Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Metz (1-0)

Paris bat Metz au bout de l'ennui

Dans un match déprimant de bout en bout, le PSG décroche, à 9 contre 11, sa première victoire de la saison en Ligue 1 grâce à un but de Julian Draxler dans le temps additionnel. Un finish miraculeux tant la prestation des hommes de Thomas Tuchel fut médiocre.

Modififié

PSG 1-0 Metz

But : Julian Draxler (90e+3) pour Paris

Au sortir du Classique perdu face à l’OM, Thomas Tuchel surprenait son monde en parlant de « grand match » réalisé par son équipe malgré le résultat. Trois jours plus tard, face à Metz ce mercredi soir, toujours au Parc des Princes, le coach parisien ne doit son salut qu’à une réalisation inespérée de Julian Draxler dans le temps additionnel. Car face aux Grenats, son PSG est apparu fatigué, sans idées, et surtout toujours aussi peu réaliste devant le but. Inquiétant pour la suite des événements.

Calme plat sur la capitale


Dans une ambiance digne d’un match de district, Paris n’est pas loin de se faire couper la chique d’entrée de jeu. Sur un centre de Farid Boulaya, Habib Diallo est un poil court pour remettre en marche la clim' du Parc des Princes. Privée de Marco Verratti, Neymar ou encore Kylian Mbappé, l’équipe de Tuchel est groggy. Incapable, surtout, d’imprimer un rythme soutenu pour faire exploser le bloc messin qui joue les contres à fond. Paradoxalement, le PSG se procure quelques occasions assez franches : deux centres d’Ángel Di María trouvent un Mauro Icardi pas réaliste (13e, 33 e), tandis que Julian Draxler manque de mordant pour remporter son duel face à Alexandre Oukidja (39 e). À la pause, le duel entre le 17e et le 18e de Ligue 1 est digne de son rang.

Draxler, le sauveur


Probablement terrifiées à l’idée d’enfin débloquer leur compteur, les attaques parisiennes et messines sont respectivement toujours aussi imprécises et rares en seconde période. Posé sur sa glacière, Thomas Tuchel assiste impuissant aux centres trop longs de Mitchel Bakker et surtout à l’incapacité de son équipe à inquiéter le but visiteur. L’entraîneur allemand va même voir sa formation perdre Abdou Diallo pour un deuxième carton jaune à l’heure de jeu. Histoire de rendre la tâche parisienne encore plus ardue.


Il ne reste que quinze minutes, moment choisi par l’entrant Juan Bernat pour accélérer côté gauche. Son centre parfait au point de penalty trouve Icardi, mais la reprise de l’Argentin est sortie par Oukidja (75e). Dans la foulée, Di María se retrouve une nouvelle fois en bonne position, mais n’est pas plus en réussite que son compatriote. Les Rouge et Bleu terminent même la partie à 9, à la suite d'une blessure de Bernat en fin de rencontre. Même à deux de plus sur le terrain, Metz ne se montre pas plus vaillant et va se faire punir à la surprise générale : sur un centre d’Ángel Di María mal dégagé, Draxler place une tête dans le but vide (90e+3) et offre à Paris un petit bol d’air en ce début de saison pénible au possible.




PSG (4-3-3) : Navas – Dagba, Marquinhos, Diallo, Bakker (Bernat, 61e) – Herrera, Gueye (Fadiga, 84e), Draxler – Sarabia (Kimpembe, 68e), Icardi, Di María. Entraîneur : Thomas Tuchel.

Metz (5-2-1-2) : Oukidja – Centonze, Bronn, Boye, Ma.Fofana, Delaine – Pajot, Maïga – Boulaya (Maziz, 81e) – Diallo (Nguette, 72e), Niane (Ambrose, 81e). Entraîneur : Vincent Hognon.


Par Andrea Chazy, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 18:20 28 mois de prison requis contre Nasser al-Khelaïfi 32
Hier à 16:08 La Premier League demande de l'aide au gouvernement britannique 15
Partenaires
Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 13:50 Un stade Charles-de-Gaulle pour la première fois en France 83
À lire ensuite
Les notes de PSG-Metz