Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Empoli-Roma

Les années romaines d'Andreazzoli

Homme providentiel d'Empoli, qu'il a fait remonter en Serie A la saison dernière, Aurelio Andreazzoli retrouve la Roma, où il avait endossé pendant des années le rôle de collaborateur technique de la ribambelle de coachs qui se sont succédé sur le banc des Giallorossi. De quoi lui permettre d'entretenir un discours aussi passionné que critique sur le club de la capitale et sa gestion tumultueuse.

Modififié

Drôle de parcours. Bizarre. À contretemps. À soixante ans passés, Aurelio Andreazzoli est un entraîneur différent. Difficile de lui coller un autre qualificatif, au regard de son CV : vieux briscard de la Serie A, le Mister n'a découvert l'élite comme entraîneur principal d'un club que lors de l'exercice en cours, du côté d’Empoli (si l'on excepte son intérim de quelques mois à Rome en 2013). Empoli, une formation qu’il a fait remonter en Serie A la saison dernière. Ce Toscan de naissance s'est pourtant surtout construit une réputation d'homme de l'ombre à la Roma, comme pilier du staff technique. À l’heure de recroiser la route de la Louve ce samedi soir, les tifosi giallorossi se souviendront sans doute qu’Aurelio n’a d’ailleurs jamais cherché à nier l'évidence : « Oui, je supporte la Roma. » Ce qui ne l'a pas empêché par le passé de dénoncer les dysfonctionnements systémiques d'un club qu'il a appris à connaître sur le bout des doigts.

L'ombre de Spalletti


Retour en 2005. À l'époque, Aurelio Andreazzoli a déjà plus de 50 piges, n'a encore posé son fessier que sur des bancs de clubs de Serie C et D, mais débarque à la Roma pour appuyer un certain Luciano Spalletti. Un divin chauve auquel son nom sera longtemps associé. De fait, si Andreazzoli a six ans de plus que Luciano, c'est bien lui qui puise dans les influences du tout nouveau Mister de la Louve. Le duo, complémentaire et semble-t-il alors indivisible, se connaît par cœur. La paire a du vécu, les deux hommes s'étant connus dans les salles de classe de Coverciano, le célèbre centre de formation des entraîneurs transalpins. Andreazzoli, élève appliqué et studieux, fait alors la connaissance d'un Spalletti aux méthodes de travail moins conventionnelles, mais déjà virtuose.

Le second obtient même la note maximale à son Master UEFA pro, le plus haut degré de diplôme d'entraîneur attribué par la Fédération italienne : 110 sur 110. Aurelio tombe rapidement sous le charme : « Luciano arrivait et je le mettais à jour sur certains des enseignements, parce qu'il manquait certains cours... Mais c'était un des tout meilleurs. » En 2003, alors que Spalletti est en train de secouer la hiérarchie de la Serie A à l'Udinese, Andreazzoli rejoint donc son ami dans le Frioul, avant d'émigrer avec lui à Rome deux ans plus tard. S'ensuivent quatre années aussi glorieuses que tumultueuses, où Aurelio jouera le rôle de lieutenant infaillible d'un Spalletti tantôt révéré, tantôt critiqué par les médias romains.

Regard critique


La Roma fait le boulot à Empoli

Sa greffe à l'environnement de la capitale est telle qu'il choisit même de rester dans le staff giallorosso à la suite du départ de Spalletti pour le Zénith en 2009. Une preuve emblématique de l'influence d'Aurelio ? Ce dribble complètement taré réussi par Rodrigo Taddei en octobre 2006 dans la surface de l'Olympiakos un soir de C1. Un geste que le Brésilien avait travaillé avec Andreazzoli à l'entraînement et qui fut affectueusement surnommé l' « Aurelio. »

Vidéo

Sympathique et symptomatique de la place qu'a su gagner le Toscan dans l'organigramme de la Roma. En 2011 et jusqu'en 2017, Andreazzoli reste ainsi un élément clé du staff technique de la Roma, en prêtant successivement assistance à Vincenzo Montella, Luis Enrique, Zdeněk Zeman, Rudi Garcia et bien sûr Luciano Spalletti. Une période faste, mais agitée, qu'il regarde aujourd'hui avec un œil aussi nostalgique que critique : « Voilà comment ça se passe à Rome : tout commence avec énormément d'enthousiasme puis la situation se détériore. Vous savez, si la Roma a engagé treize coachs différents ces treize dernières saisons, s'ils sont tous partis, c'est bien que quelque chose ne tourne pas rond. Parce que Ranieri, Zeman, Luis Enrique, Spalletti, c'est quand même pas mal du tout, non ? Prenez Rudi (Garcia, N.D.L.R.) : il a fait deux secondes places, le record de dix victoires consécutives. D'abord c'était Napoléon, puis ils l'ont traité comme si c'était un idiot, est-ce que c'est normal ?  »

Derby maudit


Le tout sera ponctué d'un court intermède où Andreazzoli endossera lui-même le costard de Mister en chef de la Roma, de février à juin 2013, à la suite du licenciement de Zdeněk Zeman. Une réussite sur le plan statistique : alors que la Roma de Zeman avait cumulé 34 points en 23 journées, Andreazzoli en cueille 28 en 15 matchs de Serie A et hisse la Roma à la 6e place du championnat. Son intermède sera marqué par l'abandon du 4-3-3 pour l'adoption d’un 4-2-3-1 réminiscent des années Spalletti, mais aussi par une historique défaite en finale de Coupe d'Italie face à la Lazio, sur le score de 1-0.

Vidéo

Un affront qui lui sera fatal, le renverra à son statut de simple collaborateur technique et ternira un bilan pourtant plutôt positif : « On m’a massacré alors que nous avons frappé le poteau... C'était un match horrible, mal joué par les deux équipes... relatait Aurelio en 2017. Sous mon mandat, on avait la meilleure défense après la Juve. J'ai pris l'équipe avec neuf points de retard sur la Lazio et nous avons fini devant eux, j'ai replacé Pjanić en regista... mais personne ne se souvient de mes chiffres sur le banc, car l'environnement romain est dépourvu de compétences en matière d'évaluation. » Une vieille blessure sentimentale, qu'Andreazzoli voudra donc sans doute refermer définitivement, en tentant de surprendre la Roma ce samedi, au Stadio Carlo Castellani.



Par Adrien Candau Tous propos issus de la Gazzetta dello Sport, Tuttosport et la Repubblica.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article