Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Liverpool (2-1)

Souffrir plus pour gagner plus

Le PSG n'a pas été flamboyant, le PSG a même failli se tirer une balle dans le pied tout seul. Mais le PSG a tout de même battu Liverpool mercredi soir et pris une option pour la qualification. Et vu le contexte ainsi que le passif parisien, c'est bien plus qu'une victoire : l'annonce que Paris peut gagner en souffrant.

Modififié
La joie parisienne au coup de sifflet final ressemble à celle d'un titre ou d'une qualification en finale. Il ne s'agit pourtant que d'une option – sérieuse – prise pour sortir de son groupe. Mais au vu du contexte d'avant-match – un PSG dos au mur et dont beaucoup attendaient la chute – et surtout de la physionomie d'un second acte sur la défensive, la victoire du champion de France vaut de l'or. Car dans la saison du club, voire dans son histoire récente, elle peut représenter un tournant : quasiment éliminé au soir de la troisième journée et un nul miraculeux face à Naples, le club de la capitale sortira de l'un des groupes les plus durs de la Ligue des champions s'il fait le job à Belgrade dans deux semaines. À savoir ne pas perdre face à l'Étoile rouge, certes redoutable chez elle, mais à l'effectif clairement inférieur à celui à disposition de Thomas Tuchel.

PSG encore fragile


Il y a encore quelques heures, le match contre Liverpool apparaissait comme une possible fin de cycle, voire de fin de projet qatari : l'enterrement définitif des ambitions européennes avec l'affront d'un reversement en Ligue Europa, la possible lassitude de cadres comme Kylian Mbappé ou Neymar Jr. venus pour gagner la C1, et un recul encore plus embarrassant de la crédibilité de toute l'entité parisienne. Alors certes, ce PSG-là n'a clairement pas, aujourd'hui, le profil d'un vainqueur potentiel de C1 : il a remis Liverpool en selle tout seul, alors qu'il avait le match à sa main, a passé quasiment toute une mi-temps coupé en deux et à défendre, et n'a jamais donné l'impression de maîtriser son affaire.

Exorcisé du passé ?


Mais ce PSG-là, à défaut d'être beau et d'avoir le pied sur le ballon, a su souffrir et tenir l'essentiel, à savoir la victoire dont il avait besoin pour rester en vie. Et quand on regarde dans le rétroviseur les dernières performances de Marco Verratti and co dans pareille situation, les progrès affichés sous les ordres de Thomas Tuchel sont criants. Avant de perdre en sérénité à cause du penalty offert par Ángel Di María à la suite d'un tacle inopportun dans la surface, Paris a imprimé une réelle intensité européenne aux Reds. Par la suite, dans le dur, les Franciliens ont su serrer les dents pour aller chercher les ballons dangereux qui traînaient aux abords des cages de Gianluigi Buffon. Le portier italien a d'ailleurs très peu eu à faire, un paradoxe si l'on considère le temps de présence liverpuldien dans le camp français.


Thiago Silva et Marquinhos au top


Une solidité qui doit grandement à quelques cadres comme Thiago Silva ou Marquinhos. Des tauliers présumés qui sont au niveau quand l'exigence augmente, c'est un signe qui ne trompe pas. L'an dernier contre le Real Madrid, comme douze mois plus tôt à Barcelone, les « stars » parisiennes avaient perdu pied dans le money time. Il ne s'agit que de la phase de groupes, mais la trajectoire imprimée sous la coupe de Tuchel peut pousser à l'optimisme : Paris sait maîtriser ses nerfs, à défaut du jeu, et n'a pas perdu pied quand le bateau tanguait. Il faut encore valider le ticket dans deux semaines à Belgrade, mais en jouant – ou plutôt luttant – comme ce mercredi soir, la qualification devrait tomber. Une qualification étriquée qui pourrait libérer le PSG.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 19:30 L'ES Tunis corrigée par Al Ain en quarts du Mondial des clubs 3 Hier à 16:09 Kashima cuisine les Chivas 6
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE