S’abonner au mag
  • France
  • Stade brestois

Lees-Melou, Bleu dans les cœurs

Par Clément Gavard

Éric Roy a lancé le débat le week-end dernier : Pierre Lees-Melou mériterait une petite sélection en équipe de France. Le milieu de terrain brestois de 30 ans, impérial cette saison, n'a pas besoin de cette récompense pour entrer dans le cœur des gens.

Lees-Melou, Bleu dans les cœurs

Il y a quelque chose de réconfortant à voir un joueur comme Pierre Lees-Melou, aussi simple dans la vie qu’il est fort sur un terrain cette saison, trouver une place dans les discussions et les débats lors d’une semaine consacrée à la Ligue des champions et, bien sûr, à Kylian Mbappé. C’est la preuve aussi que le milieu de terrain brestois, qui pourrait découvrir la petite musique de la Ligue des champions en septembre prochain, est entré dans une autre dimension. Ce n’est pas celle de la star parisienne, mais c’est la sienne et c’est très bien comme ça.

Après son but contre Le Havre, synonyme de nouvelle victoire de Brest le week-end dernier, son entraîneur Éric Roy avait ouvert le champ des possibles : « À son poste aujourd’hui, il y a peu d’équivalents pour moi dans le championnat de France. Il mériterait presque d’avoir une sélection. Car dans ce rôle-là, à ce poste-là, il plane sur l’équipe et sur la Ligue 1. » Voilà la question posée, à une semaine de la liste de Didier Deschamps pour le rassemblement de mars, sur la possibilité ou non de voir le joueur de ​​30 ans fêter une première convocation chez les Bleus. Ce serait une récompense sublime, mais ça ne peut pas être une fin en soi. Surtout, Lees-Melou, comme bien d’autres, n’a pas besoin de cette consécration pour rester dans les mémoires et dans le cœur des gens.

Pagis, Leroy, André et tous les autres

Benoît Cheyrou, Pierre-Alain Frau, Benjamin Bourigeaud, Florian Sotoca, Loïc Perrin, Matthieu Chalmé, Julien Féret, Téji Savanier, Jérôme Leroy, Mickaël Pagis, Florent Balmont, Benjamin André, Olivier Monterrubio, Cyril Rool, Guillaume Warmuz, Claude Puel, Laurent Batlles… Ces joueurs d’hier et d’aujourd’hui n’ont jamais eu l’occasion d’honorer une cape en équipe de France, mais ils ont marqué le championnat de leur talent ou de leur personnalité, souvent les deux à la fois. La liste est non exhaustive, elle ne cesse de s’agrandir au fil des saisons. Une apparition sous le maillot bleu n’est pas toujours nécessaire pour valider une carrière. Celle-ci peut être belle sans ce graal réservé à quelques centaines de joueurs depuis plus d’un siècle. Ils sont 938 à avoir porté la tunique tricolore depuis 1904 et ils sont beaucoup plus à s’être fait un nom dans l’Hexagone sans cette distinction.

Si j’avais été appelé en sélection, j’aurais refusé. Les Bleus, ça se mérite.

Jérôme Leroy

Il faut une certaine humilité, parfois, pour admettre qu’on peut être un excellent footballeur, sans pour autant avoir le niveau pour la sélection. « Je ne méritais pas d’être sélectionné, tout simplement, disait par exemple Pagis dans L’Alsace. Au moment où j’aurais éventuellement pu le mériter, j’étais trop âgé. » Même époque, autre esthète, Jérôme Leroy avait développé une réflexion autour de ce fameux mérite lors d’un entretien donné à L’Équipe : « Si j’avais été appelé en sélection, j’aurais refusé. Les Bleus, ça se mérite. En 1998, les joueurs de l’équipe de France ont créé une institution. Tout doucement, on a perdu ça en prenant des joueurs par-ci par-là, parfois après seulement une saison de L1 !  » Benjamin André a fêté son 400e match dans l’élite à Reims, une marque de longévité et de bien d’autres choses, et il ne connaîtra jamais le bonheur de l’équipe de France.

Lees-Melou facture 206 rencontres, soit la moitié, dans la Ligue des talents, entre Dijon, Nice et Brest. Il fait partie des meubles, des indéboulonnables et on oublierait presque qu’il avait quitté le championnat le temps d’une parenthèse d’une année en Angleterre, à Norwich. Le parrain du Vrai Foot Day 2021 – encore une qualité – a lui-même éteint cette éphémère enflammade cette semaine. « Pour être honnête, ça ne me fait même pas rêver. En fait, je n’en ai jamais vraiment rêvé tellement la marche est trop haute, a-t-il confié dans Ouest-France. Dire que je n’ai pas rêvé d’être professionnel, ce serait mentir. Mais l’équipe de France… Je viens du monde amateur. Je trouve que le coach a un peu abusé. […] Il n’y a pas de débat pour moi. » Il y en aura en revanche peut-être un au moment de désigner le meilleur joueur de cette cuvée de Ligue 1 en mai prochain.

À 35 ans, Paul Lasne met un point final à sa carrière de footballeur

Par Clément Gavard

À lire aussi
Articles en tendances
30
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen  (3-0)
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Leverkusen
Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)

Revivez la finale Atalanta-Leverkusen (3-0)
12
Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)
  • Coupe de France
  • Finale
  • Lyon-PSG
Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)
Logo de l'équipe Atalanta
Lookman au triple galop
  • C3
  • Finale
  • Atalanta-Bayer Leverkusen (3-0)
Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Lookman au triple galop

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

12
Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)
Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Revivez Olympique Lyonnais - PSG (1-2)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Ligue 1

Brest

France

Actus P. Lees Melou