Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // AS Monaco

C1 : Monaco, un carré salé

Un an après avoir pris la porte dès les poules, les Monégasques ont hérité jeudi d’un groupe musclé avec l’Atlético, le Borussia Dortmund et le FC Bruges. Pas simple.

Modififié

Groupe A


AS Monaco
Borussia Dortmund
Atlético de Madrid
FC Bruges


En quoi est-ce un bon tirage ?


Qu’on se le dise, ce groupe A est un objet taillé pour les hipsters, mais surtout un gros casse-tête pour l’AS Monaco, éliminée l’an passé dès la phase de poules de la Ligue des champions au milieu d’un carré Beşiktaş-FC Porto-Leizpzig. Où est l’espoir ? Assez loin, pour le moment, tant on ne sait pour l’heure rien du réel niveau de la bande à Jardim, une nouvelle fois énormément rafistolée durant l’été (une dizaine d’arrivées, une dizaine de départs). Au moment du tirage, le duo Vasilyev-Emenalo a accueilli la nouvelle avec le sourire et il faut désormais attendre d’en connaître plus sur les Monégasques pour juger de l’histoire. Ce qu’on sait : l’Atlético est actuellement l’une des machines les mieux huilées d’Europe, et Dortmund est également dans un chantier relatif. Bruges, de son côté, est un champion de Belgique qui cherchera à s’assumer. Bouillant.



De quoi faut-il se méfier ?


De l’inconnu, d’abord : que vaut réellement le FC Bruges ? La saison dernière, la bande d’Ivan Leko a décroché son premier titre de champion depuis 2016, le quatrième des années 2000 (2003, 2005, 2016 et 2018), et elle est actuellement seconde de Jupiler League (quatre victoires, un nul). L’été du club brugeois a été relativement calme à l’exception du départ notable d'Abdoulay Diaby au Sporting, plus celui d’Anthony Limbombe au FC Nantes, et des arrivées combinées de Mitrović (Beşiktaş), Amrabat (Feyenoord) et de l’attaquant iranien Kaveh Rezaei. Oui, le même Rezaei qui rêvait tout haut cette semaine d’affronter « du Real ou le Barça, comme ça tout le monde me verra en Iran ! » Bon, le bonhomme verra Madrid, c’est déjà ça, mais la certitude, c’est que Bruges veut sortir de ce groupe : c’est ce qu’a déjà annoncé son manager général, Vincent Mannaert. Pour le reste, Monaco connaît et connaît bien.



Les retrouvailles


Parce que l’ASM a déjà croisé Dortmund : impossible d’oublier le quart de finale qui avait vu les Monégasques éjecter le BvB de la C1 au printemps 2017 (3-2, 3-1), avec tout le contexte connu (attaque du bus allemand, match décalé au lendemain...). L’AS Monaco de l’époque n’a pratiquement plus rien à voir avec celle d’aujourd’hui, à l’exception de sa défense (Glik, Jemerson, Touré, Raggi, Subašić) et de Radamel Falcao.


Mais ce tirage a également prévu d’organiser d’autres retrouvailles : celles entre Thomas Lemar, parti cet été à l’Atlético, et Louis-II, où l’international français (13 sélections) a évolué durant trois saisons. Pour information, Monaco, qui possède un club satellite dans le coin (le Cercle Bruges), a également déjà croisé le FC Bruges, lors de la Coupe des clubs champions 1988-1989 : c’était lors des huitièmes de finale de la compétition et les Monégasques avaient plié les Belges (1-0 à l’aller pour Bruges, 6-1 au retour pour l’ASM). Le héros du jour ? Le diamant noir Youssouf Fofana, évidemment, auteur d’un triplé de glouton lors de l’hiver 1988.


L’anecdote pour briller en société :


C’est écrit : le FC Bruges ne perdra aucun de ses matchs à domicile. Pourquoi ? Au cours de son histoire, le club belge a déjà affronté deux fois l’Atlético, deux fois Dortmund et une fois l’AS Monaco dans son stade Jan-Breydel. Résultat ? Cinq victoires, douze buts marqués, deux encaissés. Bon, il faudra cette fois assurer au retour.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur