Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Juventus-AS Monaco

L'affaire Benatia

Interviewé par la Rai samedi après le derby de Turin, Mehdi Benatia a indiqué avoir entendu une insulte raciste à son encontre proférée dans son oreillette. Pourtant, trois jours plus tard, la chaîne de télévision italienne nie toujours tout lien avec l'incident. Et le football transalpin renoue avec ses vieux démons. Une fois de plus.

Modififié
Ça devait être une simple interview en zone mixte. Une formalité expédiée en cinq minutes, où Mehdi Benatia devait revenir avec des journalistes sur le dernier derby della Mole. Mais subitement, le défenseur de la Juventus s'interrompt. Visiblement choqué, il demande à plusieurs reprises « Qui a parlé? » avant de préciser « qu'il a entendu une insulte » . Selon la Gazzetta dello Sport, une voix non identifiée dans l'oreillette vient alors de le qualifier de « Marocain de merde » . La journaliste de la Rai esquive la question, puis met soudainement fin à l'échange avant de poursuivre son émission. Comme si de rien n'était. Depuis, Benatia et la Juve cherchent le coupable. Un type qui s'avère décidément très dur à coincer.

Mystère TV


Du côté de la Rai, le comportement plutôt suspect des journalistes en plateau peut instiller le doute quant à la responsabilité directe de la chaîne dans l'incident. Visiblement prise de cours, la journaliste en plateau se hâte de mettre fin à l'échange avec le joueur marocain en prétextant à plusieurs reprises qu'il y a eu « un incident technique » . Bon. Le lendemain, le vice-directeur de Rai Sport tente lui aussi de dédouaner la chaîne. Et avance qu'après enquête, « aucun technicien de la Rai n'a été impliqué dans l'incident. C'est certifié. Absolument sûr » . La chaîne publie également un communiqué d'excuses où elle explique ne pas être responsable des insultes proférées à l'encontre du joueur. Alors qui ? Qui a proféré ces saloperies d'insultes racistes à Mehdi Benatia en direct à la télévision ? Alors que la Juve se prépare à affronter Monaco en demi-finale retour de la C1, la question reste en suspens. Si ce n'était pas un employé de la Rai, une des hypothèses les plus régulièrement soulevées est qu'il pourrait s'agir d'un technicien externe, qui était en charge d'assurer la liaison avec le Juventus Stadium. Une investigation qui semble encore légère et n'est bien sûr pas de nature à satisfaire Benatia qui s'est exprimé sur les réseaux sociaux. « Je tiens à confirmer les mots que j'ai entendus dans mon oreillette. Ce qui est arrivé est terrible, mais la chose la plus incroyable, c'est que personne ne reconnaît cette erreur... L'Italie est un pays dans lequel je vis depuis des années, mais malheureusement, il y a toujours une minorité d'intolérants... »

Vidéo

Paradoxe encombrant


Une minorité encore trop bruyante. L'affaire Benatia rejoint en effet un autre cas de racisme avéré en Serie A dont a été victime dernièrement Sulley Muntari. Visé par des insultes racistes à Cagliari le 30 avril dernier, le joueur décide de quitter la pelouse. Il avait signalé les cris dont il était victime à l'arbitre, qui lui avait adressé un carton jaune, puis un autre carton après que le joueur a quitté le terrain. Une sanction ahurissante, dans un premier temps maintenue par la commission de discipline de la Serie A, avant que les pressions de la FIFPro et de plusieurs associations n'incitent la Ligue à annuler la suspension du Ghanéen. Cette saison, outre Muntari, on peut citer les cas de Kalidou Koulibaly face à l'Inter et d'Antonio Rüdiger contre la Lazio, eux aussi victimes de broncas racistes.

Entre 2015 et 2016, les violences visant les footballeurs en Italie ont augmenté de 125%


Presque paradoxal, alors que le football transalpin semble enfin prêt à amorcer le tournant de la modernité. Derrière la Juve, qui a pris une avance considérable sur la concurrence, les projets de nouveaux stades, comme celui de la Roma, émergent enfin, des formations comme le Napoli et le Torino jouent à fond la carte de l'offensive et les deux clubs de Milan, forts de nouveaux investisseurs, ont l'espoir de retrouver les moyens de leurs ambitions. Seule la xénophobie dans les enceintes sportives semble immuable, comme un anachronisme sale et encombrant, qui, au vu de la multiplicité des incidents enregistrés, n'est de toute évidence pas assez combattue par les instances dirigeantes. Selon un rapport de l'association des footballeurs italiens, les violences visant les footballeurs en Italie, parmi lesquelles sont compris les actes racistes, ont augmenté de pas moins de 125% de 2015 à 2016. Et la Fédération italienne de football a récemment vu réélire à sa tête Carlo Tavecchio, un type qui avait déclaré en 2014 que « on a des Opti Poba qui, avant, mangeaient des bananes, puis qui deviennent tout d'un coup titulaires à la Lazio » , dans ce qui ressemble à une référence pas franchement subtile à Paul Pogba. Un contexte permissif, au sein duquel Mehdi Benatia attend néanmoins toujours qu'on lui désigne un coupable. Et pourrait malheureusement bien attendre encore longtemps.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
Hier à 09:25 Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 27