S’abonner au mag
  • Coupe du monde des clubs
  • Finale
  • Manchester City-Fluminense (4-0)

Manchester City s’offre Fluminense et le titre de champion du monde

Par Quentin Ballue

Opposé à une vaillante équipe de Fluminense, Manchester City a livré un match sérieux pour remporter la Coupe du monde des clubs (4-0). Un nouveau trophée, largement mérité, pour l'équipe de l'année.

Manchester City s’offre Fluminense et le titre de champion du monde

Manchester City 4-0 Fluminense

Buts : Álvarez (1re, 88e) Nino (CSC, 27e), Foden (72e)

Fêtes de fin d’année ou pas, Manchester City n’est pas du genre à partager. Les Skyblues ont dominé Fluminense à Djeddah pour conquérir leur toute première Coupe du monde des clubs (4-0). Un cinquième trophée cette année pour la bande de Pep Guardiola, après la Premier League, la Cup, la Ligue des champions et la Supercoupe de l’UEFA. Les Mancuniens ont respecté la tradition, puisque depuis 2013, aucune édition n’a échappé au vainqueur de la C1. Une série qui pourrait s’arrêter dès le prochain tournoi, en 2025, avec la refonte totale du format.

Fast and furious

City a réalisé l’entame parfaite en prenant les devants alors que le chronomètre n’affichait que 40 secondes de jeu. Nathan Aké a décoché une superbe frappe du gauche aux 25 mètres, renvoyée par le poteau, et Julián Álvarez a mis le ballon au fond de la poitrine (1-0, 1re). Le neuvième but de la saison de l’Argentin, au rendez-vous en l’absence d’Erling Haaland, non inscrit, comme Kevin De Bruyne et Jérémy Doku. Un gros caillou dans la chaussure de Fluminense, qui ne s’est cependant pas démonté. À l’image du crochet de Fábio sur Bernardo Silva dans sa propre surface (18e), le champion d’Amérique du Sud a affiché sa confiance et son aisance en persistant à relancer court, dans les petits espaces, malgré le pressing adverse.

L’équipe de Fernando Diniz a failli bénéficier d’un penalty pour une faute d’Ederson sur German Cano, avant que l’attaquant soit signalé hors jeu (16e). Intéressants dans leur organisation et leurs intentions, les Brésiliens ont néanmoins été punis. Une brèche s’est ouverte dans la défense, laissant Phil Foden en position dangereuse. Le capitaine Nino s’est alors jeté pour stopper son centre, mais a involontairement envoyé le ballon dans les filets (2-0, 27e). Impuissant, Flu s’en est remis à un corner de Marcelo pour enfin menacer City. La tête de Jhon Arias a obligé Ederson à une parade sur sa ligne (40e), ce à quoi Fábio a répondu en se déployant sur sa gauche pour empêcher Jack Grealish d’aggraver le score (42e).

 

Phil électrique

Le gardien de Flu, 43 printemps au compteur, a maintenu sa formation à flot au retour des vestiaires en s’opposant à Foden, puis en captant la tête du renard Bernardo Silva (47e). Il a encore été sollicité par l’ailier anglais à la suite d’une bonne combinaison sur coup franc (52e). Foden a cependant fini par être récompensé de sa persévérance en coupant victorieusement un centre d’Álvarez (3-0, 72e). L’Argentin a parachevé le récital des siens en signant son doublé d’un tir croisé (4-0, 88e). En face, Fluminense n’a pas réussi à bonifier la vivacité d’Arias, qui a pourtant bien embêté Kyle Walker. Ederson a parfaitement lu le centre de Samuel Xavier sur l’un des rares décalages en faveur des Cariocas (67e). Le portier brésilien s’est à nouveau montré intraitable lorsque John Kennedy a réussi à échapper à la défense mancunienne, claquant le ballon au-dessus de la transversale (80e). La plus grosse frayeur citizen restera finalement le tacle en retard d’Alexsander sur Rodri, qui a quitté la pelouse quelques minutes plus tard (74e). L’arbitre Szymon Marciniak n’a même pas laissé de temps additionnel : Manchester City inscrit logiquement son nom au palmarès du Mondial des clubs pour la première fois de son histoire. Pas de 29e titre, donc, pour Marcelo. City rentrera au pays avec le sentiment du devoir accompli, avant de renouer avec le championnat contre Everton mercredi. Le repas de Noël a intérêt à être léger.


Manchester City (4-3-3) : Ederson – Walker, Stones (Gvardiol, 75e), Dias, Aké (Bobb, 81e) – Rodrigo (Akanji, 74e), Lewis (Kovačić, 61e), Bernardo – Foden (Nunes, 81e), Grealish, Álvarez. Entraîneur : Pep Guardiola.

Fluminense (4-2-3-1) : Fábio – Xavier, Nino (Marlon, 74e), Melo (Barbosa, 60e), Marcelo (Alexsander, 60e) – André, Martinelli – Keno (Kennedy, 46e), Ganso (Lima, 60e), Arias – Cano. Entraîneur : Fernando Diniz.

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Quentin Ballue

Articles en tendances

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Manchester City

Fluminense