Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options

Le Milan royal

Coincé dans le ventre mou de la Serie A depuis plusieurs saisons, l’AC Milan retrouve de l’ambition cet été et pose un pied affirmé sur la route du podium. En attendant celle du titre. Le secret ? L’arrivée d’investisseurs chinois prêts à hisser le club lombard là où il doit être : sur le toit de l’Europe.

Modififié
C'est un évènement qui a fait peu de bruit dans les médias. C'est même dans une discrétion presque indécente que l'AC Milan, après plus de trente ans entre les mains de Silvio Berlusconi, a été vendu le 13 avril dernier à Rossoneri Sport Investment Lux. Pourtant, c’est bien avec des ambitions très élevées qu’a débarqué ce groupe d’investisseurs chinois. Avec, en tête, l’idée d’entrer dans une nouvelle ère le plus rapidement possible.

Make Milan great again


À peine deux mois plus tard, le 12 juin précisément, Vincenzo Montello, fort d’un portefeuille chargé en gros billets, avait déjà claqué 100 millions d’euros sur le marché des transferts. Et réalisé quatre jolis coups : en défense (Mateo Musacchio et Ricardo Rodríguez, 33 millions d’euros au total), au milieu (Franck Kessié, 28 millions) et aux avant-postes (André Silva, 38 millions). L’entraîneur italien aurait pu en rester là que le mercato aurait déjà été une belle petite réussite. C'était compter sans les recrues débarquées en Lombardie depuis un mois avec, d'un côté, des joueurs d'expérience censés amener un peu de profondeur à l'effectif (Fabio Borini) et, de l'autre, de jeunes talents déjà bien installés en Serie A ou en sélections nationales (Andrea Conti, Hakan Çalhanoğlu). Le tout doublé d'une petite dose de glamour avec la prolongation de Gianluigi Donnarumma et les arrivées officialisées en fin de semaine de Lucas Biglia et Leonardo Bonucci, « le meilleur défenseur du monde avec Sergio Ramos » , dixit Montella.

« Se qualifier en Ligue des champions est l'objectif »


De quoi entamer le championnat avec la banane. D’autant plus que Montella et ses généreux dirigeants semblent prêts à réaliser un dernier joli coup en attaque. Nikola Kalinić et Pierre-Emerick Aubameyang sont notamment évoqués, mais c'est bien Andrea Belotti qui semble en passe de céder aux appels d'un projet taillé pour les sommets - paraîtrait même que les Rossoneri ont proposé 45 millions d’euros plus M’Baye Niang et Gabriel Paletta pour arracher le goleador italien au Torino. Si Belotti, auteur de 26 buts la saison dernière, venait à porter le maillot rouge et noir, nul doute que l’AC Milan aurait tous les arguments pour espérer reprendre son histoire et aller tutoyer les premières places du championnat.


Une véritable révolution, donc, quand on sait que le Milan n’a peut-être pas réalisé un mercato aussi excitant depuis l’été 2002 (avec les signatures de Nesta, Rivaldo ou encore Seedorf), et surtout que le club n’a plus entendu parler du podium depuis 2013 et une troisième place qui annonçait alors quatre saisons indignes du standing local. Ce dont semble particulièrement conscient Vincenzo Montella, même s’il refuse de se mettre trop de pression : « Se qualifier en Ligue des champions est l'objectif. Mais il nous faut d'abord construire une équipe et bien s'entendre. (...) On a recruté des joueurs d'expérience et des jeunes. Beaucoup viennent d'autres championnats, ils doivent d'abord s'adapter, mais je suis très confiant. Je ne ressens pas de pression, c'est toujours plus facile de le faire avec de bons joueurs. » De très bons joueurs même, qui incarnent l’avenir, la stabilité et qui ont presque tous déjà expérimenté la Serie A ou le haut niveau européen. Ce qui ne doit pas manquer d’enthousiasmer ceux pour qui une Ligue des champions n’a pas la même saveur sans Milan. C’est-à-dire tout le monde, non ?



Par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure Une amende de 2250 euros pour Lampard 3 il y a 8 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 8 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 26 il y a 9 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28