Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // City-OL (1-3)

Un Lyon majuscule

Oui, l’Olympique lyonnais s’est plié en quatre pour se hisser en demi-finales de la Ligue des champions après sa victoire contre Manchester City (1-3). Oui, il retrouvera dix ans plus tard le Bayern à ce même stade de la compétition. Et oui, il faut d'ores et déjà considérer ce match comme un moment d’histoire. Voilà pourquoi.

Modififié
Mais bordel, par où commencer ? Quelle individualité ressortir de cet exploit réalisé par Lyon, face à Manchester City ? Comment analyser tout ça ? Où ont-ils cherché cette énergie et ce mental insoupçonnés ? Il faudra certainement du temps pour comprendre ce qu’il s’est passé ce samedi soir ; au stade José-Alvalade. Moins de 24 heures après avoir bouffé de l’irrationnel à ne plus en pouvoir avec ce 8-2 infligé par le Bayern au Barça, personne n’était prêt à se faire resservir une telle plâtrée de folie. Et pourtant, l’Olympique lyonnais - à qui on prêtait plutôt la position du fessé en écho aux événements de la veille - a au contraire infligé une déculottée aux petits bonhommes en bleu de Pep Guardiola.


Le mot est peut-être fort : à un plat du pied de Raheem Sterling mieux ajusté face à une cage vide au moment où le score était à 2-1 et que les organismes lyonnais commençaient à souffrir, l’histoire aurait été radicalement différente. Mais par l’état d’esprit déployé par tout un groupe, remplaçants compris, par la conviction de tenir en main leur adversaire et finalement le mérite d’avoir cru en chacune de leurs opportunités, les Gones ont sorti un exploit majuscule qui fera date.

Le bal des revanchards


Pourtant, tout avait débuté par quelque chose de finalement logique. Voir Maxwel Cornet profiter ainsi de la mansuétude d’Ederson — d’un très grand secours, tout au long du match — pour ouvrir le score et effacer la timidité lyonnaise n’avait rien de surprenant. Lui connaissait la voie, lui avait déjà inscrit trois buts en deux matchs contre les Skyblues, lui sait qu’il vit sa meilleure vie depuis qu’il a été replacé sur ce côté gauche. Et c’est ainsi que l’ancien Messin a pu faire payer à Guardiola ses gribouillages tactiques, qui ont surtout décontenancé ses joueurs. Le train lyonnais était alors lancé, et s’il s'est par moment transformé en bus pour faire barrage au génie d’un Kevin De Bruyne esseulé, il a surtout permis à un container de revanchards d’aller prouver leur valeur.


Ainsi, c’est un Anthony Lopes - de retour sur la terre de ses ancêtres - qui a pu démontrer à ses compatriotes qu’il avait un niveau international après sa boulette contre le Benfica en octobre 2019. Ainsi, c’est Marcelo - qui était en conflit ouvert avec les supporters lyonnais, à cette même époque - qui a prouvé que le tractopelle était capable de diriger les manœuvres comme un chef de chantier. Ainsi, c’est Marçal - un type dont le parcours a été tout sauf linéaire - qui se permettait de chambrer des golden boys comme Sterling. Ainsi, c’est le maudit Moussa Dembélé - frustré d’être remplaçant, depuis le retour de la Ligue des champions - qui a pu marquer ses deux premiers buts en C1 au meilleur des moments. Enfin, c’est Rudi Garcia qui a su insuffler un élan conquérant à ses troupes et leur donner confiance en trouvant le bon équilibre pour faire déjouer des adversaires aussi rodés que la Juve et donc City. Applaudissements, s'il vous plaît.

La France leur dira merci


Parce que ce succès servira forcément d’exemple pour la suite. Pour l’Olympique lyonnais, déjà, qui pourra se rassurer avec une fibre européenne et une capacité à se sublimer dans ce genre de rendez-vous qui n’a pas disparu. L’an prochain, même sans Coupe d’Europe et même si l’effectif est amené à être modifié, le club de Jean-Michel Aulas aura des raisons de bâtir sur ces fondations et de continuer à compter sur sa jeunesse, symbolisée ici par Houssem Aouar et Maxence Caqueret. Mais ce match pourra aussi servir d’électrochoc à cette France du foot, championne du monde, complexée et désespérée de ne pas pouvoir rivaliser avec ses puissants voisins.



Certes, le contexte post-coronavirus est particulier. Certes, on pourra toujours dire que l’arrêt de la Ligue 1 a été salutaire pour nos représentants, alors qu’on en faisait justement un désavantage. Un shot de confiance nécessaire alors qu’il y a quelques heures encore, certains se demandaient si l’arbitre néerlandais n’allait pas avantager les Anglais pour offrir une qualification directe à l’Ajax pour la prochaine C1... Preuve d’un peuple qui se sait condamné d’avance par les éléments. Finalement, M. Makkelie a été bon (peut-être trop, puisque le premier but de Dembélé peut être entaché d’une faute au départ de l’action ou d’un hors-jeu). Ce samedi soir, le pays ira donc se coucher en sachant que deux demi-finales de Ligue des champions l’attendent mardi et mercredi. Avec, pour la première fois de l’histoire, deux de ses représentants (Paris et Lyon) opposés à deux clubs allemands (respectivement Leipzig et Bayern). Quand bien même les Bavarois ont fait forte impression contre le Barça, il n’y a actuellement pas mieux que l’Olympique lyonnais pour renverser cette logique. Et que personne ne ressasse le cauchemar de Séville, d’ici là !



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Rudi Garcia plus fort que Pep Guardiola, l'OL supérieur à City




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 16:58 Privé de Coupe d'Allemagne, un dirigeant dénonce la décision « d'un tribunal Mickey Mouse » 8
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:23 Espagne : Le ministère de la Consommation ne veut plus des sites de paris comme sponsors 24
Hier à 10:20 Le VVV-Venlo se relève de sa claque en gagnant en coupe 5 Hier à 10:10 Reading marque après neuf secondes de jeu contre Blackburn 7 Hier à 09:01 Bruno Genesio : « Je me suis imprégné de la culture chinoise » 42
À lire ensuite
Dembélé, killer né