Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 34 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Strasbourg-Nice (0-2)

Dolberg mène le train niçois à Strasbourg

Le Gym n'a eu besoin d'effectuer que de légères génuflexions pour écarter de sa route des Strasbourgeois pas encore au point. Et grâce à un Dolberg clinique, les Niçois sont ce soir en tête du championnat.

Modififié

RC Strasbourg 0-2 OGC Nice

Buts : Dolberg (38e sp et 60e) pour les Aiglons

Ce samedi, les caméras du monde entier étaient tournées vers Nice, ses rues, son arrière-pays et ses belles averses. En effet, c'est autour de la Promenade des Anglais qu'était donné le départ du Tour de France 2020, avec deux mois de retard. Mais après avoir vu Alaphilippe, Bennett, Porte ou Pinot se râper les genoux sur une chaussée détrempée, après que les Ineos d'Egan Bernal ont laissé un des leurs (Pavel Sivakov) perdu dans la pampa, les locaux de l'étape se sont eux délocalisés du côté de Strasbourg. Une manière d'éviter les embouteillages et de monter provisoirement à la première place de la Ligue 1. Le tout avec un braquet, mais avec un sacré leader, en la personne de leur double buteur Kasper Dolberg.

Du jaune de partout


Une fois les T-shirts d'échauffement floqués au nom des coureurs du team INEOS-Grenadier remisés au vestiaire, les Niçois font tourner les jambes dans ce qui ressemble à un départ fictif. La Meinau et ses 5000 supporters tentent de reproduire une ambiance d'un autre temps, mais difficile de s'enthousiasmer devant un match aussi haché. Car, rien que sur la première période, M. Brisard a dû distribuer la bagatelle de sept avertissements lors de la première période, dont six pour les Aiglons. Et non, Morgan Schneiderlin, Strasbourgeois de naissance recroisant la route de son club formateur douze ans après son départ, n'y aura pas échappé.


Dans ces conditions, le Racing ne peut se montrer dangereux que sur une frappe optimiste de Mehdi Chahiri, et c'est Nice qui prend progressivement le jeu à son compte, grâce à l'aisance technique d'Amine Gouiri, mais surtout à la maladresse de Lamine Koné. Sur une récupération, le capitaine alsacien bafouille devant Kasper Dolberg, se perd dans son dribble et accroche la cheville du jeune Eddy Sylvestre, arrivé dans son dos. Dolberg prend la responsabilité de tirer le penalty et récompense la relative domination des Azuréens (0-1, 38e).

Nice est haut


À la peine, Koné cède sa place à Majeed Waaris dès la pause. Une entrée qui donne un petit coup de peps aux Azzurri du Bas-Rhin. La reprise instantanée du Ghanéen fait courir un frisson dans les tribunes clairsemées, alors que Chahiri ne peut profiter des gaffes de Kamara et Pelmard. Mais cette réaction est douchée par le sang-froid de Dolberg. L'avant-centre profite du pressing de Gouiri et d'une ouverture déviée par Sissoko, avant de planter le vétéran Kawashima (37 piges pour le Japonais) d'un amour de piqué (0-2, 60e). Le trou est fait : Rony Lopes peut donc faire tranquillement ses retrouvailles avec le championnat de France et Nice étaler ses nouveaux automatismes. Minés par une préparation perturbée par dix cas positifs au Covid, les Strasbourgeois restent donc toujours à l'arrêt. Les hommes de Vieira, grâce à leur efficacité (4 buts sur les 7 tirs pris depuis la reprise), peuvent eux aborder la suite du parcours avec plus de confiance.



Strasbourg (4-2-3-1) : Kawashima - Lala, Koné (Waaris, 46e), Djiku, Carole (Kaci, 63e) - Simakan, Sissoko - Bellegarde (Liénard, 83e), Thomasson (Saadi, 63e), Chahiri (Zohi, 63e) - Ajorque. Entraîneur : Thierry Laurey.

Nice (4-3-3) : Benítez - Lotomba, Pelmard, Dante, Camara - K. Thuram (Trouillet, 78e), Schneiderlin, Lees-Melou - Sylvestre (R. Lopes, 62e), Dolberg (D. Ndoye, 89e), Gouiri. Entraîneur : Patrick Vieira.


Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom

Hier à 17:30 Le ministre des Sports italien promet une réouverture progressive des stades 5
Partenaires
Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:50 Scholes se fait tailler pour non-respect des règles contre le Covid-19 85