Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Guingamp-Marseille

Marseille l’infatigable

Contre Guingamp, l’OM va disputer ce vendredi le soixantième match de sa saison. Rien que ça. Mais pour l’instant, malgré leur parcours européen, les Marseillais serrent les dents et tiennent le coup physiquement.

Modififié

Tout simplement bluffant. Menés 1-0 comme souvent cette saison, les Marseillais viennent de s’imposer grâce à un but dans le dernier quart d’heure contre l’OGC Nice. Trois jours après une demi-finale de Coupe d’Europe riche en émotions qui s’est conclue dans les dernières minutes de la prolongation, Marseille a dominé son adversaire techniquement, mais aussi physiquement grâce à un pressing tout-terrain. Aujourd’hui, il reste trois matchs à l’Olympique de Marseille pour conclure la saison en beauté. Au bout de l’effort. « La manière dont ils vont réussir à gérer athlétiquement ces matchs va dépendre de ce qu’ils ont mis en place toute la saison, mais surtout ces trois derniers mois, estime Didier Bouillot, préparateur physique à Valenciennes. Mais je ne me fais pas trop de soucis. Vu leur parcours, c’est qu’ils font les choses bien de ce côté-là. » Jusqu’à maintenant, les Marseillais semblent increvables.

L’équipe qui a le plus joué cette saison en Europe


À Guingamp, l’OM va disputer le soixantième match d’une saison qui a commencé au mois de juillet. Plus que n’importe quelle autre équipe en Europe. Pourtant, les Marseillais tiennent bon. Que ce soient les joueurs qui étaient déjà là l’année dernière ou les recrues estivales, aucun ne sort d’une saison marathon. Pour la plupart d’entre eux, c’est même la première. « Au début de la saison, ils sont donc frais physiquement et mentalement pour tenir le coup. De toute manière, l’aspect athlétique est presque secondaire pour tenir des saisons comme ça, c’est le mental qui joue » , assure Didier Bouillot.


Le préparateur physique prend l’exemple de Florian Thauvin, 51 matchs dans les pattes cette saison, qu’il a connu à Bastia. « La force mentale est capable de compenser la fatigue. Il y a des joueurs qui jouent 60 matchs tous les ans, comme Cristiano Ronaldo. Tout en comparant ce qui est comparable, Flo a ce profil psychologique. Il veut être à fond tout le temps, il veut tout jouer. C’est une machine athlétique, un guerrier. Déjà tout jeune, il avait ces prédispositions. Et je pense que ce n’est pas le seul à avoir cette mentalité dans l’équipe marseillaise. » Constamment tenus sous pression, que ce soit en Coupe d’Europe ou en Ligue 1, les Marseillais ont déjà fait preuve de cette force mentale à maintes reprises cette saison.

Rudi la science


Rudi Garcia n’est pas étranger au succès physique de son équipe. Tout au long de l’année, l’entraîneur marseillais s’est essayé à un turn-over malin et parfaitement dosé. Rarement la même équipe a été aligné deux fois d’affilée. Avec un ou deux changements à chaque rencontre, Rudi Garcia est parvenu à faire souffler ses hommes, sans déséquilibrer son équipe. Ainsi, hormis les trois monstres Thauvin, Rami et Gustavo qui ne sont jamais sortis du onze hors blessure ou suspension, les temps de jeu sont très équilibrés. Dès que Mitroglou est revenu de blessure, il a joué autant que Germain. Dimitri Payet, Lucas Ocampos et Morgan Sanson ont tous joué environ 3 500 minutes cette saison. Au milieu, Maxime Lopez et Zambo Anguissa tournent à 3 000 minutes chacun pour jouer aux côtés de Gustavo. Et les postes de latéraux ont été partagés de manière équitable entre Hiroki Sakai, Bouna Sarr et Jordan Amavi.


Un moyen malin d’éviter les pépins physiques. Même si l’infirmerie marseillaise a eu un peu de travail cette saison, ce n’est pas grand-chose, compte tenu du nombre répété de matchs à haute intensité disputés par l’OM. « L’harmonie à trouver entre le staff médical et technique est très précieuse. Si le médecin de l’OM dit au coach qu’il vaut mieux laisser un joueur au repos, c’est bien qu’il soit écouté. Et je sais que Rudi Garcia a choisi lui-même son préparateur physique par exemple. Ce sont des gens qui savent et qui veulent travailler ensemble. Ils s’écoutent » , assure Didier Bouillot.

Dernière ligne droite


Mais au-delà d’éviter les blessures, en intégrant tout son groupe dans la rotation, Rudi Garcia permet à tous ses joueurs d’être au top physiquement et de répondre présent à chaque fois. Contre Nice, même Grégory Sertic, qui ne joue quasiment jamais, a parfaitement tenu la baraque. « Il est important que les joueurs qui jouent moins soient performants dès qu’ils sont sollicités. Ça fait partie de la gestion de l’effectif. Un gars comme Sertic, soit il joue avec la réserve de temps en temps, soit il travaille bien plus dur que les autres à l’entraînement pour garder du rythme » , explique Bouillot.


Guingamp, Atlético de Madrid, Amiens. Voici les trois derniers matchs pendant lesquels Rudi Garcia va devoir faire les bons choix d’hommes pour garder de l’intensité physique. Trois rencontres pour serrer les dents et transformer l’essai. Et pour être encore plus bluffant.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

il y a 10 heures Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 13 heures Venez regarder un match chez So Foot ! 6