Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde de la ConIFA
  2. // Finale
  3. // Chypre du Nord-Transcarpatie

On était à la finale de la Coupe du monde de la ConIFA

Un petit stade loin de tout, des chants en hongrois, beaucoup de fumée, de la musique traditionnelle, de la pluie, des penaltys et Mark Clattenburg. La finale de la troisième édition de l’autre Coupe du monde a placé la barre très haut. La FIFA est prévenue.

Modififié
Le match pour la troisième place vient à peine de se terminer que la foule à l’extérieur du stade Reine-Elizabeth II se fait déjà entendre. Nous sommes à Enfield, au fin fond du nord de Londres, et la petite enceinte connaît une effervescence à laquelle elle n’est pas habituée, puisque d’ordinaire, ce sont les joueurs de l’Enfield Town FC, pensionnaire de D8, qui en foulent la pelouse naturelle et fatiguée. Mais ce samedi, le stade de Sa Majesté (dont seul le nom est présent) devient le théâtre de la finale de la Coupe du monde. L’autre, celle des peuples sans États, des diasporas et des ethnies minoritaires, organisée par la Confédération des associations de football indépendantes (ConIFA). Pour succéder à l’Abkhazie (une province séparatiste de Géorgie), c’est la Transcarpatie – la minorité hongroise d’Ukraine – et la République turque de Chypre Nord – qui comme son nom l’indique, n’est reconnue que par Ankara – qui s’apprêtent à en découdre.


Prudence sur le terrain, flambée dans les gradins


Avec 3000 spectateurs présents, le record d’affuence est battu. Et les effectifs en tribune sont équilibrés. L’importante communauté chypriote turque de Londres s’est mobilisée en masse, à grand renfort de drapeaux, d’instruments et de danseurs traditionnels. En face, les Hongrois ne font pas dans la dentelle : fumigènes, feux de Bengale, mégaphone, chants... La panoplie classique d’un vrai kop, là pour encourager les Magyars de l’étranger.



Ici, point d’injonction à cesser d’enflammer le stade, au contraire ! Tout ce qui peut contribuer à mettre en lumière cette compétition dont la troisième édition est sur le point de se terminer, est bienvenu. Pendant les dix jours de tournoi, les trois cent cinquante médias accrédités (un record) se sont régalés devant les innombrables histoires à raconter, loin du football champagne et paillettes. Ici, c’est l’humain qui prime. L’écrasante majorité des participants est amateur ou semi-pro et il n’y a guère que Mark Clattenburg – au sifflet pour le match d’ouverture et la finale, à l’invitation du sponsor de l’événement – que le spectateur lambda parvient à reconnaître. Mais l’homme en noir a peu à faire. La première mi-temps fait office de round d’observation entre vingt-deux joueurs qui passent plus de temps à comparer leurs muscles à grands coups de tacles glissés plutôt qu’à chercher à se créer des occasions.


Il répondait au nom de Béla


Puisque le spectacle n’est pas au rendez-vous sur le terrain, une petite promenade autour de la main courante s’impose. Contrairement à celle de la FIFA, la Coupe du monde de la ConIFA organise des matchs de classement afin de permettre à chaque équipe de rentabiliser leur présence en jouant six matchs minimum. En attendant la cérémonie de clôture, Tibétains, Abkhazes, Tuvaluans, Matabélés et Panjabis observent religieusement leurs collègues s’écharper sous la pluie qui commence à tomber, avec des pintes et des frites pour mieux passer le temps. D’autres, comme les Padaniens qui viennent de remporter la médaille de bronze face au Pays sicule (une autre minorité hongroise, mais de Roumanie cette fois-ci), taillent une bavette entre eux et savourent leur lot de consolation.




Au terme des 90 minutes, aucun but n’est venu départager les deux camps. Mais point de prolongation – spécificité de la ConIFA oblige –, on passe directement à la séance des tirs au but. Côté chypriote, pour le plus grand bonheur des Rouge et Blanc, qui font office de régionaux de l’étape. « L’organisation a eu du flair, glisse un photographe visiblement bien informé. Une grande partie de la communauté habite dans le coin. » Mais à la fin, ce sont les Hongrois qui jubilent. Le gardien Béla Fejér stoppe trois penaltys et offre son premier titre de champion du monde à la Transcarpatie. Pas mal pour une équipe venue remplacer au pied levé la minorité hongroise de Slovaquie et dont sept joueurs avaient quitté le tournoi la veille pour assister à un mariage. Porté en héros, le gardien du club roumain de Sepsi vient communier avec l’infatigable kop. Avant de rejoindre le toit-terrasse de la tribune principale, où l’on procède à la distribution des médailles pour tous les participants. En attendant de savoir où se jouera la prochaine édition prévue en 2020, ce lever de rideau informel du Mondial russe a tenu toutes ses promesses. À commencer par prouver qu’un autre football est toujours possible. Même à l’échelle internationale.



Par Julien Duez, à Londres Photos : JD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 31
Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 56

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 14:33 Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 14
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 09:52 Mediapro ne revendra pas ses droits 40 Hier à 09:23 Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 167 Hier à 08:48 Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 25