S’abonner au mag
  • Ligue 1
  • J13
  • Résumé

Strasbourg et Dijon se font plaisir, Metz piétine

Par Christophe Depincé
Strasbourg et Dijon se font plaisir, Metz piétine

Une soirée de Ligue 1 mi-figue mi-raisin, mais c'était tout de même mieux que ces interminables trêves internationales.

PSG 4-1 FC Nantes

Buts : Cavani (37e et 77e), Di María (41e) et Pastore (65e) pour Paris // Nakoulma (56e) pour Nantes


Strasbourg 2-1 Rennes

Buts : J. Blayac (28e) et S. Bahoken (83e) pour le Racing // A. Hunou (88e) pour le Stade rennais

Sabri Lamouchi a découvert la D1 en tant que joueur à Strasbourg avec Auxerre il y a vingt-trois ans, pour le bonheur de nos petits yeux. C’est cette fois dans la peau d’un coach débutant qu’il retrouvait la fournaise de la Meinau. Mais il est encore bien trop tôt pour s’en réjouir ou s’en lamenter. L’ancien métronome avait prévenu : « Celui qui s’attend à du changement contre Strabourg, il se trompe parce que je ne suis pas fou. Celui qui pense que je suis un magicien se trompe aussi. » Ça tombe bien, les supporters rennais ne sont plus à une semaine près et ne croient plus à la magie depuis bien longtemps. Strasbourg attaque fort d’entrée pour renouer avec une victoire à la Meinau qui lui fait défaut depuis plus de deux mois. Agressifs, les Alsaciens gagnent la bataille des seconds ballons et créent le danger à l’envie plus qu’au talent. Et voilà comment une frappe téméraire de trente-cinq mètres se transforme en passe décisive pour Jérémy Blayac, qui crucifie Koubek. Juste avant la mi-temps, le gardien tchèque sauve les siens du naufrage sur une frappe strasbourgeoise à bout portant.

Adrien Hunou tape la barre dès le retour des vestiaires. La guigne est toujours bretonne, ouf. Après une première période amorphe, les Rennais s’activent un peu, mais Strasbourg tient bon. À l’heure de jeu, petit frisson : Yoann Gourcuff s’échauffe. Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour la santé des numéros 10. Nouveau frisson quelques minutes plus tard : Morgan Amalfitano pète les plombs en fauchant brutalement Dimitri Liénard. Rennes est à dix, mais son 10 ne s’est toujours pas blessé à l’échauffement, tout va bien. Liénard réalise ensuite un festival sur le côté gauche et dépose le ballon sur la tête de Bahoken qui met à l’abri les siens comme un bon père de famille. Il fait bien, puisque Hunou réduit peu après le score d’un joli extérieur du pied. Rennes pousse, mais les filets ne trembleront plus. Après quatre victoires consécutives toutes compétitions confondues, Rennes retrouve enfin la défaite. La crise est finie.


Dijon 3-1 Troyes

Buts : Tavarès (29e et 47e) et C. Kwon (51e) pour Dijon // H. Suk (17e) pour Troyes

L’affiche de ce début de saison n’a pas déçu. Khaoui a tout d’abord fait apprécier sa patte gauche à la Bourgogne. Un premier coup franc bien frappé, puis un corner sortant décisif pour Hyun-jun Suk, la recrue coréenne qui perpétue la tradition du joli jeu de tête des Coréens de Ligue 1, dix ans après Chu-young Park. Son compatriote du camp adverse, Kwon, tente de s’inviter à la fête en l’imitant, sans réussite. Troyes est ensuite tout proche de faire le break après un festival de Dingomé, mais, dans la foulée, Sammaritano fait parler sa technique sur un contrôle superbe en pleine extension, et Julio Tavarès répond par son opportunisme en reprenant un ballon qui avait d’abord échoué sur le poteau. 1-1 à la mi-temps, personne n’est content. Alors Tavarès y va de son doublé dès la reprise en déviant légèrement un centre-tir de Kwon. Mais pas de panique pour le Coréen, il a enfin droit à son but dans la foulée d’une frappe du gauche après une belle incursion dans l’axe. Les hommes de Jean-Louis Garcia sont assommés en cinq minutes et disent adieu à leur rêve du week-end : incorporer le top 10.


Toulouse 0-0 Metz

Après un début de match à l’avantage des Toulousains, les Lorrains s’enhardissent et se procurent une double occasion par l’intermédiaire de Nolan Roux et Opa Nguette, mais les hommes de Dupraz ont la bonne idée de se trouver sur la trajectoire des frappes. Pendant ce temps, Max-Alain Gradel se prend pour le Juninho ivoirien sur un coup franc à quarante mètres. Cinq mètres au-dessus de la cage de Didillon. Puis Cafu montre que Lafont fait partie de ces grands gardiens qui savent se coucher vite au sol. Mais Fallou Diagne gâche le bon début de match de ses coéquipiers avec un tacle stupide les deux pieds décollés. Didillon n’abdique pas en réalisant un arrêt de grand classe sur une frappe à bout portant. Nguette n’est pas loin de transformer la résistance en miracle, mais l’arbitre ne juge pas le tacle de Christopher Jullien assez rugueux pour siffler un penalty en faveur des Messins.

Sanogo enchaîne contrôle poitrine et retourné acrobatique, mais la chance n’a pas encore totalement abandonné les joueurs de Frédéric Hantz : la tentative échoue sur la barre. Et puis Didillon réalise un nouveau miracle en stoppant de la tête une frappe d’Ola Toivonen. Nolan Roux est tout proche d’offrir la victoire de l’espoir, mais Lafont s’interpose par deux foix. Ça doit bouillir dans la tête de Pascal Dupraz, mais il enfile quand même son bonnet, signe que les vestiaires vont trembler. Metz tient son nul, un bon point dans d’autres circonstances, mais quand on en compte quatre en treize journées, difficile de croire que la messe n’est pas dite.


Guingamp 1-1 Angers

Buts : A. Camara (14e) pour Guingamp // Y. Andreu (23e) pour Angers

Après les roustes subies respectivement à Monaco et contre Paris il y a quinze jours, les Guingampais et les Angevins se devaient de réagir. Ils ont donc décidé d’offrir un beau spectacle et de partager les points pour ne froisser personne. Au quart d’heure de jeu, Marcus Thuram et Franck Tabanou combinent habilement sur le côté gauche, et Abdoul Razzagui Camara n’a plus qu’à pousser dans les filets l’offrande de l’ancien Stéphanois. Du mouvement sur les côtés, des centres millimétrés : c’est le retour du jeu à la guingampaise. Mangani tire toujours aussi bien les corners, Marcus Thuram s’essaie aux vingt mètres, mais sa frappe est trop enlevée.

Yohan Andreu lui montre comment on exécute une frappe flottante : il faut viser l’adversaire et prier. Ça marche. C’est la vie de Kalle Johnsson : consoler le meilleur portier du monde la semaine et se prendre des buts contre son camp face à Angers le week-end. Heureusement, comme face à l’Italie, le portier suédois a la chance de son côté et voit l’arbitre siffler en sa faveur une charge légère alors qu’il avait relâché un ballon poussé dans les filets par Pavlović. On assiste alors à un match plaisant qui semble pouvoir basculer des deux côtés. Et puis Lucas Deaux laisse ses partenaires à dix à l’heure de jeu sur un tacle mal maîtrisé qui lui vaut un second carton jaune. Mais c’est décidément la semaine de Johnsson, auteur d’une superbe parade sur le coup franc qui suit frappé par Thomas « Pied de velours » Mangani. Un point, c’est tout, mais c’est déjà bien.

Résultats et classement de Ligue 1 Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici
Dans cet article :
Dans cet article :

Par Christophe Depincé

Articles en tendances

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Strasbourg

Dijon

Jérémy Blayac