Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Real-Juventus (1-3)

Buffon s'incline face à son destin

Malgré un match de géant, Gianluigi Buffon ne gagnera pas la Ligue des champions dans sa carrière. Un trophée prestigieux qui était devenu une obsession pour le légendaire dernier rempart de la Vieille Dame, comme en témoigne son exclusion qui ressemble à un clap de fin.

Modififié
En une seconde, Gianluigi Buffon est passé d'un rêve à un terrible cauchemar. Lorsqu'il voit Michael Oliver désigner sans hésitation le point de penalty à la suite d'une poussette de Benatia sur Lucas Vázquez, le dernier rempart de 40 ans ne veut pas y croire. Tel James Franco dans l'épisode initial de 22.11.63, Buffon semble impuissant face aux éléments qui s'agitent contre lui. La soirée avait tout de celle qu'on attend depuis un moment, sans aucune fioriture et proche de la perfection. Pourtant, à la fin, il ne lui reste plus que sa paire de gants et l'épaule de son fidèle lieutenant Chiellini pour constater qu'une nouvelle fois cette année, ce compétiteur hors pair ne remportera pas la Ligue des champions. Terrible, d'autant que ce soir, personne ne pourra évoquer une faiblesse constatée dans la prestation qu'il a livrée face à l'armada madrilène.

L'homme a vu rouge


Longtemps, dans l'antre du Bernabeù, Buffon a pensé avoir trouvé la formule pour enfin inverser ce qui commence à s'apparenter à une tendance face au Real Madrid. Isco, le Madrilène le plus dangereux, Gigi n'en a fait qu'une bouchée notamment à deux reprises, rappelant au monde son rang dans la hiérarchie des tout-meilleurs au poste de gardien, quand Navas se trouait sur le troisième but turinois. Pour le 1059e match de sa carrière, c'est vêtu du costume des grands soirs que le natif de Carrare comptait repartir de Madrid avec la qualification en poche. La décision de Michael Oliver à la 91e minute, sévère pour certains, mais pas moins juste, ne passe pas. La colère prend alors le pas sur la tranquillité légendaire, rappelant qu'avant d'être un sportif hors pair, Gigi Buffon est un homme avec une bonne dose d'émotion en lui. Le coup de sifflet est la goutte d'eau, ce qui suit ne nécessite pas de commentaires.

Le cercle des légendes


Le carton rouge est sorti, mais Buffon sait déjà comment le match va se terminer. Certes, ce n'est pas lui qui encaissera le penalty, mais l'important est ailleurs. Comment ne pas le comprendre ? Après la rencontre, le calme avait d'ailleurs du mal à reprendre le dessus sur la colère : « Je suis content de jouer dans une équipe pareille. Nous étions dans une situation impossible, et on a réalisé quelque chose d'incroyable. La dernière action, l'arbitre a sifflé une faute qu'il est le seul à avoir vue. Il faut avoir une certaine sensibilité pour comprendre l'importance de certains moments... Et si on ne l'a pas, il vaut mieux être dans la tribune, avec ses amis, et des frites pour regarder le match... » Cette réaction traduit surtout la déception d'un grand champion qui ne soulèvera pas un trophée majeur qu'il a tant désiré.


En tant que compétiteur, il ne serait peut-être pas si surprenant de le voir de nouveau sur le pont la saison prochaine, comme il l'expliquait à la Repubblica en janvier dernier : « Je veux le bien de l’équipe, comprendre quel rôle je peux endosser, si la Juventus pense que je peux encore être important. J’aimerais (jouer la saison prochaine), mais la meilleure solution, nous allons la trouver avec le club.  » Après la rencontre, il n'a pourtant pas affirmé être sûr d'être là pour la prochaine saison, sûrement encore sonné par ce qui venait de se passer. Sa sortie sur un carton rouge ressemble à un adieu dans cette compétition, avec des airs, toutes proportions gardées, de celle d'un autre grand champion en finale de Coupe du monde. Ironie du sort, c'est face à Zidane qu'il a sûrement dit adieu à la coupe aux grandes oreilles. Comme si sortir de cette manière était le passage obligé pour entrer dans le cercle des légendes.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4 Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 30 Hier à 11:20 Christian Vieri derrière les platines 24