Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Angers-PSG (0-2)

Angers Di María

En souffrance, mais aidé par un Di María des grands soirs, le PSG s'est imposé à Angers et maintient la pression sur l'AS Monaco. Avec six victoires de rang en Ligue 1, le club parisien est plus que jamais en course pour conserver son titre.

Modififié

Angers 0-2 PSG

Buts : Di María (28e, 84e) pour le PSG

Il y a un avant et un après drame du Camp Nou. Depuis le naufrage, Paris a remporté tous ses matchs, glané une Coupe de la Ligue, et repris espoir dans la course au titre. Et sur la pelouse d'Angers, il a passé un réel écueil, dans la souffrance. Ce qui pourrait être inquiétant quant à une puissance collective parisienne en baisse, mais rassurant quant à un mental solide et une dynamique porteuse. En s'imposant à Angers, Paris a empilé une sixième victoire de rang, et s'est remis au niveau de Monaco, qui a désormais la pression.

Di María sur coup franc


Un traquenard, mais un traquenard dont Monaco a su se sortir une semaine plus tôt. Paris n'a donc pas le choix et doit ramener trois points du nouvellement nommé stade Raymond Kopa, histoire de maintenir la pression sur l'ASM. Pas une mince affaire tant les hommes de Stéphane Moulin mettent de l'intensité d'entrée de jeu. Ce qui se traduit, entre autres, par une perte de balle naïve de Javier Pastore dans l'axe, et une frappe enroulée de Nicolas Pepe que Kevin Trapp doit sortir en corner (11e). Un premier avertissement sans frais pour le PSG, suivi d'un second dans la foulée quand, au duel avec Ismaël Traoré, Maxwell n'est pas loin du csc. Les Angevins poussent et inquiètent Paris : une frappe de Baptiste Santamaria captée par Trapp (37e) après une nouvelle récupération de balle dans le camp parisien, puis un but de Cheikh N'Doye annulé pour une faute au préalable de Famara Dhiedhiou sur Serge Aurier, pas forcément victime sur le coup (39e)... Le PSG est bousculé, mais le PSG tient et peut compter sur son homme en forme, Ángel Di María, qui débloque la situation à la demi-heure de jeu d'un coup franc limpide (28e). Avant ce but, l'Argentin avait eu une première inspiration au quart d'heure de jeu, hors cadre de peu (17e). À la pause, les hommes d'Unai Emery sont devant en serrant les dents.

Di María en contre-attaque


Le manque de contrôle parisien se poursuit durant le second acte : Dhiedhiou frappe au-dessus (52e), Thomas Mangani dans les gants de Trapp (60e) ou dans le mur sur coup franc (72e), quand le gardien parisien ne sort pas une parade magique sur une tête de N'Doye dans la séquence suivante (72e). Angers continue de mettre de la pression, tandis que Javier Pastore, très discret, cède sa place à Lucas Moura (69e). Un coaching gagnant pour Emery, puisque quinze minutes plus tard, le Brésilien s'appuie sur Edinson Cavani dans l'axe avant de servir Di María, qui crucifie Letellier (84e). Le break et le soulagement pour Paris. Car jusqu'à ce but salvateur, le PSG est acculé et n'arrive à s'exprimer que par contres. Mais avec son feu follet brésilien et son compère italien Thiago Motta, entré à la place de Blaise Matuidi, Emery a fait une démonstration de coaching : ses hommes ont fait le dos rond en oubliant leurs principes de possession de balle et planté la banderille qui va bien au moment opportun. Et Di María a brillé, avant un repos bien mérité en toute fin de rencontre. De quoi permettre à Paris de revenir à hauteur de Monaco, d'enchaîner une sixième victoire de rang en Ligue 1, et de se dire qu'à cinq journées de la fin, le titre n'est pas si loin.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur