Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Bayern-Villarreal (1-1)

Appelez-les Villarrégal !

À Munich ce mercredi soir, Villarreal a démontré une force de résilience hors norme pour sortir un Bayern moribond et certainement trop confiant. Une qualification légitime, venue récompenser une équipe insouciante.

Modififié
Avant le coup d’envoi à l’Allianz Arena, les spéculations allaient bon train. Des analyses et commentaires divers convergeant vers une même résultante : le Bayern Munich collerait une rouste à Villarreal. Pourtant, à force d’abnégation, la bande d'Unai Emery - toujours tenante du titre en Ligue Europa - a démontré qu’elle avait bel et bien sa place dans cette élite européenne, venant arracher son ticket pour le dernier carré avec brio. Comme un air de 2006.

Chukwueze, homme clé


Multiplier les tentatives ne signifie pas forcément marquer. Ce mercredi soir, le Bayern l’a appris à ses dépens. Dominateurs durant près de 90 minutes et forts de 23 tentatives sur les cages de Geronimo Rulli, les Bavarois n’en auront en effet cadré que quatre, pour un seul but venu des pieds de Robert Lewandowski (52e). En face, Villarreal n’aura en réalité que rarement tremblé, encaissant quelques situations chaudes avant l’ouverture du score du Polonais, sans jamais être pris à revers. « Ce sera un match énorme et difficile, exposait Emery en avant-match. Le plus grand défi que j'ai eu en tant qu'entraîneur sera celui-ci. Et pour le club aussi. Ils sont les favoris, l'une des trois équipes les plus fortes du moment. » Ce défi, ses hommes ont su le relever.



Et parmi les éléments prépondérants du système Emery se distingue Samuel Chukwueze. Joker de choix, le talentueux ailier a effectivement débarqué sur la pelouse pour enfiler son costume de héros et marquer une page de l’histoire de son club. Profitant de l’envie (et peut-être du surplus de confiance) munichoise d’assommer les siens, comme à leur habitude, le Nigérian est ainsi parti à l’abordage. Servi par l’excellent travail du maestro Dani Parejo et Gerard Moreno, en contre, afin de fusiller Manuel Neuer à deux minutes du terme (88e). Une especialidad, pour celui qui a inscrit chacun de ses buts en Liga et en Ligue des champions en sortant du banc (4 réalisations). Le concept d’ « équipe globale » cher à coach Unai.

« Ils ont commis l'erreur de ne pas nous tuer »


Car cette qualification, c’est aussi et surtout celle du technicien basque. Désigné comme homme de coupe attitré, l’ancien de Séville a une nouvelle fois démontré sa capacité à répondre présent dans les grands rendez-vous. En 13 matchs à élimination directe sous ses ordres, le Submarino Amarillo n’en a tout simplement perdu aucun (9 victoires, 4 nuls). « Nous allons essayer d'être solides en défense et de saisir nos chances en attaque » , analysait-il en conférence de presse. Force est de constater que les faits lui ont strictement donné raison.




D’Emery l’entraîneur, Emery le meneur de troupes n’a également pas tardé à faire ses preuves. Tancé par les sorties peu glorieuses de ses homologues de München, l’intéressé a effectivement eu les arguments nécessaires pour motiver ses protégés. Gerard Moreno : « Au match aller, nous avons commis l'erreur de ne pas les achever, et tous les commentaires autour de ça nous ont servi de motivation. Ce soir, ils ont commis l'erreur de ne pas nous tuer, et nous avons tiré profit de ça. Ce que cette équipe a fait est grand. » Discours vite complété par le taulier Raúl Albiol : « Nous sommes une équipe qui travaille, qui se fait mal, nous n'avons pas autant d'argent que d'autres, mais nous devons nous battre avec d'autres armes. Nous avons souffert, nous le savions, mais nous avons été payés en retour, nous avons sorti le Bayern. Et maintenant, on peut rêver d'aller encore plus loin. » Rêvons donc plus grand, comme le veut la tradition.

Le Bayern se casse les dents sur Villarreal


Par Adel Bentaha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi