S’abonner au mag
  • France
  • Ligue 1
  • 31ème journée
  • Marseille/Bordeaux (1-0)

L’OM s’offre Bordeaux et un bon week-end

Par Swann Borsellino
L’OM s’offre Bordeaux et un bon week-end

Il est là, le dixième 1-0 de la saison. Solides à domicile face à un Bordeaux intéressant mais trop limité offensivement, les joueurs de l’Olympique de Marseille s’offrent un succès crucial dans la course à la Ligue des Champions. Avant les neuf autres matchs de la 31e journée, les Marseillais comptent quatre points d’avance sur l’OL et sept sur Saint-Étienne.

La tignasse est moins épaisse mais un Marseillais qui se respecte reconnaît le lascar qui se dirige vers le rond central pour donner le coup d’envoi fictif de la rencontre. Accompagné par un petit mistral pas assez puissant pour semer la pagaille dans une coupe de cheveux parfaitement travaillée, Chris Waddle est là, sur la pelouse du Vélodrome, et très franchement, avec un tel symbole, on voit mal comment l’OM va faire pour perdre face à Bordeaux. Même sans Valbuena. D’ailleurs, en dépit de l’absence de son meneur de poche, le onze d’Elie Baup n’a pas perdu. Mieux, grâce à un but d’André-Pierre Gignac, à une organisation sérieuse et à la faiblesse offensive des Bordelais, les Marseillais ramassent une victoire cruciale pour bien attaquer le sprint final. Avec quatre points d’avance sur Lyon et sept sur Saint-Étienne, les coéquipiers de Steve Mandanda peuvent passer un bon week-end.

Gignac réaliste, Bordeaux bon mais sans idée

Le début de soirée est une affaire capillaire. La crête n’est plus blonde, mais Jordan Ayew n’a pas pour autant décidé d’être sobre. Virevoltant et fermement décidé à bien entrer dans sa partie, le Ghanéen est au four est au moulin. Parfois pas assez lucide, le petit frère d’André a le mérite de mettre de l’intensité dès le début du match et de tirer ses coéquipiers vers le haut. Bien en place, les Marseillais jouent haut, portent le ballon, mais manquent trop de centres. Cette domination précoce permet toutefois à Foued Kadir de se retrouver dans la surface après une touche de Fanni, mais la frappe en pivot de l’ancien Valenciennois meurt à quelques centimètres de la lucarne de Cédric Carrasso. On a dépassé la 10e minute, le moment choisi par les joueurs de Francis Gillot pour se mettre à jouer. Alors évidemment, à Bordeaux, quand il s’agit de jouer, tout est relatif. En fait, l’utilisation du ballon est parfaite, le milieu de terrain Sertic-Plasil-Obraniak performant, mais les solutions offensives quasiment nulles. Peu sollicité, Faubert se bat avec Morel tandis que Trémoulinas, bien présent, voit Traoré et Diabaté cafouiller ses bonnes passes. Les hommes de Gillot contrôlent le ballon, Cheyrou et Romao, pas assez aidés par un Kadir bon offensivement, peinent au milieu du terrain, mais les occasions n’arrivent pas. La domination est stérile. Une aubaine pour l’OM. Profitant de l’alignement de la défense bordelaise, aussi aléatoire que le révélateur de hors-jeu de Canal+, Cheyrou envoie un caviar à Gignac, seul dans le dos des visiteurs. Serein, APG porte le ballon, crochète Sané, qui glisse, et ajuste Carrasso d’une frappe placée du pied droit. Un beau but d’attaquant, même s’il serait impoli de ne pas remercier l’arrière-garde bordelaise et Benoît Cheyrou.

Marseille joue bas, Bordeaux ne tire pas

Côté bordelais, outre un léger savon, la pause amène Nicolas Maurice-Belay sur la pelouse, à la place de Mariano. Comme souvent lorsqu’ils mènent 1-0 à la pause, les joueurs de l’Olympique de Marseille rendent fou Elie Baup en jouant bas et en laissant le ballon à l’adversaire. Ce match, le coach phocéen l’a vu plusieurs fois et en général, ça ne se termine pas très bien. Mais en face, si Trémoulinas, Obraniak et le nouvel entrant Saivet sont volontaires, les nombreuses pertes de balle de la paire Diabaté-Plasil plombent le jeu bordelais. Au final, il n’y a guère qu’un une-deux côté droit entre Faubert et Plasil pour faire vibrer le Vélodrome avant l’heure de jeu. L’heure de jeu, le moment choisi par Marc Planus pour dégainer une petite erreur de sa caravane. En retard sur une passe en retrait, le Bordelais se fait chiper la balle par Gignac, qui part au but. Peut-être trop en confiance, Dédé refuse la frappe et tente de crocheter Sané mais voit Planus lui revenir dans les pattes. Les joueurs de Gillot n’ont pas encore cadré une frappe mais vont se procurer deux grosses opportunités coup sur coup. Par Mauric-Belay, d’abord, qui endort Morel, frappe du gauche mais voit Mandanda détourner sa frappe. Par Saivet ensuite, qui, sur corner, envoie une tête qui passe de peu au-dessus du but phocéen. La fin de match est marseillaise. Fanni est tranchant, l’entrée de Sougou apporte beaucoup et Mandanda et Nkoulou sont à nouveau rassurants. Elie Baup et son cardiologue aimeraient bien un but du break mais Gignac, de la tête, suite à un centre de Fanni, voit sa tentative passer à côté du but de Carrasso. C’est un nouveau 1-0 pour l’OM. Le dixième de la saison. Mais ce sont surtout trois nouveaux points. Merci Chris Waddle.

Par Swann Borsellino

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
Logo de l'équipe Olympique Lyonnais
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens (0-3)
Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine