Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Chelsea-Arsenal

Guendouzi, plein la touffe

Titularisé dimanche dernier face à Manchester City à 19 ans, Mattéo Guendouzi pourrait de nouveau être aligné par Unai Emery samedi contre Chelsea. La ligne d'arrivée parfaite d'un été qui a remis l'ancien bonbon du FC Lorient sur les rails après plusieurs semaines de friture en Bretagne.

Modififié

Un pas de côté et quelques minutes auront suffi pour brusquement faire monter d’un cran la curiosité : l’été, un couloir du stade national de Singapour, où Arsenal est venu ramasser quelques millions il y a quelques semaines à l’occasion de l’International Champions Cup, et un gosse aux yeux éclatés qui vient raconter une histoire après une balade face au club de ses premières foulées, le PSG (5-1). Écouter Mattéo Guendouzi, dix-neuf ans, c’est accepter de voir un gamin à Disneyland : « C’est magique en fait, tout simplement... » Ce qui est magique : dimanche dernier, à l’Emirates Stadium, Guendouzi a fracassé la porte d’entrée du onze des Gunners en ouverture de la saison, face à Manchester City (0-2), et a passé 90 minutes à gambader sur le gazon. Là, on a pensé à Arsène Wenger, qui a sans doute apprécié l’audace du choix d’Unai Emery, puis on a tiqué, évidemment. Qu’est-ce qu’un joueur facturant seulement quatre titularisations de Ligue 1 et dix-sept de Ligue 2 foutait là ? Réponse d’Emery : « Il a la personnalité, la qualité et il va progresser plus rapidement s’il joue. » Au jeu du grand dépucelage, Guendouzi s’est dépouillé, animant la rencontre avec un jeu varié, audacieux, tout en se faisant déchirer à plusieurs reprises par la vitesse de construction de City, exercice face auquel Granit Xhaka et Aaron Ramsey l’ont souvent laissé bien seul. Reçu, mention assez bien.

Reconstruction et déconstruction


Voilà comment est vue la chose : Mattéo Guendouzi est une promesse plantée au milieu des doutes d’un Arsenal en reconstruction. Fallait-il l’installer aussi tôt, dans un tel match ? Il y avait danger, surtout dans un tel système, mais Emery l’a assumé, comme il a assumé un onze novateur où Özil a rapidement dézoné de sa position initiale de milieu relayeur, comme il assume que pour le changement, le vrai, il faudra du temps. Mais c’est un autre truc qui se joue : le retour dans le circuit d’un talent brut de la formation à la française, secoué à Lorient, club qu'il a rejoint à 15 ans, la saison dernière. Difficile au juste de savoir comment l’histoire a capoté. Interrogé début juillet au moment de voir son désormais ancien joueur faire ses valises pour Londres, le coach des Merlus, Mickaël Landreau, a ainsi admis que tout n’avait pas « toujours été facile » .



À savoir : l’exercice 2017-2018 de Guendouzi s’est arrêté le 20 avril dernier, lors d’une défaite au Moustoir face à Valenciennes (0-1). La raison ? « Des problèmes personnels » selon Landreau, autre chose selon d’autres sources : sous contrat avec Lorient jusqu’en juin 2019, Mattéo Guendouzi avait décidé depuis plusieurs mois de ne pas prolonger son bail chez les Merlus, ce détail se rajoutant aux tensions déjà existantes entre l’entourage du joueur et la direction du club. Résultat, l’international U20 n’aura disputé qu’une quinzaine de rencontres de Ligue 2 la saison dernière avant de filer chez les Gunners, plutôt qu’au PSG ou à Dortmund, également sur le dossier à l’heure où le bonhomme décidait de boycotter l’Euro U19 en Finlande pour se concentrer sur sa nouvelle aventure.

« Lui, il fonce »


Dans l’affaire, Lorient a récupéré neuf millions d’euros – « une récompense pour le centre de formation » (Landreau) –, mais a surtout laissé filer son plus beau produit maison. Détail : dès le début des négociations, Guendouzi a été clair. Arsenal ou rien, histoire de pouvoir enfin « s’exprimer » . « La qualité n’a pas d’âge, mais il faut qu’on vous donne la possibilité de l’exprimer, glisse ainsi son ancien entraîneur à Lorient, Sylvain Ripoll, qui n’avait pas hésité à lâcher le gosse au moment de sortir le club de la galère, en Ligue 1, lors de la saison 2016-2017. Mattéo est un joueur avec une grosse personnalité, qui sait où il veut aller parce que c’est un vrai passionné de foot. C’est quelque chose qui se voit facilement : il faisait la tête lorsque les entraînements se terminaient, passait beaucoup de temps à jouer seul contre un mur après les séances... Par rapport à des jeunes moribonds, lui, il fallait simplement contrôler son énergie parce qu’il fonce, ce qui est un cadeau pour un entraîneur. » Un cadeau qui commence simplement à être déballé et qu’on pourrait retrouver samedi, au milieu de Stamford Bridge. Un endroit où Mattéo Guendouzi retrouverait alors un type à qui il est comparé depuis plusieurs années pour sa coiffure fleur de douche et pour le style balle au pied : un certain David Luiz. Disneyland est déjà loin, voilà le gamin dans le grand monde.



Par Maxime Brigand Propos de Sylvain Ripoll recueillis par MB.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 12 minutes Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16