Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. F
  3. // Portugal-Autriche (0-0)

Le cauchemar de Ronaldo

Ce samedi, le Portugal a encore une fois pataugé contre l'Autriche. La faute, entre autres, à la malchance de son joueur star, Cristiano Ronaldo.

Modififié

On joue la 76e minute de ce décevant Portugal-Autriche. Cristiano Ronaldo est accroché dans la surface de réparation par Martin Hinteregger. L'arbitre désigne le point de penalty, sans aucune hésitation. En même temps, le coup de sifflet est justifié. Il ne fait aucun doute, c'est à CR7 de s'emparer du ballon pour transformer le penalty. Comme il l'a fait tant de fois. Comme il l'a fait il y a quelques jours en finale de la Ligue des champions avec le Real, pour permettre à son club de l'emporter. Au bout du suspense. Alors, Ronaldo prend ses responsabilités, et le ballon avec. Il le place à onze mètres du but autrichien. Après de longues secondes passées les mains sur les hanches à attendre le coup de sifflet de l'arbitre, il s'élance et croise un tout petit peu trop sa frappe. Le ballon rebondit sur le poteau. CR7 se retourne, repose ses mains où elles étaient, sur ses hanches, et lève les yeux au ciel, comme pour trouver une explication. Il vient de tuer son Portugal.

Une véritable tête de mule


Quelques minutes plus tard, dix pour être précis, la star portugaise a une nouvelle chance inespérée de se racheter. Sur un coup franc bien tiré par le bon Guerreiro, il parvient à placer sa tête décroisée au fond des filets. À peine a-t-il le temps de commencer à célébrer que l'arbitre de touche lève son drapeau. Il est hors jeu de deux bons mètres sur cette action. Un symbole de plus, comme s'il en fallait un autre de son impuissance ce soir. Pendant une heure et demie, Cristiano a passé une soirée cauchemardesque. Quand il n'a pas pas buté sur Robert Almer, que ce soit de la tête (35e) ou en force (55e), il n'a pas trouvé le cadre (20e). Une inefficacité qu'on ne peut pas mettre sur le compte du découragement. Car une chose est sûre, Cristiano Ronaldo n'arrêtera jamais de tenter sa chance.

Ce qui a souvent été sa force, à savoir cette obstination à vouloir faire la différence, s'est transformé en faiblesse. Sa plus grande faiblesse. Et l'exemple le plus frappant reste les coups francs directs. Ce samedi encore, Ronaldo n'a pas laissé une seule miette à ses partenaires, notamment à Nani et Quaresma, pas dégueus dans l'exercice, mais surtout à Raphaël Guerreiro, qui pourrait être bien plus efficace sur certaines zones du terrain avec sa patte gauche. Non, quelle que soit la position, le coup franc doit être pour Cristiano. C'est une règle tacite en sélection portugaise. Et quiconque s'y oppose s'attire les foudres de la star madrilène. Sauf que Ronaldo est loin d'être impérial dans ce domaine. Dans les tournois majeurs avec le Portugal, il n'en a jamais inscrit un seul. Sur 36 tentatives. À titre de comparaison, son coéquipier du Real Madrid, Gareth Bale, en est à deux buts sur trois tentatives.

Toujours plus de pression


Même s'il n'est pas le seul à blâmer sur ce match pour son manque de réalisme – Nani aussi a trouvé le poteau de la tête en première mi-temps –, CR7 symbolise aujourd'hui à lui seul les difficultés du Portugal à passer un cap. Pendant que les fans autrichiens entonnaient des chants à la gloire de Messi pour le chambrer, le triple Ballon d’or ne cessait de se crisper sur le terrain. Depuis le traumatisme de l'Euro 2004, le capitaine portugais ne parvient pas à se transcender dans les grandes compétitions internationales. Pire, il semble de moins en moins fort, usé par des saisons de plus en plus longues. Monumental en 2004 – il n'a pu retenir ses larmes après la défaite en finale -, performant en 2006, 2008 et 2012, très décevant en 2010 et 2014, Ronaldo n'arrive pas à assumer pleinement son statut de sauveur de la nation. Et s'il commençait par décharger un peu ses épaules, si musclées soient-elles ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Elseid Hysaj, merci Papa