Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 22 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Messi, l'erreur de casting ?

La question peut paraître incongrue au vu de l'aura et du talent incomparable du joueur, et pourtant. Depuis son arrivée à Paris, Lionel Messi n'apporte que frustration et nœuds au cerveau, entre deux éclairs de génie bien trop disparates. Un bien faible impact sur le jeu de sa nouvelle équipe qui a sauté aux yeux de tous mercredi soir à l'Etihad Stadium : à chaque fois que l'Argentin s'est refusé à la moindre course sans ballon, tout en ne réussissant pas grand-chose les rares fois où il l'avait dans les pieds.

Modififié
« Depuis le moment où je me suis exprimé sur mon départ à Barcelone, les gens sont venus dans les rues, sans même savoir si j'allais venir ici, sans que rien ne soir confirmé. » Dès sa signature à Paris cet été, Lionel Messi était parfaitement conscient de l’effervescence immense engendrée par son arrivée. Pendant trois jours, ce sont plusieurs centaines de supporters qui se sont massés au Bourget dans l'espoir de voir atterrir l'Argentin dans la foulée de l'annonce de la fin de son aventure en Catalogne. Une attente à la hauteur de l'aura de la Pulga. Mais surtout bien loin des doutes que cette arrivée soulevait déjà sur l’identité du futur Paris Saint-Germain.

Star system


La question qui brûlait toutes les lèvres était alors : comment faire jouer ensemble Messi, Neymar et Mbappé, voire Di María ? Qu'importe après tout, au vu des noms couchés sur le papier, le résultat serait forcément exceptionnel. Plus de trois mois plus tard pourtant, Mauricio Pochettino cherche toujours une réponse à une interrogation devenue existentielle pour le club de la capitale. Des difficultés particulièrement criantes mercredi soir sur la pelouse de l'Etihad et qui ne sont finalement guère surprenantes : depuis plusieurs saisons déjà, ce PSG-là bégaye sérieusement dès qu'on lui parle d'équilibre collectif, de repli défensif ou de contre-efforts. Pendant ce temps, de l'autre côté des Pyrénées, Léo Messi avait déjà laissé de côté l'idée d'aider ses copains à la perte du ballon avec le Barça. De fait, le trio ne pouvait pas remédier à la situation.

« C'est surtout le travail du coach, assurait d'ailleurs Messi dans une interview pour L'Équipe le mois dernier. C'est lui qui est chargé de trouver le meilleur équilibre, de nous inculquer une idée de jeu et d'organiser notre mouvement collectif. Après, bien sûr, c'est clair pour nous trois qu'on doit être les premiers à défendre lorsqu'on n'a pas le ballon. » On demande encore à voir, tant l'Argentin n'a pas semblé concerné par le moindre pressing face aux Citizens. Alors oui, l'opportunité de faire venir un sextuple Ballon d’or à moindre frais (du moins en matière d'indemnités de transfert) était sans doute trop belle pour la laisser passer, mais les dirigeants parisiens ont préféré continuer d'empiler les stars les unes sur les autres, en espérant que cela crée un jour une équipe cohérente. Une stratégie dont l'équipe commence déjà à payer les pots cassés, malgré une qualification assurée cahin-caha pour les huitièmes de finale de Ligue des champions.

C'est grave, docteur ?


Pire : là où les problèmes d'équilibre étaient attendus – bien que pas nécessairement dans de telles proportions – le remède semblait tout trouvé en la supposée force de frappe stratosphérique d'un tel trio. Raté. Si certains réclament à juste titre encore du temps avant de se faire un avis définitif, le constat est implacable : après trois mois à jouer ensemble, les trois bonshommes sont à des années-lumière de tenir les promesses nées de leur association. « On a de grandes individualités, mais on doit encore apprendre à bien se connaître pour former une équipe, récitait d'ailleurs Messi. Mais je suis persuadé que si l'on parvient à devenir une véritable équipe, ce sera difficile de nous battre. » L'entente entre les individualités Mbappé et Neymar avait déjà porté ses fruits par le passé, mais l'arrivée de l'Argentin a, au lieu de la sublimer, plutôt poussé à brouiller les cartes. Le match contre Manchester City donne une idée des progrès colossaux à réaliser d'ici le mois de février, prochain grand rendez-vous sur le calendrier parisien.




D'ici là, Mauricio Pochettino ou son successeur, s'il venait à abandonner le navire en pleine tempête, devra trouver la recette miracle à des maux qui n'ont que trop duré. Ou au moins, faute de mieux, un antidote permettant d'éviter qu'une qualification en Ligue des champions ne repose sur un triplé de Kylian Mbappé. Fera-t-il alors le choix de poursuivre la fuite en avant dans ce système improbable de sept défenseurs pour trois attaquants en espérant un réveil du récent vainqueur de la Copa América, ou tentera-t-il de trouver davantage d'équilibre, quitte à sacrifier l'un des jouets exposés dans la vitrine ? « C'est quelque chose qui va plutôt se mettre en place naturellement, au fur à mesure des matchs qu'on va jouer ensemble. On va apprendre à se connaître avec le temps » , assurait encore la Pulga à propos d'une entente avec ses deux compères qui se fait encore attendre. Alors certes, l'Argentin restera toujours capable de fulgurances, comme il l'a démontré à l'aller face aux Skyblues. Mais sa venue, censée incarner une forme d'aboutissement pour le projet de QSI, ne semble pour le moment destinée qu'à en démontrer les limites. Dans le pire des cas, il restera toujours les étoiles dans les yeux de ceux qui l'ont vu débarquer sur le tarmac du Bourget, un bel après-midi du mois d'août.

Par Tom Binet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 09:20 EuroMillions vendredi 3 décembre 2021 : 130 millions d'€ à gagner !
Hier à 17:06 La Covid prive les supporters lillois du déplacement à Wolfsburg 11 Hier à 16:10 Un dirigeant de la FIFA propose de relancer la Coupe des confédérations 17 Hier à 13:45 Découvrez les tirages photos So Foot à offrir à Noël !
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons