Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Coronavirus

Comment les préparateurs physiques gèrent le confinement

Comment bien gérer le corps et le rythme des joueurs enfermés à domicile en cette longue et imprévisible période de confinement, alors qu'une fin de saison ultra chargée impossible à anticiper pourrait voir le jour ? Réponse avec trois préparateurs physiques français exerçant pour des clubs professionnels ou pour l’équipe de France, et pour qui le télétravail est obligatoire... malgré le manque de réseau parfois observé dans leur maison de campagne.

Modififié
Casting :
Benoît Pickeu : Préparateur physique d'Angers.
Olivier Rodríguez : Préparateur physique du Havre.
Steeven Mandin : Préparateur physique de l’équipe de France Espoirs (ex TFC et HAC)




Qu'avez-vous mis en place pour les joueurs, depuis le début du confinement ?
Benoît Pickeu : Vu l'inconnue dans laquelle on nage et sachant qu'il y a la possibilité d'un sprint de dix matchs à la reprise, on a opté pour un maintien de la condition physique au maximum. Il s'agit de trouver des solutions individuelles, en fonction des moyens de chaque joueur : le lieu où il est, s'il dispose d'un jardin, de matériel...
Olivier Rodríguez : Dès que Paul Le Guen a décidé de suspendre les entraînements, j'ai envoyé un programme d'entretien aux joueurs. Vu les directives, il n'était pas question que je leur demande de faire du footing ou du vélo. J'ai donc proposé des exercices à réaliser à la maison, à base de gainages, pompes, abdos, corde à sauter... Tout ça afin de balayer large, réviser les gammes athlétiques, travailler la synchronisation ou la coordination, et de ne pas oublier le fractionné. La phase 2, ce sera du circuit training.
Steeven Mandin : J'ai quitté le TFC le 4 mars et je n'ai pas de solution miracle, mais je
« L'objectif d'une prépa, c'est quand même de se rapprocher du rythme d'un match. Or, pas évident de sprinter dans un appartement... » Steeven Mandin
préconise des programmes individualisés. Avec des exercices qui évitent des excès cardio, car il est dangereux de trop solliciter le système cardio-vasculaire quand on est enfermé comme ça. Il faut donc des petits exercices répétés, qui permettent de monter progressivement le cardio ou au moins de l'entretenir, et du renforcement musculaire. J'ai vu que certains staffs avaient déjà mis en place des séances personnalisées directement au club, ce qui n'est pas mal pour augmenter l'intensité même s'il faut respecter le confinement. Parce que l'objectif d'une prépa, c'est quand même de se rapprocher du rythme d'un match. Or, pas évident de sprinter dans un appartement...


Quels sont les principaux problèmes ? Ils sont d'ordre matériel, ou plutôt familial avec les enfants à garder ? À Angers par exemple, Romain Thomas a dû composer avec la naissance de son nouvel enfant.
OR : Ceux qui ont des enfants parviennent à s'organiser assez facilement.
SM : Les effets de la désadaptation ne s'installent pas au bout d'un jour d'oisiveté, plutôt après une semaine. Louper un ou deux jours, ce n'est pas encore trop grave. Il faut seulement préserver une certaine stimulation et une charge d'entraînement la plus haute possible - ce qui constitue un vaccin contre les blessures -, surtout au vu des échéances plus ou moins prévues. Une heure par jour, je pense que ça suffit pour le moment.


OR :
« Certains se trouvent en campagne avec un grand jardin, d'autres sont dans un appartement dans le centre-ville... Il faut utiliser ce qu'on a, comme des escaliers par exemple. » Olivier Rodríguez
Pour le matériel, certains ont des coussins de proprioception, d'autres des haltères... Certains se trouvent en campagne avec un grand jardin, d'autres sont dans un appartement dans le centre-ville... Il faut utiliser ce qu'on a, comme des escaliers par exemple. Ma phase 2 sera davantage portée sur ce qu'ont les joueurs à leur disposition.
SM : On n'a pas forcément affaire à des Cristiano Ronaldo qui possèdent une immense salle de musculation chez eux, il faut le prendre en compte.
BP : En général, les joueurs disposent de matériel. Différent selon les cas, mais du matériel quand même. Il faut surtout jongler avec les directives des autorités, qui évoluent au quotidien, mais qu'il convient de suivre et donc de s'y adapter.
« On a un joueur qui n'a qu'un balcon de trois mètres sur quatre. Dans ces cas-là, il s'agit de limiter la casse. Avec du circuit-training, par exemple. » Benoît Pickeu
Le programme qu'on avait établi lorsqu'on s'est quittés a complètement changé, puisqu'on avait prévu des courses GPS et que ce n'était plus possible deux jours après. Le rayon de distance autorisé pour aller courir évolue, il n'est pas forcément le même en milieu urbain ou rural... On a aussi des joueurs qui n'ont pas beaucoup d'espace, dont un qui n'a qu'un balcon de trois mètres sur quatre. Dans ces cas-là, il s'agit de limiter la casse. Avec du circuit-training, par exemple.


Même si le président de Reims Jean-Pierre Caillot a évoqué une reprise des championnats français pour la mi-mai, on imagine qu'il est impossible d'anticiper pour la suite...
BP : Étant donné que nous n'avons pas de date de reprise, il est effectivement impossible de planifier sur le long terme. Mais si on reprend au mois de mai après une telle pause sans avoir pu scrupuleusement suivre l'état des joueurs, on risque d'avoir des contre-performances et des blessures. Ça, c'est clair.
OR : On n'a pas d'objectif, c'est le principal souci. On ne travaille pas à l'aveugle, mais sans visibilité. On sait qu'on va reprendre, mais le sportif a besoin d'une date pour se préparer au mieux.
SM : La première question à se poser quand on planifie une préparation physique, c'est combien de temps on a et quand est-ce qu'on reprend. Donc bien entendu, c'est compliqué. D'autant que les matchs risquent de s’enchaîner, ce qui va mettre les corps à rude épreuve. Passer de semaines light à des semaines très chargées, ça risque de faire mal, même si beaucoup de collègues ont tablé sur un mois minimum d'arrêt.
OR : Il est de toute façon impossible de progresser dans l'attente, donc le but est de préserver les ressources et d'essayer de conserver le quotidien d'un athlète de haut niveau. En revanche, un point positif : ceux qui ont des petites fragilités ou des facteurs limitants peuvent enfin y accorder du temps et travailler dessus, ce qui n'est pas faisable en période de compétition. Bon en revanche, ils n'ont pas accès aux soins... On rentre dans une zone mystère quoi, on ne sait pas comment vont réagir les organismes avec un calendrier si poussé. Selon le règlement, on pourra même jouer toutes les 48 heures. Il y aura des conséquences.



Est-ce nécessaire de rappeler les joueurs à l'ordre, ou restent-ils naturellement investis ?
« Dès le début, ce sont les joueurs qui sont venus aux nouvelles. Ils ne se sentent ni en vacances, ni en repos. Psychologiquement, ça gamberge ! Du coup, ils ont du mal à se détendre... » Olivier Rodríguez
OR : Dès le début, ce sont les joueurs qui sont venus aux nouvelles. Ils ne se sentent ni en vacances, ni en repos. Psychologiquement, ça gamberge ! Du coup, ils ont du mal à se détendre, ne coupent pas et sont très demandeurs. Même ceux à l'étranger.
SM : Quand on est dans une période de trêve estivale, c'est bien de complètement couper avec le football. Là, c'est différent, il faut qu'ils restent concernés. Donc un petit texto par-ci par-là, ça ne fait pas de mal. Mais bon, les moyens de suivi - hormis relationnel - sont très limités... En général, les joueurs - y compris les jeunes - se prennent tout de même en main de manière autonome. Peut-être plus qu'avant, d'ailleurs.
« Je ne peux pas faire de généralité, mais... ceux que j'ai eus par texto sont davantage inquiets pour leur entretien physique, leurs éventuelles chutes de performance ou les potentielles blessures que par le risque d'être touchés par le virus. » Steeven Mandin
OR : Je leur fais confiance, il n'y a pas besoin d'être constamment sur leur dos. Un ou deux contacts par semaine suffisent, et ils peuvent appeler quand ils le souhaitent.
BP : Ils se rendent compte que psychologiquement et physiquement, il est nécessaire qu'ils se préparent.

Ils font preuve de sérénité ? Certains doivent s'alarmer au moindre début de symptôme, non ?
SM : Je ne peux pas faire de généralité, mais... ceux que j'ai eus par texto sont davantage inquiets pour leur entretien physique, leurs éventuelles chutes de performance ou les potentielles blessures que par le risque d'être touchés par le virus, en fait !
BP : À ma connaissance, il n'y a pas de quelconque psychose.
OR : Au HAC, on n'a pas de blessé, pas de malade. C'est une chance ! Pas d'angoisse particulière non plus.


L'entraîneur principal, les autres coachs, le reste du staff... Ceux ayant moins de connaissances que vous sur le plan physique et étant moins au courant du programme suivi sont-ils inquiets ?
BP : J'ai justement eu le coach Stéphane Moulin et le médecin au téléphone tout à l'heure, et c'est évident que ça nous inquiète tous. Quand est-ce qu'on va reprendre, dans quelles conditions ? L'objectif, c'est et ce sera de limiter les dégâts et d'éviter de mettre en danger les joueurs.
« On a surtout conscience que le football est actuellement secondaire. On est d'abord citoyen avant d'être sportif. » Olivier Rodríguez
SM : C'est sûr qu'ils vont se montrer méfiants à la reprise ! Généralement, l'été, on a une petite période d'arrêt et une longue période de préparation. Là, ça va être un peu l'inverse.
OR : D'un point de vue global, on a surtout conscience que le football est actuellement secondaire. On est d'abord citoyen avant d'être sportif. L'inquiétude, elle porte donc avant tout sur l'actualité non sportive. Car en ce moment, le réel fait mal.

Propos recueillis par Florian Manceau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom

Hier à 22:30 Plus que 48h pour découvrir la collection photos So Foot d'octobre 1 Hier à 17:46 Le gardien de La Haye égalise à la 94e, son équipe se qualifie aux tirs au but 6
Hier à 14:07 Le joli coup franc d'Alessandrini avec Qingdao 3
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 12:32 Diacre en prend encore pour son grade 76 Hier à 11:59 Jérémie Janot sauve un petit chat de la mort 50
Hier à 08:28 Un drone interrompt le match entre Rotherham et Sheffield Wednesday 8