Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quart de finale aller
  3. // Fenerbahce/Lazio

Le guerrier Cana est de retour

Un an et demi après son arrivée à Roma, Lorik Cana montre enfin à tous de quoi il est capable. Ce soir, celui qui a disputé une saison sous le maillot de Galatasaray fait son grand retour à Istanbul, face à ses anciens rivaux de Fenerbahçe.

Modififié
A Rome, pendant plus d’un an, les adjectifs concernant Lorik Cana n’ont pas vraiment été très glorieux. « E ‘na pippa » . C’est un nullos, pouvait-on souvent entendre à son sujet dans les discussions entre tifosi laziali. Il faut dire que l’Albanais n’a jamais rien fait pour contredire les critiques. Lorsqu’il débarque, lors de l’été 2011, les supporters l’accueillent pourtant avec un grand enthousiasme. Mais Cana ne va pas du tout s’imposer. Edy Reja, le coach de la Lazio, le fait rarement jouer, et lorsqu’il entre sur la pelouse, c’est plus un désastre qu’autre chose. A tel point que l’été suivant, on évoque un retour à l’OM, club où il a passé quatre saisons et qu’il n’a jamais oublié. Finalement, l’Albanais décide de rester. Grand bien lui en a pris. Le nouvel entraîneur, Vladimir Petkovic, lui donne petit à petit du temps de jeu. Surtout, le Bosnien prend une décision : reculer Cana au poste de défenseur central, comme en équipe nationale. Profitant des blessures d’Andre Dias, de l’exclusion du groupe de Diakité, et du fiasco Michael Ciani, il s’impose comme un véritable titulaire. Enfin, les supporters changent d’avis à son propos, et découvrent le guerrier que, jusqu’ici, ils n’avaient vu qu’en vidéo avec d’autres maillots sur les épaules. Il était temps.

Avant-goût du derby

Son repositionnement au centre de la défense a été décisif. Au milieu de terrain, Cana n’a jamais réussi à exprimer ses capacités. Trop de fautes, trop d’erreurs d’inattention qui ont souvent coûté cher, et trop peu d’apport sur le plan d’offensif. Mais depuis que Petko l’a mis en défense (un peu par choix, un peu par nécessité), c’est un nouveau joueur qu’il a à disposition. Impérial en défense, il réussit également à se projeter vers l’avant pour venir filer un coup de main à ses attaquants. S’il n’a pas encore marqué cette saison (il avait inscrit deux buts la saison dernière, dont un chef d’œuvre pleine lucarne contre l’Atalanta), il ne peut s’en prendre qu’à la malchance. Juste avant la trêve, face au Torino, son coup de tête rageur avait heurté le poteau. Samedi, contre Catane, rebelote. Au terme d’une magnifique action personnelle, il heurte la barre avec un tir dévié. Cela finira bien par rentrer.

D’ailleurs, le bon Lorik rêve d’ouvrir son compteur cette saison lors des quatre prochains matches : l’aller-retour contre Fenerbahçe, le derby romain, et le choc face à la Juventus. Quatre rencontres qui représentent un tournant dans la saison de la Lazio, et que le guerrier ne veut en aucun cas manquer, à commencer par ce quart de finale aller face à ses anciens rivaux. « Fenerbahçe a des joueurs de niveau international comme Sow, Kuyt ou Meireles, mais si nous voulons arriver au bout de cette compétition, ce qui est notre grand objectif, nous devons les battre  » a-t-il affirmé lors d’une interview à Eurosport. Le Fener, Cana les a déjà affrontés. C’était lors de la saison 2010-11. Son Galatasaray était sorti indemne du Şükrü-Saracoğlu, 0-0, mais s’était incliné à domicile (1-2) au match retour. L’Albanais sait donc mieux que quiconque ce qui attend la Lazio, ce soir. Une sorte d’avant-goût du derby romain, que son équipe disputera lundi soir contre la Roma.

L’expression de sa grinta


Récemment, Cana s’est raconté lors d’une longue interview au quotidien norvégien Nettavisen. L’occasion pour lui de revenir sur une enfance marquée par l’horreur de la guerre au Kosovo, ce qui a, en grande partie, forgé son caractère de guerrier. « J’avais 7 ans lorsque nous avons quitté le Kosovo avec ma famille. Une situation vraiment irréelle. L’aspect le plus dur, c’est que pendant les huit années suivantes, nous aurions pu revenir en arrière, mais nous ne l’avons jamais fait. Une fois arrivés en Suisse en tant que réfugiés politiques, nous n’avions plus d’endroit où aller. Ce fut une période vraiment difficile, qui a duré près de huit ou neuf ans » a-t-il confié. La suite, on la connaît un peu mieux. Cana débarque au PSG en 2000, et y reste cinq ans, avant de rejoindre l’OM. A Marseille, il devient l’idole des supporters, en plus de porter le brassard. Et peu importe si, encore aujourd’hui, il détient le record de cartons jaunes (54) reçus par un joueur marseillais en championnat de France. Disons qu’il s’agit de l’expression de sa grinta.

Pas vraiment dans les plans de Didier Deschamps, Cana quitte la Canebière lors de l’été 2009, direction Sunderland. Il reste une année en Angleterre, puis rejoint Galatasaray, « pour se rapprocher de ma famille » . Une année également en Turquie, et le voilà qui rejoint l’Italie et Rome. Au vu de ses premiers mois passés là-bas (voire même sa première année), on imagine alors que Cana va être une énième météore qui passe en Serie A sans y laisser la moindre trace. Mais depuis le début de l’année 2013, le vrai Lorik, celui que les supporters marseillais et stambouliotes connaissent, a refait surface. Celui qui se bat sur tous les ballons, qui tacle, qui attaque, qui défend, qui « mouille le maillot » , comme on dit dans le jargon. Ce soir, l’ancien Marseillais sera bien au centre de la défense romaine dans un stade qui ne lui fera pas de cadeaux par rapport à ses douze mois passés chez l’ennemi Galatasaray. Mais qu’on se le dise : il en faut plus pour intimider l’Albanais.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 14 minutes Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16