S’abonner au mag
  • Euro 2024
  • Jour 23

Le récap du jour : Roger Federer, le prince William et la chasse aux loups

Par Alexandre Lazar et Quentin Ballue, avec Clément Gavard à Paderborn

Le dernier carré est au complet ! L’Angleterre et les Pays-Bas ont écarté la Suisse et la Turquie de la course au trophée Henri Delaunay au cours d’une journée marquée par une énième masterclass de CSC. Voici tout ce qu’il s’est passé ce samedi 6 juillet, à l’Euro et surtout en dehors.

Le récap du jour : Roger Federer, le prince William et la chasse aux loups

Top Spiel

Encore une fois, l’Angleterre s’est retrouvée menée. Encore une fois, elle a fini par s’en sortir. Piégés par Breel Embolo (75e), les Three Lions ont évité la guillotine grâce à un coup de patte de Bukayo Saka (80e). Le feu follet d’Arsenal a ensuite définitivement enterré les souvenirs douloureux de 2021 en transformant son tir au but dans une séance où seul Manuel Akanji s’est raté. Sweet Caroline a de nouveau pu retentir, et l’Angleterre sera au rendez-vous des demi-finales pour la troisième fois sur les quatre derniers grands tournois. Son adversaire mercredi : les Pays-Bas. Les hommes de Ronald Koeman ont eux aussi été menés, mais l’entrée de Wout Weghorst à la mi-temps a permis aux Oranje de reprendre du poil de la bête. Stefan de Vrij a remis les compteurs à zéro sur un centre de Memphis Depay (70e). Dans la foulée, Cody Gakpo a poussé Mert Müldür au CSC (76e), et l’arrêt réflexe de Bart Verbruggen a épargné les plus fatigués d’entre nous en évitant une quatrième prolongation dans ces quarts de finale (90e+1). Il fallait bien ça pour mettre fin à la polémique autour du signe des Loups gris, repris massivement par les supporters turcs samedi, dans le stade comme en dehors.


Il a déjà gagné sa place pour l’équipe type : CSC

CSC continue de régner sur cet Euro 2024. Alors qu’on s’attendait à le voir frapper lors de France-Portugal vendredi, le buteur en série est sorti de sa boîte pour crucifier la Turquie ce samedi. Sa 10e réalisation du tournoi. Malgré son profil atypique, la nouvelle star du football européen voit loin, comme elle l’avait confié il y a quelques jours dans un entretien avec 20 Minutes : « Le Ballon d’or, j’y pense, évidemment. Mais je dois faire encore mieux qu’en 2021, où j’avais été décisif à onze reprises. Malgré ces stats incroyables, je n’avais même pas été nommé parmi les 30. Je pense qu’on fait souvent un délit de sale gueule. C’est vrai que j’ai une personnalité qui ne laisse pas indifférent, un caractère qui fait que j’énerve mes coéquipiers et jusqu’à mon propre coach. Mais je fais mon travail de la manière la plus professionnelle possible. » Les hommes mentent, pas les chiffres.


 Fan zone : Dites « cheese » !

Les supporters suisses ont quitté le tournoi par la grande porte. Vue dans les tribunes de Düsseldorf, une pancarte taquine « Votre roi regarde Wimbledon, le nôtre l’a remporté huit fois », en référence à Roger Federer, pour piquer l’immense ego anglais. Le « God Save the cheese » nous a aussi beaucoup plu. Un beau message de communion en ces temps troublés. N’oublions pas nos valeurs.


La stat pas piquée des Teutons : 5

La Nati n’a jamais semblé aussi proche de se hisser dans le dernier carré de l’Euro. Et pourtant… Comme en 2021, elle s’est heurtée à l’épreuve des tirs au but. Les Suisses comptent désormais cinq échecs en autant de présences en quarts de finale des tournois majeurs. L’expression ne dit pas « jamais cinq sans six », alors il y a des raisons d’espérer.


Dites « Käse »

Voyager en Allemagne est une galère, alors le prince William ne comptait pas venir jusqu’à Düsseldorf pour rien. C’est donc en toute logique qu’il a libéré toute sa rage sur le but égalisateur de Bukayo Saka. Tant pis pour la retenue légendaire de la famille royale britannique. « J’suis pas venu jusque-là pour souffrir, ok ? »


   Französische Qualität

Le maillot blanc des Bleus va-t-il devenir iconique ? La nouvelle est déjà tombée : comme face à la Belgique en huitièmes et le Portugal en quarts, l’équipe de France enfilera sa tunique away mardi soir à Munich pour défier l’Espagne. Un air de Coupe du monde 2006, pour ceux qui s’en souviennent : l’EDF de Zizou avait joué ses quatre matchs à élimination directe dans sa deuxième tenue, avec l’issue que l’on connaît. Depuis le début de l’Euro, la bande de Didier Deschamps n’a porté sa liquette bleue que face à la Pologne. Les signes ne risquent pas d’inquiéter la machine tricolore, qui s’est tranquillement remise de sa qualification ce samedi à Paderborn. Douze remplaçants étaient présents à l’entraînement ouvert à la presse, et l’opposition du jour s’est terminée par une séance de tirs au but, lors de laquelle seul Youssouf Fofana a loupé sa tentative. Venez les chercher !


De l’autre côté du mur

Des associations de protection animale ont demandé le retrait du foie gras des menus qui seront servis aux personnes VIP, lors des prochains Jeux olympiques. À ce jour, la pétition menée par Animal Equality, soutenue par d’autres ONG, a recueilli 36 000 signatures. Dans le même temps, le sprinteur érythréen Biniam Girmay a remporté sa deuxième victoire d’étape sur le Tour de France en s’adjugeant l’arrivée massive à Colombey-les-Deux-Églises, la commune du général De Gaulle. Dire que l’équipe Intermarché-Wanty n’avait jamais remporté de victoire sur le Tour avant cette année… Encore raté pour le favori Jasper Philipsen, qui rend un bel hommage au grand-père de son coéquipier Mathieu van der Poel, Raymond Poulidor. Outre-Manche, le nouveau Premier ministre britannique, Keir Starmer, a confirmé l’abandon du projet d’expulsion de migrants et demandeurs d’asile vers le Rwanda. Un projet de longue date des conservateurs, sévèrement critiqué. Il ne reste plus que le Southampton FC pour redonner le sourire à Rishi Sunak.


   La Dégaine du jour, avec Dégaine

Depuis trois semaines, les Three Lions plongent toute une île dans la sieste la plus profonde. Ce fan allemand des Anglais n’en a cure. Un bob, une réplique du maillot rouge away des années 1990 (à l’époque où l’Angleterre n’avait pas encore ajouté l’étoile de 1966 au-dessus de son blason) et même des tatouages : il ne manque plus qu’une pinte de bière pour compléter la panoplie.

Combiné Euro 2024 : 120€ de bonus EN EXCLU chez Betclic pour miser sur les derniers 1/4 !

Par Alexandre Lazar et Quentin Ballue, avec Clément Gavard à Paderborn

À lire aussi
Articles en tendances
21
Revivez la défaite des Bleus face à l'Espagne  (2-1)
  • Euro 2024
  • Demies
  • Espagne-France
Revivez la défaite des Bleus face à l'Espagne (2-1)

Revivez la défaite des Bleus face à l'Espagne (2-1)

Revivez la défaite des Bleus face à l'Espagne (2-1)
Logo de l'équipe France
Les notes des Bleus
  • Euro 2024
  • Demies
  • Espagne-France (2-1)
Les notes des Bleus

Les notes des Bleus

Les notes des Bleus
12
Revivez Pays-Bas-Angleterre  (1-2)
  • Euro 2024
  • Demies
  • Pays-Bas-Angleterre
Revivez Pays-Bas-Angleterre (1-2)

Revivez Pays-Bas-Angleterre (1-2)

Revivez Pays-Bas-Angleterre (1-2)

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus CDEE2

Angleterre

Pays-Bas

12
Revivez Pays-Bas-Angleterre  (1-2)
Revivez Pays-Bas-Angleterre (1-2)

Revivez Pays-Bas-Angleterre (1-2)

Revivez Pays-Bas-Angleterre (1-2)

Suisse

Turquie

21
Revivez Pays-Bas-Turquie (2-1)
Revivez Pays-Bas-Turquie (2-1)

Revivez Pays-Bas-Turquie (2-1)

Revivez Pays-Bas-Turquie (2-1)