Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Le PSG doit-il laisser partir Marco Verratti ?

Le journal L’Équipe a mis en exergue une tendance qui commençait à circuler au sein des suiveurs habituels du PSG : Marco Verratti aurait demandé à Antero Henrique, le nouveau directeur sportif parisien, de quitter la capitale. Son envie ? Gagner la Ligue des champions et ne plus s’enterrer dans la capitale, où il joue depuis 2012, alors que le flou artistique s’est invité à la table parisienne depuis un an. Au moment où les Parisiens entament un mercato crucial, peuvent-ils se séparer du petit hibou ?

Modififié

Non, c’est le meilleur joueur


Un club de football qui a pour ambition de tutoyer les plus grands de ce monde est bâti sur un postulat très simple : on ne se sépare pas de son meilleur joueur à la première vague. D’un point de vue purement sportif, se séparer du garçon qui représente le plus l’ADN du jeu parisien serait une perte incommensurable. Oui, Marco Verratti n’est pas un homme de statistiques, mais il est au départ de tout : des actions, des récupérations, du pressing, du plaisir. En gros, c’est l’architecte du PSG. C’est comme vouloir faire un Faites entrer l’accusé sans Dominique Rizet, ça n’a aucun sens. Verratti est le seul qui donne un sens au « jeu » parisien. Réussir à trouver un footballeur capable d’apporter autant sur le terrain relève de l’impossible. Bien malin celui qui réussirait à remplacer Cristiano Ronaldo au Real Madrid d’un claquement de doigts, par exemple. Là, c’est pareil. Pour le bien sportif du projet parisien, encore plus après l’échec de la saison écoulée en Ligue des champions, il n’est pas envisageable de laisser filer le garçon sur lequel on doit tout rebâtir. Mieux, il faut tout filer au numéro 6 : salaire adéquat, brassard de capitaine, clé du camion au milieu de terrain et envergure médiatique, car le PSG ne trouvera jamais mieux. En gros, il faut lui dire merci. Merci d’exister, de nous considérer et de nous regarder.

Non, pour une question d’image


Au-delà du terrain, il y a la cohérence médiatique qui doit demeurer. Surtout pour le Qatar qui se dit très attaché à son image en dehors de ses frontières. Un an après le départ de Zlatan Ibrahimović, première véritable star de QSI, il semble complètement fou de laisser filer Marco Verratti, autre symbole du projet qatari. En matière de crédibilité, que ce soit d’un point de vue sportif, commercial et de sympathie, le départ de Verratti serait un véritable tsunami. Pis, cela signifierait que le club a régressé dans l’échiquier européen et même au sein de l’Hexagone. De nouveau riche aux dents longues, le PSG deviendrait, d’un coup, un club qui rentre dans le rang. Presque banal. Une institution sans ambition sportive et financière. Dans la foulée, impossible de recruter des cadors quand vous bazardez vos meilleurs éléments. Et quelle image au sein même du vestiaire ? Chaque joueur serait en mesure de s’interroger : c’est quoi, ce bordel ? Pour avancer et redresser la tête, le PSG doit absolument envoyer un message clair et net, l’avenir s’écrit avec Marco Verratti. Demain, mais surtout aujourd’hui. Il faut le prendre par les sentiments, lui donner de l’amour, lui rappeler tout le chemin parcouru en 5 ans, lui rappeler que son fils est né ici, chez nous, lui pardonner son envie d’ailleurs, lui avouer que l’on est prêt à oublier.


Non, une simple question de principe


Voilà deux ans que le PSG ne se fait plus respecter par ses propres joueurs, voire même par ses propres salariés. On parle d’un club où l’ancien directeur sportif se proposait de lui-même à son principal concurrent sans que cela ne dérange personne. Pour remettre l’institution au-dessus de tout le monde, y compris des joueurs, il faut envoyer un signe fort. Et fermer la porte à double tour au premier caprice. Marco Verratti, prolongé et augmenté tous les ans à chaque fois que son agent tousse dans la presse, veut partir ? Hors de question. Il faut le dire haut et fort. Ce n’est pas une question de pognon, c’est une question de principe. À Paris, ce ne sont plus les joueurs qui décident quand ils s’en vont, ce sont les dirigeants. Quelque part, il faut en faire un exemple. Dorénavant, l’institution est plus grande que les joueurs. Y compris des meilleurs.

Non, le monde de la nuit ne s’en remettra pas


Marco Verratti aime les bonnes quilles, la viande savoureuse, la clope et se coucher tard. À Paris, certains établissements nocturnes, que ce soit des restaurants branchés, des bars ou des boîtes de nuit, sont souvent fréquentés par l’Italien et son entourage et ne s’en plaignent pour ainsi dire jamais. Le voir partir sonnerait la fin de certaines grosses additions. Et ça, ce n’est pas envisageable.

Oui, on ne retient pas un joueur contre son gré


Difficile de garder un homme qui veut absolument partir. Quand votre femme a dit non, c’est non. Surtout quand la demande revient de manière récurrente sur la table. Compliqué de garder, chaque année, un joueur en lui filant une augmentation salariale en échange d’un sourire. À un moment donné, il faut se résoudre à l’inévitable, l’argent n’achète pas tout. Et puis dans quel état d’esprit va-t-il rester si l’on emploie la manière forte ? Quid de son investissement au quotidien ? De son apport dans le vestiaire ? On peut craindre une contamination collective. Histoire de ne pas s’embourber dans un bras de fer médiatique, on laisse partir le petit hibou. Aimer, c’est aussi savoir laisser partir. Pour son bien. Il a donné cinq ans au PSG, c’est autant que Pauleta.

Oui, tout le monde a un prix


Le seul avantage d’avoir un joueur de cette trempe qui souhaite prendre la fuite, c’est l’argent. À 24 ans, Marco Verratti, nanti de 4 ans de contrat, vaut un paquet de pognon. Dès lors, il faut bien le vendre. Très bien même. Et prier pour que le logiciel d’Antero Henrique soit efficace pour bien réinvestir l’argent derrière. Après tout, si on est de mauvaise de foi, on peut partir du principe que Verratti ne marque jamais, qu’il est souvent blessé et qu’il n’est pas décisif. Alors on vend l’Italien au moins 80 plaques et on s’arrange pour bien réinjecter l’argent : Fabinho, Seri, Nainggolan, Kimmich, Paredes, Strootman ou autres. Bref, on limite la casse en ramenant des profils différents et en priant pour que la greffe prenne vite.

Oui, le projet est foutu, le Qatar va se retirer


Depuis la mise en quarantaine du Qatar par ses voisins du Moyen-Orient, le pays du Golfe persique perd de son influence et de sa puissance financière. C’est une question de temps avant que QSI ne retire ses billes du club de la capitale. Et ce jour-là, le PSG va connaître une Lehman Brothers, tout va s’écrouler. Histoire d’anticiper cette crise majeure, le PSG doit bazarder tous ses actifs avant d’être pris à la gorge par la DNCG. Une fuite en avant qui permet, pour l’instant, de coffrer un peu de cash pour envisager un avenir radieux. Car quand QSI revendra le club à Conforama pour un euro symbolique, ce n’est plus Marco Verratti qui brillera dans l’entrejeu, c’est Clément Chantôme qui reviendra en héros.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur