Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 37e journée

Bye Bye David et Nancy

Pendant que David Beckham disait adieu aux crampons, l'AS Nancy-Lorraine disait au ravoir à Jour de foot. Une avant-dernière journée un peu folle puisque Siaka Tiéné était titulaire, Clément Grenier à nettoyé une lucarne de 30 mètres et Brandao a fourré l'OM. Encore.

Modififié
Et David Beckham pleura

Décidément, le PSG n'arrivera jamais à fêter sereinement quelque chose. Après le fiasco du Trocadéro, la fête réussie de samedi soir contre Brest a été éclipsée par l'annonce du départ de Carlo Ancelotti, le lendemain. C'est con. Notamment au regard du déroulement de la soirée de samedi où tout avait été presque parfait au Parc des Princes : Tiéné et Camara titulaires, Beckham capitaine, des joueurs grimés en bleu-blanc-rouge, le nouveau maillot domicile, un doublé de Zlatan, Areola qui rentre pour toucher la prime de champion, le Spice Boy en pleurs juste avant sa sortie, Ibra qui lâche deux saloperies en français au micro et un Nicolas Douchez toujours aussi énorme. Bref, pour cette dernière à la maison dans un match sans intérêt sportif (victoire 3-1 contre Brest), l'émotion ne s'est pas planquée. L'histoire retiendra même que la dernière main que David Beckham a serré sur une pelouse de football avant de ranger ses Adidas au placard est celle de Tripy Makonda.

Clément Grenier met l'OL au chaud

Juninhesque : adjectif. Qui qualifie une frappe ou un coup-franc de plus de trente mètres qui s'en va nettoyer les ficelles. Clément Grenier a donc égalisé contre Nice d'un coup-franc juninhesque. David Ospina se demande encore comment il a pu se faire fourrer de la sorte. Un but qui propulse l'OL vers le barrage de la Ligue des Champions, à 90 minutes de la fin de la saison. Ce Nice-Lyon, reporté de 24 heures suite aux pluies diluviennes tombées sur la Côte d'Azur samedi, était une vraie finale. Claude Puel se voyait bien la mettre à l'envers à son ancien club et s'incruster sur le podium. Le deal semblait fait quand Dario Cvitanich se faisait "accrocher" par Koné - ou par son propre pied, au choix - à l'extérieur de la surface de réparation. Pénalty-lucarne-1-0-hystérie collective. Sauf que Nice a baissé les bras. L'expulsion de Maxime Gonalons aurait dû conforter le Gym mais non. Au lieu de ça, les Niçois ont reculé et le pied droit de Grenier a fait le reste. Moralité, ce match nul amène les Azuréens à la sixième place. Celle qui ne donne le droit à rien. Pas même aux regrets. Quant à l'OL, ils ont leur sort entre leurs mains puisqu'ils possèdent deux points d'avance sur Saint-Etienne, quatrième.

Nancy mais non

« La personne qui dirigeait l'équipe s'est sauvée et a laissé aujourd'hui une ASNL en Ligue 2, laissant les dirigeants essuyer les plâtres. On a validé tous ses choix de recrutement, elle a envoyé des joueurs à la cave, et le public ne voulait plus venir à Picot. Mais je ne veux plus entendre parler de cette personne, je lui souhaite bon vent et de réussir ailleurs, si elle le peut » . Visiblement, le président de Nancy, Jacques Rousselot, en veut encore à Jean Fernandez. Et l'officialisation de la descente des Lorrains n'est pas matière à estomper sa petite rage intérieure. Défaits à la maison par Bastia (1-2), les Nancéiens joueront donc l'année prochaine à l'étage inférieur. Puygrenier, Loties and co n'ont pas réussi l'impossible. Après une belle remontée entre janvier et avril, Nancy a calé au plus mauvais moment. Voilà, c'est fini. Forcément, la déception et la frustration sont au rendez-vous. C'est pourquoi Rousselot a sorti le lance-flammes pour se payer son ancien entraîneur. Sans jamais se remettre en question. Bien entendu.


Saint-Etienne, une semaine pour un miracle

Deux. C'est le nombre de points qui sépare Saint-Etienne de Lyon au classement. Quatrième après sa victoire sur l'OM dans le chaudron (2-0), Sainté se verrait bien terminer sur le podium, histoire de valider une saison exceptionnelle. Surtout, les Verts éjecteraient l'OL du top 3. Une jouissance XXL pour ce club qui vit dans l'ombre de son voisin depuis quinze ans. Pour ce faire, il faudra rester mobilisés jusqu'au bout et, surtout, aller chercher un résultat à Lille, cinquième, qui espère encore un concours de circonstances favorable pour se payer un podium (Lille affiche 61 points, Sainté 62 et l'OL 64). Bref, ça va se castagner dimanche pour les dernières places européennes. Et pour le moment, Sainté est l'équipe qui a le moins de pression. Normal, les ouailles de Christophe Galtier sont déjà assurées d'une participation à la C3. Mais comme le disait Obélix, l'appétit vient en mangeant. Alors pourquoi pas espérer un petit miracle sur le finish. On est plus à une folie près. Surtout avec Brandao.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié