Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr.C
  3. // Pérou-Danemak (0-1)

Que retenir de Pérou-Danemark ?

Dans l'autre match du groupe C qui concerne les Bleus, le Danemark a réussi à dominer le Pérou dans un match très équilibré (1-0). Avec des choses très intéressantes de part et d'autre, et évidemment quelques failles.

Modififié

Oui, le Pérou est dangereux


Si le Pérou n'a pas réussi à trouver la faille ce samedi, il peut s'en prendre en grande partie à lui-même. Mais aussi un peu au talent de Kasper Schmeichel. Des occasions, les joueurs de Ricardo Gareca en ont eu, avec en point d'orgue ce penalty loupé juste avant la pause par Christian Cueva. Un raté qui coûte cher. C'est d'ailleurs le seul reproche que l'on peut évidemment faire à cette équipe péruvienne : avoir fait preuve d'une trop grande maladresse. Farfán en est le meilleur exemple, lui qui aurait dû convertir au moins une de ses situations en seconde période. À noter que l'animation offensive péruvienne a pris une autre dimension lorsque son Paolo Guerrero est entré à l'heure de jeu, acculant les Danois sur le but durant la dernière demi-heure.


Carrillo, attention danger


L'ailier de Watford a offert un récital offensif ce samedi après-midi, et les Bleus vont devoir s'en méfier comme du lait sur le feu. Rapide, technique et doté d'une capacité à répéter les efforts, il a fait souffrir le pauvre Styger Larsen à de multiples reprises. Son débordement supersonique suivi d'un centre en retrait en or pour Farfán aurait dû provoquer l'égalisation péruvienne. À suivre.



Le Danemark, c'est du solide


Ils ont souffert, ont été à deux doigts de craquer... Mais ils ont finalement tenu. Face aux vagues péruviennes, la charnière Kjær-Christensen a su répondre présent la plupart du temps, avant que le second cité laisse sa place pour les dix dernières minutes. Même après la blessure de Kvist au bout d'à peine une demi-heure de jeu, les hommes d'Åge Hareide ne se sont pas démobilisés et ont su tenir le coup. De quoi en faire la seule équipe du groupe à ne pas avoir encaissé de but à la fin de cette première journée.




Eriksen n'est pas encore là...


On en attendait beaucoup, voire même peut-être un peu trop. Rayonnant avec les Spurs, Christian Eriksen n'a pas été à la hauteur du standing qui est le sien. Imprécis sur coups de pied arrêtés, pas en réussite dans ses tentatives et notamment à cinq minutes de la fin où il aurait dû mettre à l'abri son équipe à la suite d'un décalage de Jorgensen. Mais bon, vu le talent du gars, on se doute que la donne sera tout autre face à l'Australie. Et il s'en sort quand même avec une passe décisive...



... Contrairement à Kasper Schmeichel


Six arrêts cet après-midi. Invaincu depuis 495 minutes et donc toujours invincible en sélection depuis le début de l'année civile. Si Kasper n'est pas la réincarnation de Peter, alors il va falloir nous le démontrer point par point. Si un ou deux ballons aériens l'ont un peu mis en difficulté, Kasper a été particulièrement déterminant face à Farfán et ses sbires. Tellement intouchable que Cuevas a préféré botter son penalty bien loin du cadre, sûrement par peur de représailles. Pour battre le dernier rempart danois, il va donc falloir se lever très, très tôt.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo

Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom