Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 28 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Étoile rouge de Belgrade

Viser le mois de mars, ça ne leur fait pas peur

Si le Paris Saint-Germain écrase la Ligue 1 de son talent, Thomas Tuchel a confirmé en conférence de presse que son club est loin d'être arrivé à son paroxysme et ne pense qu'au mois de mars et les matchs à élimination directe de C1. De quoi expliquer la défaite à Liverpool et les changements de composition à chaque rencontre ?

Modififié

Le Paris Saint-Germain vous parle d’un temps que les moins de quatre-vingts ans ne peuvent pas connaître. Une époque où le PSG n’était pas encore né et où le moustachu à l'affreuse raie sur le côté n’avait pas encore sonné le début de la Seconde Guerre mondiale. Nous sommes en 1936, et l’Olympique lillois entame sa quatrième saison en Division 1 par huit victoires en autant de matchs. Et si cela n’a pas suffi au club nordiste pour remporter le championnat de France (le club finissant 5e), cela lui aura toutefois permis de détenir seul un record dans l’Hexagone. Un record que le Paris Saint-Germain est venu égaler après sa victoire à Nice le week-end dernier (0-3). Et pourtant, la bande à Thomas Tuchel ne carbure pas encore à plein régime, comme est venue le rappeler la défaite à Liverpool lors de la première journée de Ligue des champions (3-2).

Tuchel : « Ce n'était pas le bon moment pour affronter Liverpool »


À Anfield, le Paris Saint-Germain a certes été tout proche de repartir avec un match nul, mais cela n’empêche que les coéquipiers de Thiago Silva se sont fait relativement tordre dans le jeu par les Reds. Et si Thomas Tuchel avait d’abord déclaré que « la défaite n’est pas logique » , le technicien allemand est revenu à la mesure en conférence de presse ce mardi : « Tu sais que la réaction officielle ne doit pas être la réaction officieuse dans les vestiaires. C’était une défaite très dure pour nous et nous n’avons pas joué à notre top niveau. C’était nécessaire de rester calme et de faire des critiques dans les vestiaires. » Si l’ancien coach de Dortmund a bien poussé une gueulante dans le vestiaire après la rencontre, il avoue par la suite que son club n’était tout simplement pas encore prêt physiquement pour affronter le dernier finaliste de la C1 : « Il faut être réaliste, c’est une équipe très forte qu’on a eu à affronter. Il faut se dire que ce n’était pas le bon moment pour les affronter, il y a eu peut-être trop d’attentes pour ce match. Il faut s’améliorer sur des points importants et digérer cette défaite. Tout le monde l’a bien compris. »


Coupe du monde oblige, les joueurs sont revenus plus tard à l’entraînement, et Thomas Tuchel et son staff ne visaient donc pas ce premier match face à Liverpool, mais bien le retour au Parc des Princes lors de la cinquième journée et les matchs à élimination directe qui en découlent en cas de qualification. Autrement dit, ne pas refaire comme la saison dernière et la large victoire face au Bayern Munich au Parc des Princes lors de la deuxième journée (3-0), avant d’être surclassé en Allemagne au retour (3-1) et lors du huitième de finale contre le Real Madrid. Car le Paris Saint-Germain n’a qu’un mot à la bouche depuis l’arrivée des Qataris : la Ligue des champions. Présent lui aussi en conférence de presse d’avant-match, Neymar a d’ailleurs avoué que le PSG ne pensait qu’aux huitièmes de finale de C1 : « Je ne suis pas à 100% de ma forme et personne n’est à 100%. On est au début de la saison, le haut niveau arrive début mars. » Sympa pour les défenses de Ligue 1 à qui il a déjà claqué sept buts.

Dix matchs, dix compositions différentes


Le Paris Saint-Germain a beau rouler sur la Ligue 1, il n'en reste pas moins en rodage. Pour preuve, en dix rencontres officielles cette saison, l'Allemand n’a jamais utilisé les mêmes onze joueurs. Dix compositions différentes et presque autant de tactiques dissemblables qui viennent prouver que l'ancien technicien de Dortmund tâtonne encore concernant son équipe type et son schéma tactique préférentiel. À moins que Thomas Tuchel soit tout simplement du genre à s’adapter à l’adversaire. C’était notamment le cas à Nice où le PSG s’est présenté avec trois défenseurs, Moussa Diaby en piston gauche et Christopher Nkunku à droite. « C’était nécessaire de jouer à trois à Nice, car c’était notre troisième match en une semaine. C’est compliqué de jouer avec quatre défenseurs contre le dispositif niçois. C’était vraiment top, car nous n’avons eu qu’un seul entraînement et nous l’avons préparé pendant quinze minutes. C’était vraiment un match de haut niveau, mais ce n’était pas pour tester quelque chose pour le match de demain. Maintenant, on a un autre plan pour Belgrade  » , confesse Tuchel. Une chose est certaine, avec le retour de Marco Verratti dans le groupe et l’absence très probable de Julian Draxler, le PSG va se présenter face à l'Étoile rouge de Belgrade avec une onzième compo différente en autant de matchs.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 7 heures NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! il y a 9 heures OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
il y a 3 heures Drogba repousse sa retraite et marque pour Phoenix 3 il y a 8 heures Gignac va prolonger aux Tigres 7 il y a 9 heures Les rescapés de Thaïlande à l'entraînement avec le LA Galaxy 2
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Le Duc dépouille