S’abonner au mag
  • Le Français du week-end
  • Naples

Tanguy Ndombele, cap sur la Coupe du monde ?

Par Adel Bentaha
Tanguy Ndombele, cap sur la Coupe du monde ?

Performant avec Naples, Tanguy Ndombele semble revenir en forme au meilleur des moments. Suffisant pour gratter un ticket vers le Qatar ?

Face à l’Atalanta, ce samedi, Tanguy Ndombele a joué sa partition d’homme de l’ombre, en entrant à l’heure de jeu afin de sécuriser le difficile succès des siens (1-2). Précieux dans la conservation et primordial dans ses projections en direction d’Elif Elmas et de Giovanni Simeone en fin de partie, l’ancien Lyonnais a une nouvelle fois su répondre aux attentes de Luciano Spalletti. En bord de pelouse, avant de le lancer, le technicien italien a d’ailleurs passé de nombreuses minutes à détailler un plan préalable à son protégé. Le cadrage nécessaire, pour un garçon traînant une irrégularité chronique, mais qui, cette saison, paraît s’être stabilisé. Le résultat d’une dynamique collectivement trouvée au Napoli, que l’intéressé maximise aujourd’hui pour se placer en candidat légitime à l’équipe de France. En temps de pénurie dans l’entrejeu.

Tanguy di Napoli

Ce rôle de joker de luxe, difficile de l’envisager quand débarque Ndombele en Campanie. S’il n’est pas titulaire indiscutable, le joueur formé à Guingamp est un membre indéniable de la rotation azzurra, n’ayant manqué que deux rencontres en trois mois (seize matchs disputés sur dix-huit possibles). Et pour cause. Inconstant depuis quatre ans, le relayeur n’a jamais su trouver le juste équilibre que nécessite sa palette talentueuse, freinée à Tottenham et par un retour mitigé à l’OL, six mois en arrière. Laissé dans le flou cet été, le Longjumellois n’a donc pas hésité à répondre à l’appel de Naples. Il faut dire que ces dernières années, les Partenopei sont devenus spécialistes dans l’art de relancer des milieux, à l’image de Frank-André Zambo Anguissa, Stanislav Lobotka, ou, dans une moindre mesure, Tiemoué Bakayoko.

Des profils quelque peu similaires, sur lesquels a appris à s’appuyer Spalletti. « Tanguy arrive avec une carte de visite intéressante, il peut couvrir tous les rôles du milieu de terrain, s’enthousiasmait le coach en août dernier. C’est un joueur qui peut jouer long vers les attaquants et qui est techniquement fort, pour bien se sortir des espaces. Nous savons qu’il aime courir vers l’avant et non vers l’arrière, mais nous allons lui apprendre. » Une petite plaisanterie sur certains axes de progression, visiblement assimilés aujourd’hui à y lire les chiffres du tricolore. Sur le plan offensif, son apport dans la transition est ainsi indéniable : 90% de passes réussies, dont 240 sur les 268 réalisées depuis le début de saison l’ont été vers l’avant. En défense – le point sensible -, Ndombele peut également se féliciter de ses huit tacles effectués par rencontre (88% d’interventions réussies).

L’homme qui tombe à pic

Des statistiques primaires, évidemment déclinables dans le jeu, en complément de Piotr Zieliński et Zambo Anguissa. Une série d’arguments factuels, à même de relancer le débat sur une prochaine convocation de Tanguy Ndombele en équipe de France. Apprécié par Didier Deschamps pour ses qualités techniques, le Napolitain l’est beaucoup moins en ce qui concerne sa nonchalance caractéristique et sa désinvolture parfois irritante. « Je l’adore en tant que joueur, mais il me frustre un peu, parce que je sens qu’il peut être encore meilleur que ce qu’il est déjà, racontait José Mourinho au micro de Canal+. Quand je regarde l’équipe de France et que Tanguy ne joue pas, je ne blâme pas Didier Deschamps, je blâme Tanguy. » Suffisant pour justifier le maigre bilan de sept capes, accordé par le sélectionneur. Mais insuffisant, cette saison, pour l’écarter de la route du Mondial.

À 25 ans, Ndombele pourrait en effet voir cette belle entame de campagne – au sein de la meilleure écurie d’Europe – lui permettre de rattraper le retard accumulé jusque-là. Il faut dire qu’en plus de ces performances sportives, le timing est lui aussi favorable à ce retour en Bleu. N’Golo Kanté et Paul Pogba blessés, seuls Aurélien Tchouaméni, Adrien Rabiot et Matteo Guendouzi semblent désormais armés pour mener la bande à DD à Doha. Un trio jeune et fragile, derrière lequel les autres prétendants ne se bousculent pas. Eduardo Camavinga ou encore Youssouf Fofana pouvant également prétendre à une place dans la liste des 26, le vivier n’a jamais semblé aussi lacunaire depuis le sacre de 2018. Autant d’éléments vertueux, ouvrant donc à Tanguy les portes d’un come-back salvateur. En attendant le 9 novembre.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Adel Bentaha

Articles en tendances

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

France

Actus T. Ndombélé

03
Revivez Napoli-Inter (0-3)
Revivez Napoli-Inter (0-3)

Revivez Napoli-Inter (0-3)

Revivez Napoli-Inter (0-3)
23
Revivez la victoire du Real à Naples !
Revivez la victoire du Real à Naples !

Revivez la victoire du Real à Naples !

Revivez la victoire du Real à Naples !
22
En direct : Arsenal-Tottenham  (2-2)
En direct : Arsenal-Tottenham (2-2)

En direct : Arsenal-Tottenham (2-2)

En direct : Arsenal-Tottenham (2-2)