Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016

Le dernier verre

C'est l'une des dernières traces laissées par Platoche : un championnat d'Europe à 24 équipes. Lorsqu'il était à la tête de l'UEFA, Platini voulait étendre le football européen et il y est arrivé sur quelques côtés. Reste qu'il l'a aussi dénaturé, et cet Euro 2016 sera le dernier vestige avant une nouvelle ère.

Modififié
Il y aura un avant et un après Michel Platini. De son propre aveu, son mandat à la tête de l’Union des associations européennes de football (UEFA) devait être « une révolution » et devait apporter « un vent de fraîcheur » . Le 26 janvier 2007, le triple Ballon d’or (1983, 1984, 1985) venait alors de renverser Lennart Johansson et parlait de son sport avec ces mots : « Le football est un jeu avant d’être un produit, un sport avant d’être un marché et un spectacle avant d’être un business. » Debout à la tribune du congrès de Düsseldorf, Platini avait alors réussi à convaincre le parterre de représentants de fédérations qui lui faisaient face.


La vision de l’ancien capitaine de l’équipe de France était assez claire : le temps était venu de s’ouvrir aux petites nations, de mieux redistribuer les recettes générées et de développer le football de tous les coins de rue de l’Europe. Alors il y a eu la réforme des barrages de la Ligue des champions ouvrant la C1 pour offrir des APOEL Nicosie-Barça là où, en 2007, Michel Platini « rêvait de voir le Real Madrid se déplacer à Reykjavik » . Il y a eu, aussi, la mise en place du fair-play financier et surtout un bilan final assez bancal dans le grand monde du football, libéral dans les veines, où les réformes politiques n’ont que peu d’impact. L’argent est roi, c’est comme ça, et Michel Platini lui-même s’est laissé happer par le système. On connaît l’issue.

« Les supporters voyageront en low-cost »


Durant son passage à la tête de l’UEFA (2007-2015), Platini aura tout de même réussi à imposer sa révolution en modifiant le format du Championnat d’Europe déjà - passage à 24 équipes pour l’Euro français - et en laissant à l’horizon un Euro 2020 à cheval sur treize villes dont quelques rencontres à Bakou. Cette idée était, selon lui, « loufoque » . Reste que le projet a été mis en place et que la blague entre potes a pris forme. Qu’on se le dise, ce Championnat d’Europe français est certainement la dernière grande compétition internationale à laquelle vous allez assister, et ce, malgré un nouveau format qui dénature ce qu’on désignait hier comme « plus difficile que de remporter une Coupe du monde » .


L’Euro 2016 est finalement un baroud d’honneur face à la raison et, demain, vous ne pourrez plus assister à deux jours de compétition consécutifs. Oui, il faut penser à la Russie de 2018, au Qatar de 2022 ou à ce bordel d’Euro 2020. Le football va perdre de sa nature, si ce n’est déjà fait, car on sait très bien que même si Platini affirmait qu’à l’avenir, « tant pis, les supporters voyageront en low-cost » , les stades seront réservés à une certaine caste qui préfère s’enfiler des petits fours sur son siège qu’enfiler un maillot pour gueuler comme un âne. C’est vrai qu’on peut avoir l’air con avec nos drapeaux sur les joues, mais au moins, il y a de la vie.

Gloire aux nonnes


Il faut accepter que le football a changé, que les règles aussi, et qu’on ne verra probablement plus des nonnes partager leur train avec des supporters anglais pendant des semaines au Portugal. C’est comme ça, il faut faire du chiffre. Alors oui, on peut avancer l’exemple des États-Unis qui ont accueilli la Coupe du monde en 1994 ou la Copa América cet été. Reste que le foot garde en partie son essence en restant dans un seul et même pays. Une compétition internationale marche comme ça et pas autrement. L’histoire a prouvé l’importance d’organiser un championnat d’Europe à la maison ou un Mondial chez soi. L’Euro 2020 est dans cette idée une folie, mais il faut l’accepter. C’est une question d’époque.


Alors, profitons de ce championnat d’Europe en France comme d’un dernier verre avant, on l’espère, juste un sevrage. On peut parler de la compétition ultime, Platini a réussi à ouvrir le football européen et il faut s’en satisfaire, même si le niveau en sera forcément affecté par moments. Car, après, il n’y aura probablement plus de camps de base, plus de pays unique qui se fracassera la tête pour que tout se passe bien et il y aura toujours plus de vidéos, de ralentis, de costumes. Un peu comme le dernier shot au bout du comptoir qui te fera ensuite tomber dans un long blackout. Allez, à la vôtre.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures Les trophées 2018 de SO FOOT ! Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 97 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 16
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi