Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Lazio-OM (2-1)

Marseille, derrière par terre

Pas mauvais dans le jeu en première période et loin d'être dominé par la Lazio, Marseille a sombré en Italie en grande partie à cause d'une défense à la rue. Que Rudi Garcia avait pourtant essayé de renforcer.

Modififié
Jusque-là, tout allait bien. Ou en tout cas, rien n'allait mal. De la première à la 45e minute, l'Olympique de Marseille faisait jeu égal avec la Lazio, qui avait certes moins besoin de points, et se disait qu'une victoire en terre italienne ne représentait finalement pas un objectif inatteignable. Sauf que si le club français avait jeté un sérieux coup d'œil derrière, elle se serait rapidement rendu compte que la mission était bel et bien impossible.


Avant l'ouverture du score de Marco Parolo dans le temps additionnel de la première période, sur laquelle Luiz Gustavo (perte de belle idiote) et Duje Ćaleta-Car (duel aérien incompréhensiblement perdu) sont les principaux fautifs, les Phocéens n'avaient pas concédé beaucoup d'occasions. Mais la sensation que les attaquants romains pouvaient profiter d'une erreur restait constante. Bingo : c'est ce qu'il s'est passé.

Cinq, dix ou vingt, telle n'est pas la question


Rudi Garcia avait pourtant décidé de sur-protéger les cages de Yohann Pelé en alignant une ligne de cinq devant le portier. Mais l'équation, bien difficile à résoudre, n'est pas qu'une histoire de chiffres. L'entraîneur s'est donc confronté à ce constat : à quoi sert de passer d'une défense à quatre à une défense à cinq si les éléments qui la composent se montrent incapables d'afficher un niveau convenable ?


D'autant plus que les responsables se trouvent en charnière centrale : si la hargne de Lucas Ocampos (à gauche) et le sérieux d'Hiroki Sakai (à droite) ont permis de cacher certains manques sur les côtés, les trois axiaux ont complètement sombré. Ćaleta-Car a été pire que transparent, Gustavo a une nouvelle fois plaidé sa cause pour retourner au milieu (alors qu'il semblait à l'aise dans une défense à cinq la saison dernière) et Adil Rami confirme qu'il aurait véritablement dû prendre sa carrière internationale.

Une charnière Dória-Germain aurait fait mieux


Dans ce contexte, les brèches créées par le trio G-CC-R n'auraient pas pu être colmatées par les milieux de terrain Morgan Sanson (par ailleurs très bon) et Kevin Strootman. Même si ce dernier avait retrouvé son football d'antan. « Il y aura du changement, avait annoncé Garcia avant la rencontre d'un ton grave. Certains ont besoin de souffler mentalement ou physiquement. » Pourtant, les déboires défensifs ont continué, prenant une ampleur encore plus grande, et ceux qui avaient « besoin de souffler mentalement ou physiquement » se trouvaient visiblement sur le terrain pour ce qui est de l'arrière-garde.


Dès lors, toutes les pseudo-solutions, déjà testées avec efficacité ou jamais envisagées, s'avèrent bonnes à prendre ou à essayer. Placer Boubacar Kamara comme pilier de la défense, compter sur le retour de Rolando, redonner une chance à Aymen Abdennour, faire confiance à Grégory Sertic, titulariser Valère Germain en défense centrale, racheter Dória, construire un mur dans la surface du stade Vélodrome, emprunter le bus de José Mourinho... Rien ne pourra être pire que ce que les supporters olympiens ont observé avec dégoût ce jeudi soir. Enfin, c'est ce qu'ils espèrent...

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 79

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70
À lire ensuite
Les notes de l’OM