Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // C1 féminine
  2. // Quarts
  3. // Paris SG-Lyon

Pourquoi OL-PSG est une affiche de footix

Ce mercredi, à 18 heures, les mordus de foot féminin vont se réjouir devant leur canapé en observant les deux meilleures équipes françaises se tirer la bourre pour une place dans le dernier carré de la Ligue des champions. Les deux seules équipes qu’ils regardent. Car, soyons honnêtes, la plupart des « fans » de foot féminin se proclament fans alors qu’ils n’y pipent pas grand-chose.

Ce mercredi soir au Parc des Princes, Lyonnaises et Parisiennes vont croiser le fer pour la 55e fois de leur histoire. Si les choses se passent comme elles doivent se passer, l'OL va gagner à l'expérience et affirmer un peu plus sa domination sur le PSG, le bilan rhodanien dans ces confrontations directes étant jusqu'ici de 35 victoires, 14 nuls et 5 défaites. Quatre jours après un OL-PSG version masculine qui a vu un bon paquet de footix se régaler devant leur téloche pour voir Mbappé courir très vite, le bal des imposteurs va de nouveau avoir lieu. Dans des proportions moindres, certes, mais il aura bien lieu. Peu importe le scénario, cette rencontre va attirer l’œil de passionnés de football féminin. Enfin, « passionné » est un bien grand mot lorsqu'on se contente de regarder uniquement deux matchs par an (soyons fous, cinq rencontres si les deux formations s’affrontent en C1 et en Coupe de France). Pour faire simple, la situation ressemble un peu à celle que l'on observe lorsqu'une personne déboule de nulle part et déclare un amour inconditionnel pour le tennis, alors qu’elle ne déguste qu’un Nadal-Djokovic en finale de Grand Chelem. Ou encore quand un dingue de basket débarque - toujours à la même période de l'année - à la veille du All-Star Game. Messieurs dames, personne n'est dupe, vous n'êtes rien d'autre qu'une grande farce.

Il n'y a pas que Paris et Lyon dans la vie !


On ne va pas se mentir, de nombreux « fans » de foot féminin se collent cette étiquette sur le front, alors qu’ils ne connaissent même pas les douze équipes présentes en D1 Arkéma. Ils dégustent un OL-PSG parce que c’est que qu’il se fait de mieux dans l’Hexagone et en Europe, mais à côté de ça, ils pensent que Soyaux est un adjectif qui veut dire doux et brillant. La vérité, c'est qu'un Issy-Le Havre, affiche pour le maintien en D1, peut avoir autant de charme qu'un PSG-OL. Pourquoi ? Pour les fans, les vrais, les purs, les durs, c'est l'occasion de découvrir Constance Picaud, la jeune gardienne havraise, pompier volontaire il y a encore deux ans et récemment convoquée en équipe de France par Corinne Diacre alors qu'elle a découvert le monde professionnel il y a quelques mois. Malgré les 35 pions encaissés par son équipe depuis le début de saison, l'ancienne gardienne de La Roche-sur-Yon réalise une vraie belle saison qui mérite le coup d'œil. Ce n'est pas pour rien qu'elle se trouve régulièrement dans le top 3 des arrêts du week-end.

Tout amateur de foot féminin qui se respecte voit bien que l'affiche PSG-OL a perdu de sa superbe. Une certaine lassitude s'est installée, le scénario étant toujours le même, et cela devient légèrement fatigant. Un Montpellier-Bordeaux ou un Soyaux-Dijon peut être tout aussi intéressant, surtout quand on connaît les enjeux pour la troisième place et pour le maintien. Un Montpellier-Bordeaux est ainsi l'occasion d'assister à un duel épique entre Khadija Shaw, l'attaquante bordelaise, auteure de 29 pions en 31 matchs depuis son arrivée en France l'an dernier, et Élisa De Almeida, considérée comme l'une des meilleures défenseuses du championnat à seulement 23 ans et qui laisse deviner que lorsque son idole Wendie Renard aura raccroché, l'arrière-garde des Bleues sera représentée dignement. En regardant les autres affiches de D1 Arkéma, on peut découvrir d’autres talents du football français et sortir des classiques Le Sommer, Henry, Diani et Katoto. En dégustant une rencontre de Dijon, on peut ainsi se délecter du pied gauche soyeux de Léa Khelifi, « l'avenir du foot français au poste de milieu offensif » , dixit Bruno Cheyrou, l'ancien directeur sportif des féminines du PSG. Et ça, Corinne Diacre l’a (enfin) compris.

D’autres talents français ne demandent qu’à éclore


Si on regarde d'un peu plus près la dernière liste de l’équipe de France, on se rend compte que 14 des 23 joueuses ne jouent ni à Lyon ni à Paris, mais représentent Dijon, le Paris FC, Montpellier ou encore Bordeaux. Encore la preuve que le football féminin français ne se résume pas aux deux mastodontes de l’Hexagone. Trois ans en arrière, on était loin de cette ouverture. La preuve qu'il est nécessaire d'arrêter de ne regarder le foot féminin français qu'à travers le prisme parisiano-lyonnais. Ah, il faut aussi s'occuper de cette idée reçue insupportable qui voudrait que « les joueuses font moins de chichi que les hommes » . Pourtant, comme pour leurs homologues masculins, il existe des tricheuses, des gardiennes pas très sûres, des milieux avec une technique incroyable ou encore des poissardes. En bon amoureux du foot féminin, il est désormais temps de prendre sa télécommande et de brancher le multiplex du samedi après-midi, où la lutte pour le maintien et pour la troisième place, synonyme de qualification pour la Ligue des champions, sont bien plus passionnantes qu’un vu et revu PSG-OL.

Par Analie Simon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 15:00 Viens défier Édouard Cissé sur un quiz spécial "Classico PSG-OM" ! 1
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 12:00 Expulsé pour un maillot enlevé 10 Hier à 10:59 Totti, le Mur Jaune... Offrez-vous un tirage photo So Foot exclusif ! 1