sur la Botte, à engloutir tous les titres, ne laissant que des miettes à ses poursuivants (9 Scudetti de suite, 4 Coupes d'Italie, 5 Supercoupes). De l'autre, il y a l'Inter. Une décennie de néant. Aucun trophée depuis la Coupe d'Italie en 2011, dix années à se chercher, à se reconstruire, à changer de direction, à passer de Leonardo à Gasperini, de Stramaccioni à Mazzarri, de Mancini à Frank de Boer. Et puis, cette année, les cercles de deux équipes se sont croisés, se sont touchés, et se sont refermés l'un sur l'autre. Avec deux hommes - allez, trois même - qui avaient été les porte-étendards du renouveau juventino il y a dix ans, et qui ont aujourd'hui changé de costume, modifiant ainsi la trajectoire des destins des deux équipes. Antonio Conte. Andrea Pirlo. Et, le troisième larron de l'ombre, Beppe Marotta.

Conte et Pirlo, le Yin et le Yang


À l'été 2011, après deux saisons moisies terminées à la 7e position, la Juventus décide de passer un grand coup de balais dans son institution. La situation est alors compliquée : le club affiche des pertes de 95 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 172 millions. À la tête du club depuis une année, Andrea Agnelli s'active et, à l'été 2011 donc, l'inauguration du Juventus Stadium et l'augmentation de capital de 120 millions d'euros finissent de parachever la reprise en main financière et sportive du club. Au cœur du nouveau projet : Antonio Conte, légende bianconera (419 matchs toutes compétitions confondues), et Beppe Marotta, ex-directeur sportif de la Samp. Qui, après avoir recruté Andrea Barzagli pour sa première année à Turin, met le turbo au mercato 2011 en recrutant Arturo Vidal, Mirko Vučinić, Stefan Lichtsteiner et Andrea Pirlo. La suite est connue : la Juve boucle cette première saison sans la moindre défaite, et remporte le Scudetto. La série d'invincibilité durera 49 matchs, jusqu'à une défaite le 3 novembre 2012 contre... l'Inter. Tiens tiens.



Symbole de cette Juve retrouvée, alors qu'on le disait cramé à Milan, Andrea Pirlo - désormais barbu, voire christique - illumine le jeu de la Vieille Dame. Quand Conte hurle, court, saute de joie, crie, Pirlo, lui, est toujours imperturbable, imperméable à la pression, stoïque. Le Yin et le yang de cette Juve qui s'apprête donc à régner sur l'Italie pendant une décennie, les bonnes pioches de Marotta permettant au club de se renouveler intelligemment chaque été (Pogba, Tévez, Allegri, Dybala...) Pendant ce temps, l'Inter vit une véritable traversée du désert, après avoir connu l'apogée en 2010 sous José Mourinho. Oui, entre la victoire en Coupe d'Italie en 2011, et le retour en Ligue des champions en 2018, les tifosi vont vivre des heures sombres, des vraies. Comme en cet hiver 2012, où l'Inter va, en l'espace d'un mois, perdre à Lecce (1-0), à Rome (4-0), à Naples (1-0), et à domicile contre Novare (0-1) et Bologne (0-3). Dur.

Conte, le retour au Stadium


Cette décennie est révolue. La Juve ne règne plus et l'Inter est de retour au pouvoir. Mieux encore que toutes les plus belles trahisons dans Game of Throne, l'intrigue nous offre un duo Beppe Marotta-Antonio Conte, ex-capitaines du navire blanc et noir, aux postes stratégiques de l'Inter, et leur ancien protégé, Andrea Pirlo, sur le banc de la Juve. Et voilà qu'en ce samedi 15 mai, la route des trois hommes se croise à nouveau. L'an dernier, Antonio Conte avait fait son premier retour à Turin en tant qu' « ennemi » dans un contexte on ne peut plus particulier. Le championnat italien s'apprêtait à être interrompu, et c'est à huis clos, le 8 mars, à la veille du confinement strict généralisé à tout le pays, que la Juve de Sarri avait battu les Interisti, reprenant par la même occasion sa première place abandonnée à la Lazio la semaine précédente.



Ce coup-ci, le contexte est tout autre. Le huis clos est toujours en vigueur, mais Conte débarque là auréolé d'un titre plus que mérité de champion d'Italie. Surtout, son Inter reste sur 17 matchs sans défaite toutes compétitions confondues, le dernier revers ayant été essuyé le 2 février contre... la Juventus, en demi-finale de Coupe d'Italie. Une double confrontation qui avait souri à Pirlo (1-2, 0-0), aujourd'hui dans l'obligation totale de s'imposer. En effet, si l'Atalanta, le Milan et le Napoli s'imposent (et les trois jouent contre des adversaires qui n'ont plus rien à jouer - seul Cagliari, adversaire du Milan, a besoin d'un point être mathématiquement maintenu), la Juve aura interdiction de perdre contre l'Inter, sous peine d'être mathématiquement éjectée de la prochaine Ligue des champions. À croire que le football, comme la vie, est une histoire de cycles. Mais aussi, et surtout, une histoire de karma.

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 18:12 Canal+ se retire de la Ligue 1 ! 218


Hier à 16:49 La Ligue 1 diffusée sur Amazon et Canal+ sur la période 2021-2024 68
Hier à 15:03 Revivez le quiz spécial « équipe de France 98 » avec Enzo le Footix 1
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 12:13 (Podcast) Football Recall / Épisode 1 : Verratti, Jorginho et les pénos