Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 22 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Naples

À Naples, un duel Maradona-Maradona dans les urnes

Ces 3 et 4 octobre, Naples élit son nouveau maire, alors que le scrutin municipal italien, reporté en mars dernier à cause de la crise de la Covid-19, reprend ses droits. Le tout avec en toile de fond un différend familial comme seul l'Italie peut en inventer : quand Hugo Maradona, le frère de Diego, soutient une liste de droite, le fils du Pibe de Oro, Diego Junior, plus proche de la gauche locale, reproche à son oncle d'instrumentaliser le nom et l'aura d'El Diez à des fins politiques.

Modififié
Cette fois-ci, Hugo Maradona pensait vraiment qu'on le laisserait entrer dans la danse. À la valse des ministères, le frère de Diego préfère celle des municipales. Début août dernier, ce dernier annonçait qu'il allait s'engager sur une liste du parti Napoli Capitale, en soutien de Catello Maresca, candidat divers droite à la mairie napolitaine. L'ancien député européen Enzo Rivellini, leader de cette même liste, avait ce même jour remis au frangin de Diego un maillot avec un neuf et demi en guise de numéro, en rappelant opportunément que « Le dix ne sera plus jamais attribué à personne à Naples. » Le tout devant l'entrée de la Curva B du stade Diego Armando Maradona, pour ne pas gâcher le tableau d'ensemble.

Diego Sinagra, l’arme à gauche


Une mise en scène pas franchement finaude, que Diego Sinagra (dit Diego Junior), l'un des huit rejetons d'El Diez, ne s'était pas privé de critiquer vertement. À 34 ans, l'enfant illégitime de Maradona et de la Napolitaine Cristiana Sinagra vit toujours dans sa ville natale, et garde un œil avisé sur la politique locale : « Seuls nous, enfants et héritiers, sommes habilités à autoriser l'image de notre père à quelque fin que ce soit : caritative, culturelle, publicitaire ou autre... Nous souhaitons bonne chance à notre oncle, mais nous nous méfions plutôt de la liste Napoli Capitale, qui pourrait utiliser l'image de Diego Armando Maradona de quelque manière que ce soit. Nous nous réservons le droit de confier à notre avocat le soin de protéger nos droits, à partir de l'utilisation faite à ce jour de l'image de notre père. »

« Nous souhaitons bonne chance à notre oncle, mais nous nous méfions plutôt de la liste Napoli Capitale, qui pourrait utiliser l'image de Diego Armando Maradona de quelque manière que ce soit. » Diego Sinagra

Si Sinagra veille au grain, c'est peut-être aussi parce qu'il ne partage pas les mêmes affinités politiques que celles du frère de Diego. Cet ancien joueur de Serie D entraîne désormais le Napoli United (anciennement nommé Afro Napoli), un club majoritairement composé d'étrangers sans papiers et de jeunes Napolitains nés de parents étrangers. Surtout, Sinagra n'a pas manqué de confier qu'il ne pourrait jamais soutenir « ceux qui sont avec la Lega et avec Meloni » . Le fils de Diego fait ici référence à la Ligue du Nord de Matteo Salvini et au parti Fratelli d'Italia, dirigé par Giorgia Meloni depuis 2014, identifiés comme très à droite du champ politique. Deux formations qui soutiennent justement Catello Maresca, le candidat d'Hugo Maradona. Sinagra assume lui sa préférence pour Sergio D'Angelo, le président du Napoli United, qui fut un temps candidat à la mairie de Naples. Fin juillet, D'Angelo avait cependant choisi de se rétracter au profit de Gaetano Manfredi, un ex-ministre des Universités et de la Recherche, qui pilote la coalition de partis de gauche locaux.


Diego et Junior à un match de charité en 2016.

Un petit bout de Maradona


Le 9 septembre dernier, le nom de Maradona secouait une nouvelle fois la campagne, quand Hugo se voyait finalement refuser la possibilité d'intégrer la liste Napoli Capitale. Le frangin argentin de Diego, bien que résident napolitain, n’avait effectivement pas encore obtenu la nationalité italienne. Il ne pouvait donc pas légalement faire partie intégrante du processus électoral. Enzo Rivellini, le président de Napoli Capitale, avait alors publiquement regretté cette mise à l'écart : « Nous nous sommes battus jusqu'au dernier moment, et Hugo a voulu à tout prix postuler, mais, n'ayant pas encore été notifié de la reconnaissance officielle de la nationalité italienne, il a finalement décidé de faire un pas de côté, avec beaucoup d'humilité, pour éviter de créer des problèmes... Hugo Maradona continuera à contribuer à notre projet politique et nous donnera un coup de main fondamental pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. Pour cela, je tiens à le remercier publiquement pour son profond engagement. » L'utilisation, voire l'instrumentalisation du nom et de l'image de Maradona à des fins politiques pose cependant ici légitimement question. À Naples, El Diez est évidemment une figure universellement appréciée, qui transcende les logiques de partis. Entre le soutien indirect de Sinagra à la gauche et celui plus assumé d'Hugo à la droite, personne n'aura ainsi rechigné à accaparer ne serait-ce qu'un petit bout de l'héritage et de l'iconographie du Pibe de Oro. Un ultime signe, s'il en fallait, que Maradona est et restera un footballeur éminemment politique, même après sa disparition.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 15:01 Passe une tête ce dimanche à notre brocante "So Foot Nostalgie" ! 1 Hier à 12:56 Le gardien du Hertha Berlin révèle avoir été en fauteuil roulant après la Covid 4