Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Amiens

Le mur amiénois à l'épreuve du feu

Avec Lyon, Monaco, Paris et Marseille au menu, la fin de saison des Amiénois ressemble à un affreux parcours du combattant. Mais pour traverser la tempête sans sombrer, le promu sait qu'il pourra compter sur une défense aussi solide qu'étonnante, la troisième meilleure du championnat au moment d'aborder la dernière ligne droite.

Modififié

Tout s'est déroulé l'été dernier. Après avoir arraché la première accession en Ligue 1 de son histoire à la dernière seconde de la dernière minute de la dernière journée, le SC Amiens avait mis une petite pièce dans la fente pour récupérer un caddie et faire son mercato. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que les Picards n'ont pas chômé. Le staff amiénois en a serré, des paluches, pour boucler des transactions. Et au moment de faire le bilan, les emplettes réalisées avaient de la gueule, surtout au niveau offensif. Recruter Kakuta, Konaté, Traoré et Gakpé pour pas grand-chose était à coup sûr une succession de choix malins.


Et pourtant, en jetant un coup d'œil aux performances offensives d'Amiens neuf mois plus tard, pas de quoi sauter au plafond. Le SC a marqué 29 fois en 32 matchs, c'est-à-dire autant que Metz et moins que Lille, les deux relégables directs. Si Amiens reste à bonne distance de la zone rouge et sereinement accroché à sa 13e place, il faut chercher les raisons un peu plus bas sur le terrain, au niveau de la défense. Issa Cissokho, le latéral embrigadé l'été dernier par le club à la licorne, démarre la séance de name dropping : « Le plus important, c'est qu'on est un groupe. Il y a Adenon, Dibassy, et tous les autres qu'on pourrait citer. Mais il ne faut pas oublier que les premiers défenseurs sont les attaquants. C'est vraiment un ensemble et un collectif. » Un collectif qui est aujourd'hui la troisième meilleure défense du championnat à égalité avec Monaco.

Crapule de calendrier


En Ligue 1, les Amiénois n'ont jamais encaissé plus de 3 buts dans le même match. Pas mal pour un promu qui n'avait jamais mis les pieds en Ligue 1 avant le mois d'août dernier. Et Issa Cissokho a beau mettre en avant le groupe dans son ensemble, au moment de jeter un œil sur les chiffres, la solidité défensive d'Amiens a un visage : celui de Régis Gurtner. Derrière Benjamin Lecomte et Baptiste Reynet, c'est lui qui a arrêté le plus de tir depuis le début de saison, et Cissokho tient à rendre à Régis ce qui est à Régis : « Quand on voit ses prestations et ses parades décisives dans les matchs importants... Et c'est un joueur dont on parle très peu ! »


Devant Gurtner, Pélissier mise sur la stabilité pour sa colonne vertébrale défensive, avec Gouano et Adenon comme valeurs sures. Quant aux rotations, Cissokho estime qu'elles sont faites intelligemment, et donc comprises par les joueurs qui vont faire un petit tour sur le banc. Le Sénégalais distribue les bons points à la politique RH de son coach : « Tout est sain au niveau de la concurrence, donc c'est plaisant. Ça fait avancer tout le monde, personne ne peut se permettre de rester au repos ou de se dire qu'il va jouer tous les week-ends. » Mais le calendrier est une crapule. Ça fait un mois qu'Amiens n'a affronté que des adversaires pour le maintien, et en explosant Caen le week-end dernier, le SC a bouclé une série de quatre matchs d'affilée sans défaite. Empiler ces points et couler un peu plus les équipes de bas de tableau était une sacrée bonne idée. Surtout quand on s'apprête à affronter Lyon, Monaco, Paris et Marseille dans les six dernières journées.

Garder assez de carburant


Première part de gâteau, l'OL, au Groupama Stadium, ce samedi après-midi. Une équipe contre laquelle Amiens avait perdu 2-1 à l'aller à cause d'un doublé d'Aouar dans les dernières minutes. Une sale soirée de décembre qui reste encore en travers de la gorge d'Issa Cissokho : « C'était très très dur. Encore aujourd'hui quand on y repense, ça nous fait vraiment mal. On sait que la moindre erreur contre eux va nous coûter très cher, c'est ce qui s'est passé. Mais dans leur tête, ils savent qu'on va venir avec beaucoup de mordant. On a fait une très belle impression contre eux, donc je pense qu'ils vont être assez méfiants. » Au-delà du match contre l'OL, Cissokho résume le sprint final des siens par un bel euphémisme, « C'est vraiment du lourd qui nous attend. »


Autre mauvaise nouvelle, Lyon, Marseille et Monaco vont lutter jusqu'au bout pour une place en Ligue des champions et n'ont donc pas intérêt à lever le pied, mais Issa Cissokho refuse de baisser les yeux : « Ça ne tombe pas au bon moment, mais ça nous permettra de voir si on est au niveau. Ils savent qu'on est la troisième meilleure défense du championnat, on n'est pas là par hasard. » Autre enjeu pour Amiens, garder assez de carburant dans le réservoir pour tenir jusqu'au bout malgré un style de jeu très dépensier en énergie. « Le coach fait en sorte qu'on récupère bien, promet Cissokho. On coupe le jeudi. On court, on défend les uns pour les autres, on laisse beaucoup d'énergie, c'est l'ADN du club, c'est comme ça. Tant que le maillot est mouillé et qu'on a mal à la tête et au ventre, c'est bien ! » Ce mal de tête, les Amiénois le retrouveront peut-être le dimanche 20 mai au matin, après une nuit passée à fêter leur maintien.

Par Alexandre Doskov Propos de IC recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
il y a 8 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions il y a 3 heures Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi
À lire ensuite
Ndombele, l'étoile filante