S’abonner au mag
  • Mondial 2023
  • Australie

Australie : la mécanique des cœurs

Par Léna Bernard

Au crépuscule de cette Coupe du monde, l’Australie repart avec la médaille en chocolat, mais a gagné l’amour inconditionnel de toute une nation. Dans un pays qui ne jure que par le rugby et le football australien, le parcours des Matildas risque bien de faire entrer le soccer australien dans une nouvelle ère.

Australie : la mécanique des cœurs

Des enfants avec des étoiles dans les yeux, des adultes qui chantent en tribunes ou dans les rues à l’unisson. Des scènes de liesse observables dans l’immensité de l’île australienne, de Brisbane à Adélaïde, en passant par Sydney, sur terre comme dans les airs. L’entièreté du pays semblait avoir les yeux rivés sur la séance de tirs au but entre la France et l’Australie. Lorsque Cortnee Vine, l’une des seules joueuses de l’effectif qui évolue encore dans le championnat local au Sydney FC, a inscrit le penalty décisif, les scènes de liesse étaient légion jusque dans les stades de footy, l’un des sports les plus populaires du pays. Aucun doute, l’ambiance autour du football féminin a changé durant ce mois de compétition.

Un parcours honorifique

Pour sa huitième participation en Coupe du monde, l’Australie a réalisé sur son sol la meilleure performance de son histoire dans la compétition. Une quatrième place pour une équipe qui n’était jamais allée au-delà des quarts de finale (2011 et 2015) mais dotée d’une génération dorée incarnée par Sam Kerr. Si au préalable, les Australiennes ne faisaient pas figure de favorites incontestables, les Matildas avaient déjà pesé sur l’édition 2021 des Jeux olympiques où elles avaient déjà terminé quatrièmes. Pour Isobel Cootes, journaliste pour Optus Sport, l’enthousiasme des Australiens est d’abord fortement lié au parcours des Aussies : « Si les Matildas n’avaient pas connu un tel succès, l’histoire aurait été bien différente. L’engouement a envahi le pays lorsque nous avons battu le Canada 4-0 et ne s’est jamais estompé. L’atmosphère autour des matchs des Matildas était électrique, les Australiens ont adhéré à tous les aspects du tournoi. »

Il faut dire qu’avant ce mois d’émerveillement, le soccer féminin ou masculin n’attirait pas les foules, comme le confie Isobel Cootes : « Jusqu’à ce tournoi, 15 à 20 000 personnes dans un stade étaient considérées comme une affluence importante. » Des données qui ont pris une tout autre ampleur durant ce mois de compétition, aussi bien en matière d’affluence que d’audimat. Les records d’affluence ont été battus, près de deux millions de personnes ont assisté à au moins un match en tribune, et le match d’ouverture entre l’Australie et l’Irlande a vu 75 784 spectateurs affluer dans les gradins de l’Olympic Stadium de Sydney. Lors de la qualification historique des Matildas face à la France, Seven West Media (équivalent de Médiamétrie en France, NDLR) indique que 4,17 millions de téléspectateurs en moyenne ont regardé le match (pour une population globale de 26 millions d’habitants), un record pour l’année 2023. Des chiffres qui dépassent largement les audiences observées pour les matchs de football australien ou de rugby à XIII selon le média australien ABC News. Record battu par la demi-finale face à l’Angleterre où plus de 11 millions de personnes ont regardé le match à la télévision. Un succès sur lequel la Fédération australienne compte bien capitaliser.

La compétition du changement

L’amour des Australiens pour leur sélection féminine s’est confirmé dans tous les secteurs, des tribunes au merchandising. Une employée du magasin Nike de Sydney confiait au média espagnol Relevo qu’ils avaient vendu plus de maillots de l’équipe féminine que masculine tout au long de la compétition et que près de 200 000 maillots, toutes équipes confondues, avaient été achetés dans la boutique. Du jamais-vu. Des faits qui ne doivent rien au hasard selon James Johnson, directeur général de la Fédération australienne de football. Le boss du football australien expliquait dans une réunion d’information que des plans avaient été mis en place pour impliquer le public : « Nous avons essayé de mettre en place deux stratégies parallèles : pour la Coupe du monde et pour les Matildas. » Un plan basé sur le succès des Aussies pour que naisse l’intérêt de la nation pour l’évènement, pari réussi. James Johnson ajoute même : « Les Matildas sont aujourd’hui le produit sportif le plus apprécié sur le marché. Nous avons beaucoup travaillé sur le développement de la marque, et nous pensons que c’est directement lié au succès du tournoi. »  Dans un pays qui comptait en 2017 un peu plus d’un million de licenciés, dont environ 250 000 licenciées, le but est désormais de continuer le travail. En février 2021, la Fédération a mis en place un plan nommé Legacy’23 pour capitaliser sur l’organisation de cette Coupe du monde et investir en conséquence dans le football féminin. Ce projet prévoit notamment d’atteindre la parité entre hommes et femmes en 2027. Un projet qu’est venu compléter le gouvernement fédéral australien qui a promis d’investir 200 millions de dollars dans le sport féminin.

Un geste salué par le sélectionneur Tony Gustavsson en conférence de presse : « Il faut maintenant des investissements à long terme pour s’assurer que nous profitions vraiment de cette période charnière pour le football féminin dans ce pays. » Le technicien suédois avait évoqué l’exploit de ses joueuses de faire partie du dernier carré compte tenu du budget australien : « Si l’on compare les ressources financières des équipes du top 10, en matière de retour sur investissement, arriver à se hisser dans le top 4 est remarquable. » Dans tous les cas, comme l’a indiqué Caitlin Foord, attaquante des Matildas, sur ses réseaux sociaux : « Nous avons uni tout le pays, inspiré la nouvelle génération, marqué l’histoire, changé la façon dont le football est perçu ici en Australie, mais surtout, nous avons rendu fiers de nombreux Australiens. Notre principal objectif était de laisser un héritage, et je pense que l’on peut dire que nous y sommes parvenus. » Aucun doute, l’Australie n’a pas remporté le Mondial, mais elle a marqué une trace indélébile dans l’histoire du football féminin mondial.

Par Léna Bernard

Propos de Isobel Cootes recueillis par LB.

Articles en tendances
30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Leverkusen
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)
Logo de l'équipe Atalanta
Lookman au triple galop
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Bayer Leverkusen (3-0)
Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus Coupe du monde féminine

Actus AUS

Caitlin Foord

13
Sydney, Australien, 16.08.2023: Katrina Gorry (Australia) und Alessia Russo (England) im Kampf um den Ball waehrend des Spiels der Semi Final - FIFA Women's World Cup Australia & New Zealand 2023 zwischen Australien und England im Stadion Australia am 16. August 2023 in Sydney, Australien. (Foto von Sajad Imanian/DeFodi Images) Sydney, Australia, 16.08.2023: Katrina Gorry (Australia) und Alessia Russo (England) battle for the ball during the Semi Final - FIFA Women's World Cup Australia & New Zealand 2023 match between Australia vs England at Stadium Australia on August 16, 2023 in Sydney, Australia. (Photo by Sajad Imanian/DeFodi Images) Images cannot be used in books or individually in the form of mobile alert services or downloads without prior approval from FIFA - Photo by Icon sport
Sydney, Australien, 16.08.2023: Katrina Gorry (Australia) und Alessia Russo (England) im Kampf um den Ball waehrend des Spiels der Semi Final - FIFA Women's World Cup Australia & New Zealand 2023 zwischen Australien und England im Stadion Australia am 16. August 2023 in Sydney, Australien. (Foto von Sajad Imanian/DeFodi Images) Sydney, Australia, 16.08.2023: Katrina Gorry (Australia) und Alessia Russo (England) battle for the ball during the Semi Final - FIFA Women's World Cup Australia & New Zealand 2023 match between Australia vs England at Stadium Australia on August 16, 2023 in Sydney, Australia. (Photo by Sajad Imanian/DeFodi Images) Images cannot be used in books or individually in the form of mobile alert services or downloads without prior approval from FIFA - Photo by Icon sport
Revivez Australie-Angleterre (1-3)

Revivez Australie-Angleterre (1-3)

Revivez Australie-Angleterre (1-3)
00
CommBank Matildas, ‘Send Off’ Match v France at Marvel Stadium in Melbourne, Australia on 14 July, 2023 Hayley Raso of Australia and Sakina Karchaoui of France in action during a friendly match between Australia and Canada ahead of the FIFA Women's World Cup.
CommBank Matildas, ‘Send Off’ Match v France at Marvel Stadium in Melbourne, Australia on 14 July, 2023 Hayley Raso of Australia and Sakina Karchaoui of France in action during a friendly match between Australia and Canada ahead of the FIFA Women's World Cup. (Photo by Mark Avellino/Sportpix/Sipa USA) (Photo by Mark Avellino/Sportpix/Sipa USA) - Photo by Icon sport
Revivez Australie-France (0-0)

Revivez Australie-France (0-0)

Revivez Australie-France (0-0)
10
Revivez Australie-France (1-0)
Revivez Australie-France (1-0)

Revivez Australie-France (1-0)

Revivez Australie-France (1-0)

Australie