Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Manchester City-Wolverhampton

Neves-Moutinho, le délicieux porto des Wolves

Si le Manchester City de Guardiola est ce qui se fait de plus soyeux en Angleterre, le milieu de terrain de son adversaire du jour envoie tout autant d'amour. Réunis cette saison sous le maillot de Wolverhampton, la paire Rúben Neves-João Moutinho éclabousse la Premier League de sa discrète élégance toute portugaise. Et sait se montrer décisif contre les gros.

Modififié

Pour un enfant de Porto, il n'y a pas de plus belle joie qu'une victoire du FC Porto face au rival historique du Benfica Lisbonne. Surtout si elle se fait sur un score de 5-0, et que l'enfant est au stade en tant que ramasseur de balle. Voilà exactement ce qu'a vécu le jeune Rúben Neves le 7 novembre 2010 à l'âge de treize ans. Alors résidant du centre de formation, la future pépite du football portugais a pu savourer ce soir-là une démonstration des Dragões, avec notamment un doublé de Falcao et le récital d'un chef d'orchestre du nom de João Moutinho. Après le match, Rúben Neves aurait voulu lui demander un autographe, mais il était trop timide. Un regret désormais effacé : presque dix ans plus tard, les voilà sur le terrain ensemble toutes les semaines à composer peut-être la plus belle paire de milieux de terrain du championnat anglais. Car ce n'est pas sous le maillot du FC Porto que les deux s'éclatent cette année, mais celui d'une ville industrielle méconnue, récemment plus habituée à la rugueuse deuxième division britannique qu'aux artistes du ballon rond : Wolverhampton.

Le jeune et le vieux loup


Peut-être par mimétisme du jeune fan qui scrute ses idoles, Rúben Neves et João Moutinho ont un profil assez similaire. Placés au cœur du jeu, ils se démarquent par leur vision et leur qualité de passe. Ni très rapides ou puissants, leur alignement au sein d'un championnat décrit comme intense et physique a pu poser question lors de la signature de Moutinho l'été dernier, après une dernière année monégasque un poil poussive. Désormais âgé de 32 ans, l'homme aux 113 sélections nationales était-il capable de s'adapter au rythme du foot anglais ? Quant à Rúben Neves, malgré un potentiel évident, serait-il capable de passer un cap mentalement après avoir échoué à s'imposer du côté de Porto ? Échec même qui motiva son transfert surprise à Wolverhampton en 2016, à ce moment relégué en Championship.


Finalement, c'est dans l'intensité de la Premier League que le talent des deux Portugais s'exprime le mieux. Car avec moins de temps pour faire le bon choix, ce sont ceux qui réfléchissent plus rapidement qui tirent leur épingle du jeu. « La plus grande différence que j'ai remarquée en Premier League, c'est que ça ne s'arrête jamais » , déclarait ainsi Moutinho à I-News. « Quand le ballon sort, ça veut rejouer rapidement. C'est bon pour moi, parce que je joue de cette manière aussi, voilà pourquoi je me suis déjà adapté. Il faut jouer en vitesse, en une ou deux touches de balles, et réfléchir en amont pour jouer rapidement. »


Coupeurs de têtes


Depuis le début de saison, les partitions de Neves et Moutinho ont fait d'un club promu l'une des équipes les plus cohérentes et excitantes d'Angleterre. Au centre du 3-4-3 du coach Nuno Espírito Santo, les deux multiplient les transversales et renversements de jeu en direction de leur trio d'attaque et de deux latéraux placés très, très haut (Doherty à droite, Vinagre à gauche) avec une aisance confondante et essentielle pour ce type de formation. Et si un manque de maturité prévisible pour une équipe promue a provoqué plusieurs défaites évitables contre des équipes avec moins de qualité, le tableau de chasse de Wolverhampton contre les gros du championnat en dit long : trois nuls chez les deux Manchester et Arsenal, une victoire à domicile contre Chelsea et un braquage en règle ce décembre chez des Spurs qui sortaient alors de deux démonstrations de force (6-2 à Everton et 5-0 contre Bournemouth).


Ce soir-là, João Moutinho avait commencé la partie sur la banc, rotation du Boxing Day oblige. Lors de son entrée à la 68e minute, les Wolves étaient menés 1-0. Vingt-cinq minutes plus tard, le score affichait 1-3, notamment grâce à un corner parfaitement tiré par le Portugais sur la tête de Coady et une superbe prestation générale de l'entrant qui prit d'une main de maître les rênes du jeu et de la possession. Un retournement de situation d'autant plus beau que Moutinho aurait dû jouer à Tottenham dès l'été 2012. Le contrat était signé avec le joueur et son club de Porto, mais il fut envoyé quelques minutes trop tard à la Fédération anglaise... Cette seconde mi-temps contre les Spurs a ainsi dû laisser quelques regrets du côté de Londres. Dix jours plus tard, ce fut le tour de Rúben Neves de briller face à Liverpool en League Cup. Une équipe des Reds remaniée certes, mais accrocheuse grâce à un but d'Origi, moment où Neves prit ses responsabilités d'une patate lointaine envoyée dans le petit filet de Mignolet : 2-1 pour Wolverhampton, et voilà le leader du championnat éliminé.


Un passage de témoin


Une histoire qui se répète depuis l'arrivée du Portugais en Angleterre, auteur de plusieurs frappes de loin décisives l'année dernière, dont une volée d'anthologie face à Derby County. À première vue étonnante, l'aventure en deuxième division britannique de Rúben Neves a finalement été bénéfique pour le jeunot qui a pu épaissir son jeu au contact des terrains boueux du Championship, comme ce vin portugais qui gagna en caractère quand les Anglais décidèrent au XVIIIe siècle d'y ajouter de l'eau-de-vie pour en faire du porto. Une progression qu'il prolonge désormais au contact de son glorieux compatriote : « C'est super de jouer avec João, c'est un joueur très expérimenté, très intelligent, c'est simple de jouer à ses côtés » , a-t-il déclaré en conférence de presse à la suite du nul à Old Trafford cherché grâce à une égalisation de Moutinho. « Je veux apprendre avec lui, c'est un grand joueur qui a joué la Ligue des champions et remporté l'Euro. J'ai déjà beaucoup appris. »


Quant à Moutinho, la casquette du professeur vétéran lui va désormais à merveille. Lors de sa première interview sous le maillot des Wolves, il n'a d'ailleurs pas arrêté de répéter les mots « je veux aider » , jusqu'à en rire lui-même. Derrière la formule, les mots paraissaient sincères, d'autant plus que le projet Wolverhampton n'est pas sans rappeler celui de Monaco quand ils sont passés de la Ligue 2 à la demi-finale de Ligue des champions en moins de quatre ans. Aujourd'hui, Monaco traîne dans la zone rouge, prouvant une nouvelle fois que João Moutinho, parti pour seulement 6 millions d'euros, est sûrement l'un des joueurs les plus sous-cotés de sa génération. Rúben Neves, lui, vaudrait plus de 100 millions selon les Wolves. Déjà intéressé par le joueur depuis de long mois, Guardiola pourrait se décider à faire péter la banque en cas d'une nouvelle grande performance ce soir face à son Manchester City. Ce sera alors définitivement au tour de Neves de signer des autographes pour quelques ramasseurs de balle trop timides.



Par Kerill McCloskey
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 18:00 Mercato : où en est le Club laïque colombellois (D2, Calvados) ? Hier à 17:21 Samson Siasia reconnu coupable de corruption 5
Hier à 16:22 Alexy Bosetti change de club, mais reste en D2 américaine 12