Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 109 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du Roi
  2. // Demies
  3. // Mirandés-Sociedad

Cinq choses à savoir sur Mirandés

Opposé à la Real Sociedad en demi-finales retour de la Coupe d'Espagne ce mercredi soir après s'être incliné 2-1 à l'extérieur à l'aller, le Deportivo Mirandés du brillant Martín Merquelanz n'a jamais connu l'élite, mais aime surprendre. Présentation, en cinq temps, d'une équipe de deuxième division en méforme qui a déjà connu une épopée similaire en 2012.

Modififié

  • Un club bientôt centenaire

  • 3 mai 1927. Aujourd'hui doyen du football castillan, le Club Deportivo Mirandés voit le jour. Pourtant, on peut considérer que le tout premier match de l'institution a eu lieu le 24 février 1917. À cette date a en effet lieu une rencontre opposant deux équipes d'étudiants du Collège Sagrados Corazones, qui donneront officiellement naissance à l'entité quelques années plus tard. Une entité qui a porté plusieurs appellations différentes, avant de se fixer sur l'actuelle.


    La suite ? Des débuts timides, une pause forcée à cause de la guerre, un ballon qui se remet à rouler le 24 septembre 1944 et l'inauguration du nouveau stade (stade municipal d'Anduva, moins de 6000 places) le 22 janvier 1950. En découleront des saisons de peines et de sourires passées entre les troisième et quatrième divisions, jusqu'à l'accession en 2012 à l'antichambre de la Liga (encore jamais fréquentée par la structure) après... 85 ans d'existence. Un très bon cru, d'ailleurs, cette saison 2011-2012...


  • L'épopée Coupe du Roi de 2012

  • Car avant d'arriver en demi-finales de la Coupe d'Espagne en 2020, Mirandés avait déjà fait le coup. Grand amateur de la compétition, le club avait envoyé des avertissements dès 1974 (qualification contre Sabadell, évoluant en deuxième division) et 1976 (qualification contre Elche, deuxième division également). En 2012, les Rojillos font beaucoup mieux, vont beaucoup plus loin et impressionnent beaucoup plus de monde.

    Vidéo

    Comment ? En accédant au dernier carré du tournoi alors qu'ils se trouvent en troisième division, Tout simplement. Au tableau de chasse du petit poucet, notamment : Villarreal (déjà...) en seizièmes de finale, le Racing Santander en huitièmes (2-0, 1-1) et l'Espanyol Barcelone en quarts (grâce à la règle du but à l'extérieur, après un 4-4 en scores cumulés). C'est finalement l'Athletic Bilbao qui viendra à bout de l'outsider, l'explosant au match retour 6-2. N'empêche que l'aventure avait été belle.


  • 2020, nouveau parcours fou

  • Mirandés a beau représenter le plus petit budget de deuxième division, il démontre mois après mois que David est capable de briser Goliath. Cela faisait huit longues années que les demi-finales de Coupe du Roi se refusaient aux clubs n'appartenant pas à la Liga (depuis l'épopée de... Mirandés, en fait) ? Les Jabatos jouent les rabat-joie, et font mieux que le Real Madrid ou Barcelone. Grâce à huit succès en dix confrontations - sur plusieurs saisons - avec des teams de l'élite, la surprise du chef donne à manger à tous les amateurs de sensations footballistiques.

    Vidéo

    Forteresse imprenable à domicile et machine à marquer - en coupe, en tout cas -, le pensionnaire de Segunda División a éliminé le Celta de Vigo (2-1), Séville (3-1) et Villarreal (4-2) à Anduva. Rien que ça. Ne reste plus qu'à faire la même chose devant la Real Sociedad, qui l'a battu 2-1 dans le Pays basque lors de la première manche malgré une grosse résistance (dix tirs à neuf en faveur des visiteurs, par exemple). Deal ?


  • Martín Merquelanz-Matheus Aiás, duo à surveiller

  • À la tête de Mirandés, Andoni Iraola. Ancien latéral droit de Bilbao, l'entraîneur originaire d'Usurbil a débarqué sur le banc en juillet 2019 sans expérience. Si ce n'est une pige plutôt réussie à l'EK Larnaca, à Chypre, avec une qualification en Ligue Europa. Dans l'effectif actuel du double finaliste de la coupe, deux éléments parmi d'autres : Matheus Aiás Barrozo Rodrigues, de son nom complet, et Martín Merquelanz.

    Vidéo

    Le premier, attaquant de 23 piges prêté par Watford, a la particularité de faire office de supersub en championnat et de constituer le deuxième meilleur buteur de la Coupe du Roi avec six pions en six titularisations (derrière les sept d'Alexander Isak). Avec une autre statistique intéressante : à chaque victoire à domicile dans le tournoi, c'est lui qui a marqué en premier. Le second, lui, est également attaquant et également prêté. Mais par... la Real Sociedad, où il est apparu une centaine de fois avec l'équipe réserve. Un monsieur qui, contre Villarreal, s'est offert l'ouverture du score et un triplé de passes décisives. L'histoire de l'ex pourrait s'avérer vicieuse...


  • Non, Mirandés ne va pas si bien

  • Si la Coupe renvoie l'image d'un club en bonne santé sportive, il en est tout autrement lorsque le championnat est étudié. Onzième au classement, Mirandés tient son objectif de maintien puisque la zone rouge se trouve à six unités. Sauf que le promu n'a plus gagné depuis neuf journées, se contentant de huit égalités.

    Vidéo

    Les Rojillos sont d'ailleurs les champions du résultat nul, puisque seule la lanterne rouge du Racing Santander en compte davantage (seize, contre quinze). Par ailleurs, les Jabatos n'ont obtenu qu'un seul clean-sheet lors des treize derniers matchs toutes compétitions confondues. Heureusement, leur pouvoir offensif demeure intact. Or, il n'en faut pas toujours beaucoup plus pour sortir un favori et s'inviter en finale. Même si cela fait quarante ans que ce n'est plus arrivé à une deuxième division, en Espagne...

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom

    Hier à 14:57 EuroMillions : 29 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi il y a 1 heure Guerre des droits TV : « Canal + n'est pas une banque » 6
    Hier à 15:22 Le coronavirus ruine la belle saison du Jersey Bulls FC 2
    Partenaires
    Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
    À lire ensuite
    Un doux parfum d'Europe