Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 96 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Lens-Lille (1-0)

Le sens de la défaite

Le derby du Nord n’aura donc pas été qu’une fête ou des retrouvailles tant attendues après une pandémie qui avait privé, l’an dernier, les supporters de ce type d’extase. Terrain envahi, match retardé, plusieurs blessés, le bilan de ce Lens-Lille est d’autant plus inquiétant que son scénario tend à devenir un rituel lors de chaque journée de championnat cette saison.

Modififié
Lors du derby du Nord ce samedi à Bollaert, des affrontements entre supporters lillois et lensois ont émaillé la rencontre et une nouvelle fois gâché la fête. Après Montpellier-OM et Nice-Marseille le mois dernier, cette nouvelle montée en tension semble augurer un cycle inquiétant pour la Ligue 1. Mais les débordements de la veille, selon la formule consacrée, illustrent surtout la difficulté à laquelle va être confrontée la LFP devant la multiplication des « crises » de cet ordre. Sans oublier la pression médiatique et politique qui va s’ensuivre, résumant bien le climat dans lequel nous vivons aujourd’hui et qui contribue à exacerber la situation au sein des tribunes de l’Hexagone.

Une habitude qui s’installe

Certes, les cas de figure sont différents à chaque fois. À Nice, la confrontation a opposé ultras niçois et joueurs marseillais. Samedi, il s’agissait d’une configuration plus « traditionnelle » : des fans rivaux ont, au bout de plusieurs heures et jours de provocations, fini par vouloir en venir aux mains et régler cela directement. Bref, de remporter leur propre « derby » . Chacun se présentera ensuite en victime, affirmera que c’est les autres qui ont commencé, la routine est connue. Mais au vu de l'ampleur prise par ces violences qui ont fait six blessés légers, impossible de ne pas imaginer que tout le monde était dès le départ dans les starting-blocks. Ce sentiment de durcissement dans les virages et kops survient étrangement alors que, dans le même temps, des dispositifs d’autorisation encadrée des fumigènes étaient expérimentés en Ligue 2 (notamment à Toulouse). Un exemple parmi d’autres des progrès réalisés et des avancées obtenues par l’Instance nationale du supporterisme sous l’égide du ministère des Sports. Même constat du côté des directions qui n’ont jamais donné autant l’impression de rechercher le dialogue, même si on en mesure aujourd’hui les limites. Au sortir d’une phase de pandémie où le mouvement ultra avait plutôt montré un visage positif à travers l’expression de solidarité envers le personnel soignant ou son acceptation des huis clos en raison de la Covid-19, le retour à la réalité des terrains est rude.

Des causes, des coupables ?

De nombreux facteurs peuvent être invoqués ou convoqués. La crispation sociale, tangible dans tout le pays après plus d’un an et demi de crise sanitaire (confinement, couvre-feu, etc.) et de ses prolongements actuels (pass sanitaire, par exemple), se manifeste de plus en plus concrètement. Y compris d'un point de vue psychologique. L’ambiance générale et les évolutions au sein de la société touchent ainsi forcément les tribunes. La catharsis du match pour les supporters et ultras, après une si longue absence, devient davantage un exutoire collectif ou individuel. Ensuite, à force de surjouer en permanence les derbys, les matchs à enjeux, pour valoriser une Ligue 1 qui cherche à se vendre plus et mieux après le naufrage Mediapro, peut-on s’étonner que celles et ceux qui considèrent ce type de rencontre comme exceptionnelle depuis toujours prennent finalement les choses au sérieux, trop au sérieux, au point de franchir « la ligne rouge » mentionnée après Nice-Marseille par Roxana Maracineanu ? Enfin, prend-on vraiment en amont les dispositions nécessaires, au vu de ce contexte particulier, au sein des clubs et des services de maintien de l’ordre ? Chaque journée semble déjà promise à ce type de situation. Que se passera-t-il lors de PSG-OM ? Lors de Lyon-ASSE ? Cette problématique dépasse largement la question du hooliganisme stricto sensu et pose derechef le rôle de la DNLH (Division nationale de lutte contre le hooliganisme).


La commission de discipline pourra se réunir autant qu'elle le souhaite, ménager la chèvre et le chou, enlever des points, imposer des huis clos, le remède ne réside pas dans la peur des sanctions. Les supporters prêts à en découdre, que ce soit sur un coup de tête ou de sang, comme l’avait expliqué un fan niçois après Nice-OM, ou tout simplement par envie d’exister après un si long silence contraint, ne s'arrêteront pas devant pareille menace brandie « d’en haut » . La dernière leçon que l’on peut en tirer s’avère finalement la plus profonde. Si par le passé, chaque saison a eu son lot d’envahissements de terrain souvent joyeux et parfois violents (rappelons le cas des Lillois de mars 2018 qui s’en étaient pris à leur propres joueurs par exemple), désormais, la sacralisation du rectangle vert, qui rendait le sacrilège si symbolique, semble avoir perdu de sa superbe et de son rôle totémique. Le pire dans tout ça, c’est que personne ne semble détenir le secret de la solution miracle. Car cela va bien au-delà du foot.

Lens-Lille : le derby qui déchante


Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 15:15 La Ligue anglaise autorise cinq changements en Carabao Cup 1 Hier à 14:45 Le Steaua Bucarest décimé par la Covid-19 15
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 11:02 Entraîneur-joueur depuis dix jours, Nuri Şahin raccroche les crampons 3
Hier à 10:29 Une étude autrichienne chiffre l'impact de la Covid sur les joueurs 6 Hier à 09:58 Viens mater PSG – Leipzig lors d’une projection So Foot ! Hier à 09:37 Mondial tous les deux ans : Infantino défend le « droit de rêver » des petits pays 107