Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coronavirus

Baždarević : « Je me suis cousu un masque avec le logo de Sochaux »

Depuis sa maison dans le Doubs où il vient de boucler une marche d’une heure, Mehmed Baždarević mène une vie de confiné où les incertitudes sont toujours présentes. Malgré cela, l’entraîneur bosnien tente à sa modeste échelle de rendre son quotidien (et celui des autres) moins difficile à vivre. Entretien avec un ancien meneur de jeu à la vision collective.

Modififié
Bonjour Mécha. Comment as-tu pris la récente nouvelle liée au prolongement du confinement jusqu’au 11 mai ?
J’y vois un message positif dans le sens où cette décision vient d’un avis médical, et il y a des raisons pour comprendre la poursuite de nos efforts en ce moment. Mais je reste surpris que la France, considérée comme l’un des pays les plus riches et avancés, puisse être en pénurie de masques. Je plains le personnel soignant... Même en Bosnie, nous avons des masques pour protéger nos médecins. Maintenant, il faut que l’on surmonte la situation et pour cela, il faut vraiment rester chez soi le plus possible. Aujourd’hui, cette situation pose plusieurs questions : qu’est-ce qu’il va se passer après ? Comment est-ce qu’on va régler cette situation ? Nous sommes incapables de trouver des réponses. Il faut vivre avec l’incertitude et savoir que dehors, il y a une maladie très dangereuse.

Comment as-tu vécu le confinement jusqu'ici ?
C’était difficile d’imaginer une situation comme celle-ci il y a un mois. Avant le confinement, j’avais pu rendre visite à ma famille et faire quelques déplacements programmés.
« Je me mets à la cuisine aussi, alors que je savais seulement me faire cuire des œufs ! Hier, j’ai fait une blanquette de poulet. »
J’avais un contact en Suisse pour du boulot avant que le confinement soit instauré. À partir de là, j’essaie de me trouver des activités nouvelles. Par exemple, je fais du jardinage avec ma femme. Je me mets à la cuisine aussi, alors que je savais seulement me faire cuire des œufs ! Hier, j’ai fait une blanquette de poulet. Bon, le rendu était vraiment moyen. Niveau football, je continue de travailler mes séances. J’aide les jeunes dont je m’occupe dans la région à garder la forme et s’entraîner aux jonglages. Même les parents des enfants se prennent au jeu, ça fait passer un bon moment. Je garde contact par vidéo avec ma fille, ma famille en Bosnie et la famille de ma femme à Belgrade, car c’est important. Mais pour être sincère, j’aimerais être encore plus utile que maintenant.

Dans un récent entretien pour Grenoble Foot Info, tu avais expliqué confectionner des masques. En quoi cela consiste exactement ?
Ce n’est vraiment pas grand-chose, hein. Il ne faut pas en faire des tonnes... J’ai eu l’idée avec deux voisines douées en couture de mettre en marche un moyen d’aider les personnes de notre entourage.
« J’ai eu l’idée avec deux voisines douées en couture de mettre en marche un moyen d’aider les personnes de notre entourage. »
Je n’ai rien fabriqué du tout, mais j’avais envie de rendre service et détendre le quotidien de certains voisins plus âgés que moi. Quand on se voit à distance, je leur demande un peu comment ils vont et ils me font part de leurs inquiétudes, comme l’absence de masque. Et voilà, c’est né comme ça. Je m’en suis fait un avec le logo de Sochaux, un autre en bleu et blanc... Depuis que l’info est sortie, mes amis m’appellent pour rire en me disant : « Oh Mécha, tu ne nous enverrais pas des masques ? » Je leur explique que je suis en rupture de stock ! (Rires.) On manque de matos.


Tu expliquais aussi la règle fondamentale, celle d’écouter les consignes et de rester à la maison. À titre personnel, combien de fois est-ce que tu sors par semaine ?
Chaque jour, je sors pour faire une heure d’exercice. Et si quelqu’un est dans le besoin et n’a pas la possibilité de se déplacer, alors je fais mon attestation et je vais lui rendre un service pour une course. Dans cette période-là, je pense qu’il faut réfléchir de manière solidaire et généreuse dans le respect des normes de sécurité.
« En tant que sportif de haut niveau, je suis peut-être plus habitué à la notion de discipline, donc cela doit jouer. Et puis ma famille a connu la guerre aussi... La population française doit prendre cette période comme un défi à relever. »
C’est le meilleur moyen d’aider les personnes qui sont actuellement en première ligne.

Dans une zone où la densité de population est faible, ce rythme est plus facile à tenir. Dans ce même entretien, tu évoquais notamment le quotidien des gens confinés dans de petits appartements...
(Il coupe.) Oui, exactement. Si je sors cinq fois ici, je ne vais rencontrer personne. Ma maison est grande, mon jardin est grand également. En cela, j’apporte mon soutien à ces personnes qui ont des enfants qui veulent sortir, courir, s’aérer un peu... Le meilleur moyen de se protéger soi-même et les autres, c’est de rester à son domicile. En tant que sportif de haut niveau, je suis peut-être plus habitué à la notion de discipline, donc cela doit jouer. Et puis ma famille a connu la guerre aussi... La population française doit prendre cette période comme un défi à relever.



Ici, le contexte est bien différent de celui vécu en Yougoslavie dans les années 1990, mais il demande d’avoir une force mentale très importante. Quels seraient tes conseils à donner pour garder le moral ?
Il faut contacter les proches, les amis, les voisins.
« Il ne faut pas oublier aussi de se détendre, rigoler un bon coup. Le matin, rester dans son lit car il n’y a rien à faire n’est pas une bonne idée. Il faut se lever avec l’envie de faire des activités. »
Il ne faut pas oublier aussi de se détendre, rigoler un bon coup. Le matin, rester dans son lit car il n’y a rien à faire n’est pas une bonne idée. Il faut se lever avec l’envie de faire des activités : apprendre, prendre des nouvelles, s’exercer une heure dans un espace réduit... Même les personnes âgées peuvent se donner des objectifs physiques pour garder la forme ! Aussi, il faut garder l’esprit du jeu pour se divertir. Cela peut être un jeu vidéo sans aller dans l’excès ou un jeu de société à plusieurs. S’organiser une journée et atteindre ses objectifs, cela fait du bien moralement. Dans une famille, il y aura toujours quelqu’un qui va avoir une baisse de moral. C’est dans ces moments qu’il faut se soutenir, comme une équipe ! Récemment, j’ai fait un masque à un pote croate en hommage à son pays d’origine. Ce sont des petites attentions. En cas de problème, on prévient.

Confiné en Angleterre, Carlo Ancelotti expliquait cette crise comme « une sorte de rébellion de la Terre contre l’Homme. (...) Fini l’esclavage des smartphones, retour aux rapports personnels. » Comment est-ce que tu perçois cette approche ?
Ça me parle beaucoup, car je ne suis pas du tout téléphone. Au jour de l’An, je n’envoie pas de messages, je préfère appeler.
« J’aime toujours envoyer une lettre ou acheter mon journal chez le marchand. C’est mon plaisir. »
Et quand je reçois un message, j’appelle derrière. J’aime interagir directement avec la personne pour lui souhaiter bonne année ou bon anniversaire. Recevoir un texto pour me demander comment je vais, c’est ridicule. Pourquoi tu ne m’appelles pas pour me le demander ? L’ordinateur ne m’attire pas aussi, même si j’en vois l’utilité pour communiquer en vidéo. Quand je vois des entraîneurs travailler par ordinateur, je ne comprends pas. Cela me pénalise sans doute, mais il faut savoir se regarder pour communiquer directement, c’est comme ça que le message passe le mieux. En revanche, j’aime toujours envoyer une lettre ou acheter mon journal chez le marchand. C’est mon plaisir.

Propos recueillis par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE

il y a 2 heures Spécial reprise : 10€ GRATUIT sans sortir la CB + 100€ de Bonus offerts chez VBET !
il y a 1 heure Des sénateurs déposent un amendement pour une reprise de la Ligue 1 24
Hier à 20:00 Felice Mazzù rebondit à Saint-Gilles 30 Hier à 19:45 La FFF justifie l’arrêt de la Ligue 1 auprès de l’UEFA 31
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 12:05 La nouvelle mise au point de Maracineanu sur l'arrêt de la Ligue 1 86