Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Fiction

L'individu qui n'a pas voté pour Benjamin Nivet est toujours en fuite

Troyes. Au début de l'année, les quotidiens régionaux L'Est-Éclair et Libération Champagne organisent un vote en vue de composer le onze idéal de l'ESTAC de la décennie 2010-2019. Près de 500 réponses (par poste) plus tard, un verdict à peu près cohérent est rendu. Tout est bien qui finit bien, sauf pour Gérald*, un individu qui a cru bon de ne pas voter pour Benjamin Nivet, et qui est toujours en fuite. Reportage.

Modififié
Il est 7h30, tout est plutôt calme. Sitôt entré dans dans un petit café situé dans l'agglomération troyenne, Serge demande : « Toujours pas de Gérald ? Non ? Mais putain, où il est, ce con-là ? » Puis il confie ce qu'il répète tous les matins depuis la disparition de son pote : « Il avait quand même le droit de ne pas voter pour Nivet, toute cette pression, c'est dingue quand on y pense, il m'a fait part de son projet, je lui ai conseillé de ne pas le faire, mais il est têtu comme une mule, ah ça oui, il est têtu le Gérald ! »


Serge est le meilleur ami de Gérald. Ils ont travaillé tous les deux à la Malterie de Champagne, à La Chapelle-Saint-Luc, à côté de Troyes. « Il ne faut pas se tromper, indique-t-il, quand on est entrés à la Malterie, tout était très moderne pour l'époque, des greniers à grain à la touraille double à deux plateaux en passant par les cases de germination équipées de retourneurs mécaniques, on était au top avec le Gérald. Et puis entre 1939 et 1945, les mesures de rationnement ont fait perdre plus de la moitié de l'activité de l'usine, sans parler des bombardements aériens... On ne s'en est jamais vraiment remis... » En se remémorant les instants d'une vie professionnelle de l'entre-deux-guerres, Serge cherche à trouver la réponse à la question qui hante tout le monde ici : « Mais pourquoi donc a-t-il fait ça ? »

« Pécho Anne Nivat ou mettre un râteau à Nivet »


Au-delà de la question professionnelle, c'est surtout la question de la santé psychique de Gérald qui interroge présentement. Un début de réponse est apportée par Juliette, la gardienne de l'immeuble, à l'intérieur duquel le vieil homme, âgé de 118 ans, occupe un minuscule logement, qui se souvient de ce que l'ancien lui a dit le soir du 6 janvier : « Il tenait absolument à terminer la construction d'une machine à vapeur de 35 chevaux avec des allumettes. » Avant d'ajouter : « Ensuite, il s'est mouché, et puis je ne n'ai pas bien compris ce qu'il a baragouiné, il m'a dit un truc comme quoi il voulait pécho Anne Nivat ou mettre un râteau à Nivet... Comme c'est une personne âgée, je n'y ai pas prêté attention, il a rangé son mouchoir, j'ai attendu une bonne demi-heure, le temps qu'il trouve sa poche, j'ai souri. Je l'ai quitté confiante, d'autant que je sais bien qu'il tient physiquement la route et qu'il a encore toute sa tête. Que pouvais-je faire d'autre ? » Une gardienne n'est pas une psychologue.

Le vieil homme est amer


Connu et apprécié pour un supportérisme de bon aloi, Gérald est resté fidèle à sa ville jusqu'au jour où il qualifie les joueurs de l'équipe, alors dirigée par Jean-Marc Furlan, de « branleurs invertébrés » . Après, il délaisse le Stade de l'Aube, préférant jouer à la pétanque ou taquiner de la carpe dans le canal de la Haute-Seine, où il avait ses habitudes. « C'est vrai qu'il était un poil nerveux ces derniers temps. Il citait volontiers Nietzsche quand il était au bord du canal, et expliquait très bien aux poissons quand la notion de volonté de puissance s'oppose à toute morale. Je pense qu'il était plein de ressentiment » , finit par lâcher Serge**.

Le passage à l'acte


Ce que l'on sait, c'est que le 7 janvier, Gérald visite le site web de L'Est-Éclair et décide de voter pour son onze idéal, donc. Et là, c'est le drame ! Il refuse de faire le choix de Benjamin Nivet, sans se douter des conséquences. Le lendemain, une carabine à plomb fait des siennes au niveau de sa boîte aux lettres. Le surlendemain, une manifestation a lieu devant la porte d'entrée de son appartement. L'on y entend des « Gégé, Gégé, on t'encule ! » ou des « Gégé, Gégé, on va tout casser chez toi ! » , sous les yeux de la police, pas tout à fait immobile puisqu'elle brandit elle-même une banderole sur laquelle est écrit : « Quand on a travaillé dans une malterie, on a forcément un grain ! » Même l'indéboulonnable François Baroin y est allé d'un tweet : « Le mécontentement vis-à-vis de la réforme des retraites n'est rien à côté du geste intolérable de Gérald. Soutien à Benjamin Nivet. » Le 9 janvier, Serge quitte l'appartement de Gérald, vers 22h15. Vers 23h30, Gérald enfourche une trottinette, un sac sur le dos rempli de boîtes de thon et de bouteilles d'eau minérale. « C'est dingue quand on y pense, il m'a fait part de son projet, je lui ai conseillé de ne pas le faire, mais il est têtu comme une mule, et encore plus quand il enfourche une trottinette » , peste Serge.

Depuis, plus de nouvelles. La section de recherche de la gendarmerie de Reims a été saisie de l'affaire sous tutelle du parquet de Troyes. L'enquête est en cours.

* Le prénom a été changé
** Répétez "finit par lâcher Serge" une vingtaine de fois à toute vitesse


Par Stéphane Morot Ce reportage est une fiction. Toute ressemblance ou similitude avec des personnages et des faits existants ou ayant existé ne saurait être que fortuite.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom

Hier à 17:18 Al-Khelaïfi aurait versé près d'un million d'euros à la FIFA pour qu'elle retire sa plainte 34
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 13:42 Mike Dean confesse insulter les arbitres quand il va au stade 19 Hier à 11:57 Viens mater OL – Juve lors d’une projection So Foot de tous les exploits 1