S’abonner au mag
  • 2010
  • Barrages
  • France/Eire (1-1)

Voyage au bout de la nuit

Par
Voyage au bout de la nuit

La France est finalement qualifiée mais revient vraiment de nulle part. Archi dominée par une équipe irlandaise particulièrement vaillante, les Bleus s'en sortent miraculeusement, voire minablement, après une rencontre désastreuse et grâce à un but volé. Ou les joies du Win Ugly...

Du sang sur le dance floor. 5 minutes de jeu, et le visage de Julien Escudé, titularisé à la place d’Eric Abidal, est déjà ensanglanté, après un choc avec… Patrice Evra. Le ton est donné et tout le match résumé dans ce fait de jeu. Les Irlandais sont déjà dans le camp français. Escudé sort pour son coéquipier à Séville, Sébastien Squillaci. Puis c’est au tour de Bacary Sagna de saigner à son tour, sa lèvre inférieure est touchée, sans gravité. La France saigne ; elle est dominée, bousculée et ne relève pas le défi physique. Les Irlandais jouent sur les (relatifs) points faibles adverses : la défense centrale et celle de Bacary Sagna. Alors Lloris enchaîne les bonnes interventions et la France n’arrive pas à sortir les ballons proprement. Elle ne s’en sort d’ailleurs pas tout court, et ce qui devait arriver arriva : Duff fait l’amour à Sagna avant de centrer en retrait, Robbie Keane reprend au point de pénalty, plat du pied, but. L’égalité est maintenant parfaite entre les deux équipes mais la peur est dans le camp bleu. Ou le syndrome de l’équipe plus forte que son adversaire, mais qui n’arrive pas à le prouver, face à une formation plus volontaire, organisée et affamée qu’elle.

Ainsi, sur les seconds ballons comme les duels, les Irlandais sont en avance. La France se voit alors obligée de se précipiter, de jouer en percussion, de prendre des risques sur les transmissions. Le pressing vert est intense et les occasions françaises inexistantes. La France ne parvient pas à mettre la balle à terre. Longs ballons ou tentatives aussi vaines que vulgaires de passer par les ailes, avec Anelka et Henry. Heureusement pour la France, les Irlandais sont un peu lents et empruntés en attaque, et n’arrivent pas, malgré plusieurs opportunités de le faire, à tuer le match. La France a la tête sous l’eau, complètement sous pression. Les Bleus semblent vouloir mieux faire, il faut dire que pire serait difficile, mais n’y parviennent absolument pas. L’absence de jeu est effarante. Gourcuff est donc inutile, Henry mauvais et Gignac maladroit.

Au vrai, toutes les carences possibles de l’EDF se sont révélées durant cette première mi-temps. Défense fébrile, manque de poids à la récupération, impossibilité de contrôler les événements, de résister à la pression adverse, à croire que comme au bon vieux temps « qui c’est les plus forts, évidemment c’est les verts » et à se demander si les Bleus ont vraiment envie d’y aller. En tout cas, les Irlandais, eux, à fond, et ça se voit. Après le match aller, on se disait que la France n’avait finalement pas grand chose à craindre, que l’Irlande n’était pas si forte que ça. Si la France avait peut-être trop peur de l’Irlande avant le match aller, suite à la victoire en Irlande, elle s’est vu trop vite arrivée. Aujourd’hui, la France est archi-dominée dans tous les domaines et a intérêt de se ressaisir.

Sauf qu’à peine la seconde mi-temps entamée, c’est O’Shea qui fout une frousse bleue à tout un pays, sur un coup franc, en se retrouvant étrangement seul au deuxième poteau. D’ailleurs Gallas engueule Squillaci. Le pressing irish continue, la fébrilité française aussi. Sur un centre irlandais, Robbie Keane tombe devant Gallas, mais pour rien.

Les Français sont en dessous de tout. Ainsi, au vu de sa performance du soir, Gignac ne mérite même pas qu’on le critique, Henry joue avec les mains dans les poches, Anelka est davantage en vue mais, vu comme il joue ce soir, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. Pas la peine de continuer à énumérer les médiocres performances hexagonales. C’est simple : les joueurs de l’EDF se tirent les uns les autres vers le bas. Toujours aucune occasion française, et une équipe qui a comme seul espoir d’espérer que son adversaire ne marque pas. Vraiment, à moins d’un miracle, la France semble très très loin de pouvoir égaliser. D’ailleurs, à la 54è minute, on s’aperçoit enfin que l’Irlande joue avec un gardien de but. En revanche, il est temps de lancer un avis de recherche : recherche attaquant français répondant au double prénom de Henry Thierry, aurait pour la dernière fois été vu dans le tunnel du Stade de France, merci d’appeler la FFF si vous le voyez.

Le (non) match continue, et l’EDF n’en finit pas de prendre l’eau au milieu. Elle aurait bien besoin d’un milieu défensif de plus. Ok, la priorité est de marquer, mais la France est surtout proche d’en encaisser un deuxième. Aussi, son sélectionneur fait le choix du juste milieu avec l’entrée de Sidney Govou pour Gignac (qui a peut-être perdu sa place de titulaire ce soir), Anelka passe en pointe.

Depuis l’entrée du Lyonnais, ça va un peu mieux. La France avance, et se fait évidemment prendre en contre. Duff plein axe oblige Lloris à un très bel arrêt pour sauver son camp (même s’il faut dire que Duff lui a quelque peu tiré dessus). L’Irlande a repris les choses en main. Les deux Diarra continuent d’être étouffés, et le jeu offensif faible. Aucun échange entre Evra et Henry, des latéraux inutiles offensivement, une France complètement sous pression et sans solution. Alors Anelka passe à gauche, Henry devant, et en face O’Shea sort pour Mc Shane.

Suite aux changements, le rythme retombe un peu. Et Lassana Diarra est toujours absent des débats. Un constat : depuis des mois, toute l’Equipe de France a été organisée pour faire jouer Thierry Henry à gauche, et là, alors qu’elle joue ses minutes les plus décisives, Henry est placé en pointe. Las, l’Irlande continue d’être menaçante. Sauf que Robbie Keane en fait trop: alors qu’il n’avait plus qu’à composter le billet irlandais pour l’Afrique du Sud, il essaie de dribbler Hugo Lloris et pousse trop loin son ballon. Les Irlandais ont raté le coche mais ne démontent évidemment pas pour autant, défendent très bien, et jouent le plus franchement possible vers l’avant.

Ah tiens, Thierry Henry est toujours sur le terrain et c’est Gourcuff qui sort, sous les sifflets, pour les cheveux de Malouda. Incursion irlandaise au milieu d’une défense française pétrifiée. Et tout va mal, Lassana assure mal sa passe et remet Robbie Keane en jeu. Heureusement pour la France, sa frappe passe à côté du cadre. La France essaie de toutes ses forces de marquer, mais toutes les forces de cette équipe, ce soir, ce n’est pas grand chose : une action chaotique qui se finit par un centre à ras de terre d’Henry sur Shay Given.
Prolongations.

Et la suite est connue de tous. La France s’en sort finalement, par la plus petite des portes. La France se qualifie pour la Coupe du Monde, comme elle le mérite : grâce à un but contre le cours du jeu, sur une action entachée d’un hors-jeu et d’une main de Thierry Henry. Un grand bravo aux Irlandais de ne pas s’en être pris à l’arbitre à la fin du match ; tout est bien qui finit bien…

Par

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Players of France during the semi-final UEFA Women's Nations League football match between France and Germany at OL Stadium on February 23, 2024 in Decines-Charpieu, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Players of France during the semi-final UEFA Women's Nations League football match between France and Germany at OL Stadium on February 23, 2024 in Decines-Charpieu, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
  • Ligue des nations
  • Demies
  • France-Allemagne (2-1)
Les Bleues enfoncent l'Allemagne et s'envolent pour la finale

Les Bleues enfoncent l'Allemagne et s'envolent pour la finale

Les Bleues enfoncent l'Allemagne et s'envolent pour la finale

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine