Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Reims-PSG (0-2)

Tactique : Messi, trente minutes et des pistes

Face à Reims, à la soixante-sixième minute, Lionel Messi a effectué ses premières foulées avec le Paris Saint-Germain. Évidemment loin d'être suffisante, pour tout un tas de paramètres, pour pouvoir tabler sur le projet de jeu parisien tout au long de la saison, cette dernière demi-heure a été l'occasion d'entrevoir les premières idées du technicien argentin. Pour tenter de répondre à la question que tout le monde se pose : que diable peut-on bien faire avec Lionel Messi ?

Modififié
Lionel Messi n'était pas titulaire, dimanche soir à Reims (0-2). Cela confirme deux choses : il n'est pas encore tout à fait à 100% de ses moyens physiques, et son coach, qui n'est ni un joueur assidu de FIFA Ultimate Team ni Jean-Michel Aphatie, a compris qu'une équipe n'est pas un bête conglomérat d'attaquants qui se marchent sur les souliers d'or.


Neymar et Kylian Mbappé ont donc été alignés d'entrée au stade Auguste-Delaune. Mauricio Pochettino, qui avait décidé d'aller chercher haut, très haut le ballon, a donc préféré titulariser en plus de ses deux clinquants attaquants des joueurs qui grattent, grattent et regrattent. Verratti et Gueye ont sifflé un paquet de billes aux milieux rémois, Wijnaldum, plutôt poussif ballon au pied, a été intelligent dans le pressing haut - rappelons qu'il sort de six saisons avec Jürgen Klopp -, et Di María essayait sûrement de montrer que lui aussi voulait jouer cette saison lorsqu'il s'en allait jouer les morts de faim dans les pieds de Pedrag Rajković, en première période. Comme souvent, Neymar et surtout Mbappé ont parfois fait des efforts, mais étaient les essieux les plus grinçants de la machine à récupérer que Pochettino a voulu mettre en place.

Mauricio Pochettino, pas Alexandre Dumas

C'est donc en toute logique que, lorsque Pochettino a lancé Lionel Messi dans le grand bain de la Ligue 1, il a dû rappeler sur le banc l'un de ses deux cracks offensifs : en l'occurrence, le moins virevoltant des deux, Neymar. Comme on pouvait s'y attendre, si le public d'Auguste-Delaune pourra se vanter d'avoir vu Lionel Messi sur une pelouse autre part qu'à la télé, il ne pourra pas dire qu'il l'a vu revenir à toute berzingue une fois le ballon passé derrière lui. Ce cuir habilement subtilisé à Abdelhamid à la 77e minute, que les plus intransigeants auront noté, n'est que l'exception qui confirme la règle : une accélération momentanée pour un effort personnel, qui ne doit pas masquer l'absence extrême d'efforts de l'Argentin au niveau collectif à la perte. Pas une surprise, évidemment. Messi a fait du Messi, et c'est précisément la raison pour laquelle Mauricio Pochettino a fait le bon choix : ne pas céder au chant des sirènes, avides de voir évoluer un trident offensif qui poserait autant de problèmes en défense qu'il n'en résoudrait en attaque. Ne pas aligner les trois mousquetaires d'emblée, c'est signifier à tous que cela nécessitera de gros sacrifices collectifs. Sacrifices auxquels la tête pensante du PSG ne consent pas. Pour l'instant.

À Hakimi le couloir ?

L'autre fait indéniable, c'est qu'au bout de trente minutes passées à sillonner le pré en quête de ballons, Lionel Messi n'a jamais flirté avec la ligne de touche. Il s'est contenté de dézoner, comme le faisait Neymar avant lui, en se plaçant au niveau de ses milieux pour tâter du cuir, mais quasiment toujours dans l'axe central du terrain. Le Messi qui cherche des une-deux dans l'axe pour lancer une offensive, on l'a aperçu ; le Messi qui entreprend un raid de quelques dizaines de mètres pour obtenir une faute ou décaler Kylian Mbappé, on l'a aperçu également ; en revanche, le Messi qui offre son postérieur aux bancs de touche pour demander le ballon avec le jeu devant lui, on n'en a pas eu trace. Alors, les circonstances font que la Pulga n'a pas eu à être au four et au moulin pour que son équipe se crée des occasions. Mais il est légitime de se demander si, au vu des performances d'Achraf Hakimi, dont Thierry Henry n'a cessé de répéter sur Amazon qu'il était « ailier, milieu et arrière droit » , Pochettino n'a pas décidé de baliser son couloir pour laisser le champ libre au Marocain. Les Rémois s'y étaient mis à deux en première période (Abdelhamid et Mbuku), pour contenir l'ancien joueur de l'Inter ; et l'une des seules erreurs manifestes du Stade de Reims, au terme d'une séquence de pressing pourtant ambitieuse, provoquera le second but sur une passe magique d'Idrissa Gueye, suivie d'une remontée de balle du Marocain, ponctuée par une passe décisive de grande classe pour Mbappé. Achraf Hakimi, qui a eu quelques temps faibles ce dimanche, a encore malgré tout prouvé qu'il n'a pas besoin de grand-monde pour apporter du danger sur son côté, et rester solide lorsque cela s'impose. De quoi pousser Messi à rester dans le cœur du jeu ? Prochains éléments de réponse face à Clermont, après la trêve internationale.

Par Paul Citron
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 16:26 Saison 2 du podcast Alternative Football : de quoi on va parler ? Hier à 16:07 Un sondage de la FIFA montre que les supporters sont favorables à un Mondial bisannuel 125 Hier à 14:53 Jaume Roures met l'échec de Téléfoot sur le dos de Canal + et de la LFP 34
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom