Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Économie du football
  2. // Droits TV

Canal+ met-il le foot français complètement dans la merde ?

La bombe de la soirée de mardi : le président du groupe Canal+, Maxime Saada, a sorti la sulfateuse hier dans une interview donnée au Figaro. Il renonce à la diffusion de la Ligue 1, appelle à un nouvel appel d’offres, critique l’organisation de la Ligue et dénonce l’inflation artificielle du prix des droits. Mais que se passe-t-il ? Le foot français peut-il vraiment tout perdre ?

Modififié
On pensait que la journée de mardi s’était déroulée normalement, sans encombre. La réunion entre le syndicat des joueurs, l’UNFP, et les représentants des dirigeants avait débouché sur un accord de négociation à la baisse des salaires, Neymar devait faire son grand retour contre Marseille lors du Trophée des champions et les spécialistes débattaient de l’intérêt de jouer la Coupe de France en pleine période de crise sanitaire.

Ça y est, c'est fini ?


Et d’un coup : la bombe, le choc, le fracas, l’explosion. Dans une interview, parue sur le site du Figaro en fin d’après-midi, le président du groupe Canal+, Maxime Saada, annonce que la chaîne renonce au lot 3, comprenant les matchs du samedi 21h et du dimanche 17h, appelle à un nouvel appel d’offres et dénonce le prix surévalué et irréaliste de la Ligue 1 française. C’est la catastrophe. Alors que tout le monde pensait, espérait, le grand retour de Canal+, après le retrait de Mediapro et l’accord de conciliation avec la Ligue, signé en décembre dernier, le scénario idyllique n’arrivera pas. C’est un cauchemar qui se profile. Normalement, tout avait été prévu : Mediapro devait poursuivre la diffusion des matchs au moins jusqu’au 31 janvier, le temps que la LFP se mette d’accord avec Canal. On parlait alors d’un prix de 590 millions plus 100 millions d’euros de bonus, et hop, on revenait à une diffusion pleine et exclusive sur la chaîne cryptée. Tout devait se décanter pour le 7 février, avec le Classico OM-PSG.



Bien que les dirigeants souhaitaient une revente des droits à 800 millions d’euros, afin de limiter la casse avec Mediapro et compenser les pertes de la crise économique, un retour de Canal, même à 690 millions, apparaissait comme un sauvetage, un moyen de rebondir, un espoir en période trouble. Sauf que maintenant, plus rien n’est escompté. Avec le renoncement de Canal, le football n’est même plus certain d’être diffusé et l’on pourrait se diriger vers un écran noir. Sur ce point, Maxime Saada précise bien, malgré tout, que la chaîne se propose de mettre en place une plateforme de pay-per-view jusqu’à la fin de l’appel d’offres (qui pourrait durer 6 mois maximum), afin d’offrir la possibilité aux fans et aux supporters de payer pour voir des matchs à la carte. Mais à quel prix ? Avec quels moyens ? Quelle structure ? Quelles modalités ? Et si cela se fait, combien vont récolter des clubs comme Dijon, Angers, Nîmes ou Brest, bien moins populaires que Marseille, Paris ou Lyon ? Les gros clubs vont-ils accepter de maintenir un principe d’égalité dans les dotations des droits TV ?

La crainte du demi-milliard


Pire, avec un nouvel appel d’offres exigé, au milieu d’une conjoncture catastrophique, conjuguée à la défaillance de nombreux marchés et au désintérêt de tous les autres diffuseurs, y compris les GAFA qui n’ont jamais décroché leur téléphone, Canal est dans une position de force, de quasi-monopole pour tout rafler à moins de 500 millions d’euros. Il en aurait le droit et les moyens. Sauf qu’à ce prix, c’est la faillite assurée pour un certain nombre de clubs, ceux qui avaient basé tous leurs projets sportifs sur les droits Mediapro à 1,153 milliard d’euros, qui avaient prolongé des contrats et acheté des joueurs à des prix élevés, pronostiquant un retour sur investissement avec les droits TV.

Dans un récent rapport, la DNCG estimait, avant l’annonce de Saada, qu’un tiers des clubs professionnels français étaient « dans une situation comptable inquiétante » et que, si rien n’était fait, « des dépôts de bilan pourraient apparaître dans les mois à venir » . D’ailleurs, lors de la réunion de mardi entre les dirigeants et l’UNFP, la piste de la faillite et de la suspension de la saison a été soulevée, demandant une baisse garantie des salaires pour éviter les crises et les ruptures. Mais dorénavant, avec cette nouvelle variable Canal+, ce ne sont plus des baisses provisoires et progressives qu’il faut décider, c’est une véritable refondation du football, une révolution philosophique, sportive et structurelle qu'il faut penser. Sans cela, on risque rapidement de se retrouver avec un championnat en ruines. Ni plus ni moins.

Par Pierre Rondeau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi