S’abonner au mag
  • Liga
  • J15

Les bonnes questions de la reprise en Liga

Par Antoine Donnarieix
Les bonnes questions de la reprise en Liga

Ce jeudi, la Liga espagnole reprend ses droits après la longue trêve liée au Mondial. Pendant un mois, les pensionnaires de l’élite ont eu le temps de préparer la suite de la saison 2022-2023, mais certaines interrogations doivent encore trouver une réponse. État des lieux.

À quand la première victoire pour Elche ?

Après quatorze journées au compteur, tous les clubs de Liga comptent au moins une victoire en championnat depuis le début de saison. Tous ? Non ! Un club résiste encore et toujours au plaisir d’empocher trois points en une seule rencontre : l’Elche Club de Fútbol. Cinq entraîneurs se sont déjà essayés à la tâche depuis le début de saison (Francisco Rodríguez, Alberto Gallego, Jorge Almirón, Sergio Mantecón et Pablo Machín), sans réussite pour l’instant. Certes, les Franjiverdes possèdent la plus petite valeur marchande de Liga avec 59,2 millions d’euros et comptent déjà huit points de retard sur le premier relégable, mais ce n’est pas une raison pour s’apitoyer sur son sort. Avec quatre matchs nuls contre Almería (1-1), le Real Majorque (1-1), Valence (2-2) et l’Espanyol (2-2), il y a matière à imaginer les coéquipiers de Pol Lirola remporter un match très vite. Et si un braquage se faisait dès ce soir en déplacement sur la pelouse de l’Atlético de Madrid ?


Nabil Fekir peut-il garder son sang-froid contre l’Athletic ?

15 juillet 2018, la France bat la Croatie quatre buts à deux au stade Loujniki de Moscou et devient championne du monde de football pour la deuxième fois de son histoire. Parmi les Bleus, Nabil Fekir prend part à la finale et inscrit son nom chez les vainqueurs du prestigieux trophée. Quatre ans et demi plus tard, Nabilon n’a pas été appelé par Didier Deschamps pour le Mondial. Tant mieux pour les socios du Betis qui savent que leur numéro 10 peut leur faire gagner une Coupe d’Espagne. Hélas, les Beticos sont également au courant des sautes d’humeur de Fekir, comme lors de la dernière réception de l’Athletic Club où Iker Muniain avait joué le rôle de la victime pour exclure l’ancien capitaine de l’OL. Plus inquiétant : sur les trois cartons rouges reçus par Fekir depuis son arrivée à Séville en 2019, deux sont à noter contre… l’Athletic. Pour le Gone, c’est l’heure de faire mentir l’adage « jamais deux sans trois » et de réaliser un partidazo pour enchanter le Benito-Villamarín.


Le stade Balaídos sera-t-il en état de marche pour accueillir le FC Séville ?

La pluie ne plaisante pas à Vigo. Le week-end dernier, de fortes inondations sont venues perturber le quotidien de la ville galicienne. Routes bloquées par les torrents d’eau, maisons laissées à l’abandon, chutes d’arbres, glissements de terrain… Au total, plus de 335 incidents ont été recensés à la veille de Noël. Une catastrophe naturelle où le football n’a pas été épargné, puisque le stade Balaídos, habituelle enceinte du Celta de Vigo, a subi une forte dégradation de ses installations, le tout à quatre jours d’affronter le FC Séville dans un match capital dans la lutte pour le maintien en Liga. Bref, l’ambiance n’était pas à l’optimisme sur la tenue du match en début de semaine, mais un travail sans relâche des autorités compétentes a permis au stade d’être à nouveau apte à accueillir la rencontre. Et selon les dernières informations, le match aura bien lieu malgré l’alerte climatologique interdisant les activités extérieures pour cause de nouvelles intempéries à venir. Imaginez Jorge Sampaoli gueuler ses consignes et faire les cent pas sous la flotte… Ce Celta-Séville s’annonce d’ores et déjà épique.


Majorque, nouvelle équipe la plus indisciplinée de Liga ?

Qui succèdera au FC Valence de Pepe Bordalás et ses 130 cartons jaunes récoltés en seulement 38 journées ? La question a le mérite d’exister, puisque Bordalás, quintuple vainqueur consécutif du classement des équipes les plus sanctionnées en Liga (quatre fois avec Getafe, une fois avec Valence), est actuellement sans club depuis le début de saison 2022-2023. Dès lors, plusieurs équipes se bousculent dans cette bataille des vilains petits canards. Premier au classement après quatorze journées, le Real Majorque comptabilise 220 fautes commises pour 59 avertissements et 2 expulsions. En deuxième position, le FC Séville subit les conséquences de son début de saison catastrophique et cumule déjà 185 fautes commises pour 55 jaunes et… 6 rouges ! Mais faire des fautes ne signifie pas forcément prendre des cartons, la preuve avec la Real Sociedad. Les Txuri-Urdin ont concédé 239 fautes pour seulement 41 avertissements et une seule exclusion. De son côté, David García (Osasuna) est le footballeur le plus sanctionné du championnat avec 6 jaunes et un rouge. Petit rappel à toutes fins utiles : l’abus de fautes est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.


Quel avenir proche pour João Félix ?

Ce sera probablement l’un des feuilletons de ce marché hivernal. Plus les jours passent, plus le divorce entre Diego Simeone et son joueur semble inévitable. « Personne n’est indispensable, et les choses seront comme elles doivent être, expliquait El Cholo la semaine dernière en conférence de presse. C’est très important pour nous. Il (João Félix)a fait une bonne Coupe du monde, il a participé à des buts avec l’importance que l’entraîneur lui a donnée. » Des propos appuyés par le principal actionnaire du club, Miguel Ángel Gil Marín : « Les minutes jouées, sa motivation du moment laissent penser que le plus raisonnable pour le club serait de voir s’il y a une bonne option pour toutes les parties, il faut au moins l’analyser. Personnellement, je serais enchanté qu’il continue, mais je crois que l’idée du joueur en ce moment n’est pas celle-là. » En tout cas, l’Atlético a fixé le prix de départ de Félix à 140 millions d’euros. Hé oui, le Père Noël est une ordure.


Quel vainqueur pour le mano a mano Real-Barça ?

C’est la grande question qui se pose à quasiment chaque saison de Liga. En 91 éditions du championnat d’Espagne, le Real Madrid a remporté 35 fois la compétition contre 26 fois pour le FC Barcelone. Les deux géants du football espagnol sont donc logiquement favoris pour cette édition 2022-2023, et ce n’est pas leur avance au classement (le Barça possède deux points d’avance sur le Real et… onze sur la Real Sociedad, troisième) qui viendra prouver le contraire. Dès lors, les idées reçues expliquent que le vainqueur du Clásico sera sacré champion. Le 16 octobre dernier, le Real a disposé du Barça au Camp Nou (3-1). Malgré cela, le Barça est parvenu à récupérer la place de leader grâce à un parcours proche de la perfection : un nul face au Rayo Vallecano lors de la première journée suivi de sept victoires consécutives, une défaite au Santiago-Bernabéu et cinq autres victoires avant la trêve. En gros, mis à part le Real, le Barça ne craint pas grand monde. Et si l’Espanyol, voisin barcelonais, venait embêter la bonne dynamique blaugrana dès ce week-end ?

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Antoine Donnarieix

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

03
Live : Lyon-Lens (0-2)
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Elche

Javier Pastore

Nabil Fekir