Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Les Bleus doivent-ils quitter le Stade de France ?

La large victoire des Bleus ce samedi soir a réconforté tous les amoureux de la sélection nationale. D’autant plus qu’elle s’est déroulée au Parc des Princes, avec un léger parfum de nostalgie pour l’embellir. Toutefois, il se peut que ce retour aux sources ne se réduise pas à une charmante exception automnale, l'avenir semblant se dessiner de plus en plus loin du stade de France.

Modififié
Les Bleus ont donc retrouvé, pour un soir, le Parc des Princes, qui a longtemps été leur maison, notamment celle de la génération dorée des années 1980 et du premier trophée international de 1984. Des retrouvailles célébrées par une large victoire devant des gradins remplis. Ce petit détour nostalgique par la porte de Saint-Cloud ne se limite pourtant pas à une simple péripétie liée à des problèmes de travaux sur le RER qui dessert le stade de France. Il intervient dans un contexte bien particulier. La FFF se pose en effet de plus en plus la question de savoir si elle va continuer de lier à ce point son sort à cette seconde cathédrale de Saint-Denis. Une interrogation avant tout économique confortée par le succès des déplacements en province, par exemple à Strasbourg en septembre. Alors que le contrat entre la Fédération et le consortium touche bientôt à sa fin, l’heure du bilan sonne. Noël Le Graët l’a clairement expliqué sans fausse pudeur dans une interview accordée au Parisien la semaine dernière : « Nous sommes en contrat jusqu'en 2024, mais c'est un contrat que je ne renouvellerai jamais de ma vie. [...] On l'a signé parce qu'il fallait un stade pour la Coupe du monde 1998, mais cela suffit. On a assez payé. Nous ne renouvellerons ce contrat qu'à des conditions économiques acceptables pour la FFF. »


La question du rapport qualité/prix


Rien de sentimental, juste des bilans comptables. Le stade de France a bénéficié au départ, lors de son lancement à l’occasion de la Coupe du monde de 1998, d’un rapport de force très favorable. L’État a beaucoup cédé aux constructeurs, puis à la structure qui le gère (jusqu’à accorder un dédommagement pour l’absence de club résident). La FFF et la FFR aussi ont dû se plier à des contreparties financières plutôt favorables aux gestionnaires de l’enceinte. Le SDF a donc coûté excessivement cher au contribuable et bien vécu grâce aux Bleus ou aux finales de Coupe de France. Au-delà du prestige d'un grand stade, la FFF se pose désormais la question autrement. Le match de samedi soir contre le Kazakhstan va sûrement lui rapporter 400 000 euros, alors que certains pensent qu'elle en aurait été du double de sa poche à Saint-Denis.

Le tour de France ou le stade de France ?


Bref, il existe des solutions de repli bien plus profitables. En outre, cette option correspond finalement aussi à une aspiration du pays profond du football, qui rêve d’accueillir dans ses territoires les héros tricolores. Il s’agit de ces places fortes liées à des institutions historiques de notre championnat, disposant d’un public (et pas seulement les ultras) fidèle et ancien. L’intervention du néo-Marseillais Mattéo Guendouzi regrettant d’évoluer dans le « stade du PSG » n’est pas scandaleuse, mais elle tombe à côté. C’est justement parce que le Parc est l’enceinte du club parisien, que le Vélodrome reste celle de l’OM ou la Meinau du Racing, qu’une rencontre des Bleus y prend tout son sens. La passion du foot déteste la neutralité. L'équipe de France doit choisir entre le tour de l'Hexagone et l'enceinte dyonisienne.



Si la sélection nationale doit répondre, comme tant de politiques ou la Fédé le réclament, à la mission de faire France, participer à ce « plébiscite de tous les instants » qu’est une nation selon la formule d’Ernest Renan, elle doit se déplacer là où s’exprime avec le plus de ferveur l’amour de ses couleurs, pour qu’elle transcende la fibre locale quand l’hymne retentit. Les joueurs, quel que soit leur effectif d’origine, y deviendront de vrais capés et plus seulement des ambassadeurs de luxe. Ajoutez l'évidence que l’architecture omnisport du SDF constitue un réel frein niveau ambiance, et qu’une partie des spectateurs se retrouve de fait « sacrifiée » tout en haut...

L'émotion de la soirée de samedi, marquée par la mémoire douloureuse du 13 novembre 2015, a confirmé la beauté et la puissance d'un stade réputé pour sa chaleur dans ces moments-là. « Cette Marseillaise fabuleuse, a cappella, a souligné Didier Deschamps après la rencontre. C'était un moment d'émotion et de souvenir, avec la minute de silence. Cela n'a pas empêché après d'avoir de la joie. » Si le parc n’a pas été le volcan qu’on a pu connaître par le passé, y compris pour les Bleus, il s’est manifesté un vrai bonheur de se et s’y retrouver. La FFF a donc toutes les clés en main pour repenser sa stratégie en la matière, laissant à l’État le difficile dilemme de l’avenir de cette infrastructure, notamment dans la perspective des Jeux olympiques de 2024. Ce qui ne sera plus vraiment le problème du foot.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 09:20 EuroMillions vendredi 3 décembre 2021 : 130 millions d'€ à gagner !
Hier à 18:20 La justice espagnole interdit la tenue de matchs de Liga à l'étranger 14 Hier à 16:42 Pays-Bas : des supporters mettent le feu lors d'un entraînement à 5 heures du matin 6 Hier à 14:43 La jolie reprise de Florian Thauvin avec les Tigres 18
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons